Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Guerre, maladie, empire

Contre les « ennemis invisibles »

Récits de deux médecins militaires sur le Sud-Ouest africain allemand (1904-1905)
Sílvio Marcus de Souza Correa
p. 79-93

Résumés

En Allemagne, le premier institut pour le traitement des maladies tropicales – l’Institut für Schiffs- und Tropenkrankheiten – date de 1900. Quelques années plus tard, des milliers de soldats partent d’Hambourg pour se battre dans le Sud-Ouest africain allemand (Namibie) ; la guerre coloniale mobilise environ 15 000 hommes. Pendant le conflit contre les Hereros et les Nama, les Allemands combattent aussi des ennemis invisibles, tels que les microbes pathogènes responsables de plusieurs milliers de décès entre 1904 et 1907. L’expérience de Karl Wilhelm Schinke et Heinz von Ortenberg, médecins militaires de la Schutztruppe, éclaire les enjeux de la médecine militaire dans les espaces coloniaux, notamment lors des conflits. Les lettres de Schinke et le journal de von Ortenberg, étudiés dans cet article, dépeignent le quotidien d’une campagne militaire. Ce sont des sources incontournables pour saisir la réalité des conditions de vie et d’exercice des médecins militaires, souvent menés à improviser dans des situations extrêmes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. NUHN Walter, Sturm über Südwest. Der Hereroaufstand von 1904, Bonn, Bernhard & Graefe-Verlag, 1 (...)
  • 2 Cf. à ce propos DABAG Mihran, GRUNDER Horst, KETELSEN Uwe-Karsten (dir.), Kolonialismus, Kolonialdi (...)

1Au mois d’août 1892, une épidémie de choléra sévit dans la ville portuaire de Hambourg. À cette date, la cité hanséatique n’a pas d’institut spécialisé dans les soins, la recherche et l’enseignement sur les maladies tropicales. En 1900, cette lacune est comblée avec la création de l’Institut für Schiffs- und Tropenkrankheiten. Quelques années plus tard, des milliers de soldats allemands quittent le port de Hambourg pour aller faire la guerre dans le Sud-Ouest africain allemand (aujourd’hui la Namibie). En janvier 1904, après avoir perdu une bonne partie de leurs terres, vu leurs cheptels décimés par une peste bovine et leur autonomie remise en cause par les colons allemands, des groupes hereros se soulèvent contre ces derniers. Par la suite, des groupes nama entrent également en guerre contre les Allemands1. Ces conflits dans le Sud-ouest africain mobilisent environ 15 000 Allemands, civils et militaires ; plus de 10 % d’entre eux y trouvent la mort. Chez les Hereros et les Nama, des dizaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants perdent la vie : un massacre qui, selon des travaux historiques récents, constitue le premier génocide du XXe siècle2. À cela s’ajoutent les perturbations économiques dues aux guerres coloniales. Le manque de main-d’œuvre pour l’agriculture de subsistance, les cultures ravagées et les troupeaux de bétail décimés ou réduits par manque de pâturage ou d’eau sont, parmi d’autres facteurs, responsables de la malnutrition de la population, favorisant certaines maladies comme le scorbut et la fièvre typhoïde et les épidémies mortelles parmi la population indigène.

  • 3 Les maladies tropicales étaient responsables d’un taux de mortalité assez élevé dans les troupes co (...)
  • 4 Cf. à ce propos ECKART Wolfgang U., Medizin und Kolonialimperialismus. Deutschland 1884-1945, Pader (...)

2Les pathologies touchent aussi les Allemands qui, en plus d’affronter les Hereros et les Nama, sont confrontés à des agents pathogènes microbiens. Ceux-ci sont même la principale cause de mortalité des soldats de la Schutztruppe durant la guerre coloniale dans le Sud-Ouest africain3. Dès lors la médecine tropicale, notamment la bactériologie, devient consubstantielle au projet colonial4. Le discours médical se rapproche d’ailleurs du lexique belliqueux du colonialisme ; on parle de « campagnes » sanitaires, de « lutte » et de « combat » contre les maladies tropicales. Les bactéries et les virus deviennent des ennemis invisibles qui contrecarrent les ambitions de la civilisation occidentale sous les tropiques. Si la médecine tropicale envisage d’abord de protéger et de soigner les Européens, elle cible ensuite la santé des « indigènes » puisque toute l’économie coloniale repose sur leur travail.

3Ainsi le colonialisme ne peut-il se passer de la médecine tropicale en temps de paix et encore moins en temps de guerre. Lors du déclenchement de la guerre coloniale, les médecins militaires allemands se trouvent quelque peu démunis, car la médecine tropicale est une discipline encore très récente en Allemagne et le théâtre de la guerre est un vaste désert, soit un environnement complètement différent de celui de la métropole et des régions tropicales. Dans le Sud-Ouest africain, par exemple, la température peut varier de trente degrés en vingt-quatre heures selon les saisons. Les médecins militaires doivent aussi faire face à des conditions difficiles, notamment à cause de la guérilla menée par les groupes hereros et nama.

Nouveaux regards : les lettres et journaux intimes des médecins militaires

4Pendant la période coloniale allemande, la médecine militaire et la médecine tropicale se sont souvent confondues ; les prescriptions de la médecine tropicale ont été suivies par des médecins militaires et certains d’entre eux ont même mené des recherches sur les maladies tropicales. Le bactériologiste Robert Koch a ainsi entrepris plusieurs expéditions scientifiques en Afrique et mené des recherches sur le paludisme, la maladie du sommeil, la tuberculose, la lèpre et d’autres pathologies avant que d’autres médecins travaillant avec lui prennent le relai sur le terrain. Ces aspects de la médecine expérimentale ont été bien analysés par les historiens, tandis que d’autres facettes de la médecine militaire allemande demeurent mal connues, notamment parce qu’ils ont travaillé à partir de documents officiels rédigés par des médecins durant les campagnes militaires.

5Les écrits du for privé offrent de nouvelles perspectives. Les récits de Karl Wilhelm Schinke (1859-1941) et de Ernst Friedrich Otto Heinrich von Ortenberg (1879-1959), deux officiers sanitaires de la Schutztruppe, éclairent ainsi le défi auquel a été confrontée la médecine militaire dans les espaces coloniaux, surtout en temps de guerre. Leurs journaux respectifs décrivent la vie quotidienne des médecins militaires, leur réseau scientifique, la circulation des expériences de médecine tropicale ainsi que les limites de sa pratique.

6Heinz von Ortenberg publie Aus dem Tagebuch eines Arztes à Berlin en 1908, à partir d’extraits de son journal. Le récit commence à son départ du port de Hambourg le 20 mai 1904, et se termine le 31 décembre 1905, lorsque l’auteur, malade et incapable de monter à cheval, se prépare à quitter l’Afrique pour toujours. Dans la préface, Ortenberg précise qu’il a voulu publier son journal afin de susciter l’intérêt des lecteurs pour la cause coloniale. Le texte a sans doute été remanié pour atteindre cet objectif. Malgré cette autocensure et la partialité du récit, il constitue une source riche sur la pratique de la médecine militaire pendant la guerre coloniale dans le Sud-Ouest africain allemand.

  • 5 Voir aussi le compte rendu rédigé par CORREA Sílvio Marcus de Souza, « Diário da África: o diário d (...)

7Entre 1905 et 1906, Karl Wilhelm Schinke est lui aussi engagé comme médecin militaire dans la guerre coloniale en Afrique. Il rédige également un journal, de plus de trois cents pages, dont une partie a été envoyée sous forme de lettres à son épouse restée en Allemagne. En 2009, un livre intitulé Berichte aus Afrika a été publié au Brésil : il s’agit d’une version bilingue raccourcie de ce journal5. Son récit décrit le quotidien d’un médecin en campagne militaire et on peut supposer qu’une grande partie de ce que Schinke écrit à son épouse n’aurait pas pu être publié de son vivant comme, par exemple, ses critiques à l’encontre de certains compatriotes et de la morale des soldats ou de la façon dont la guerre a été menée par le commandement militaire. La publication, plus d’un siècle après les événements relatés, du journal d’un médecin militaire constitue une source unique en son genre qui permet de porter un nouveau regard sur la médecine militaire pendant la guerre coloniale dans le Sud-Ouest africain.

8Les variations entre les récits des deux médecins militaires s’expliquent donc en partie, au-delà de possibles états d’esprit divergents, par les processus éditoriaux. Si Heinz von Ortenberg est plus indulgent envers l’organisation de la Schutztruppe et la conduite de la guerre, c’est peut-être parce que son journal n’a pas été publié dans son intégralité. L’auteur a sélectionné certains passages pour la publication de son livre destiné à des lecteurs allemands. En revanche, les lettres de Karl W. Schinke n’ont pas été soumises à cette autocensure puisqu’elles ont été éditées un siècle plus tard, leur auteur n’ayant jamais envisagé de les publier. Aussi contiennent-elles des informations et des impressions très riches, malgré certaines exagérations.

  • 6 ELIAS Norbert, Studien über die Deutschen. Machtkämpfe und Habitusentwicklung im 19. und 20. Jahrhu (...)
  • 7 TELES Leandro S., Heinz von Ortenberg. Médico do Kaiser e de Santa Cruz do Sul, Santa Cruz do Sul, (...)

9Les différences entre les journaux de Schinke et de Ortenberg peuvent aussi s’expliquer par la trajectoire personnelle des deux hommes. Lors de son départ pour l’Afrique en février 1905, Karl Wilhem Schinke a 45 ans. Dix ans plus tôt, en 1895, il s’est installé au Brésil puis, après deux voyages en Amérique centrale, est revenu avec sa famille en Allemagne en 1903. C’est donc un homme marié, un père, qui s’engage dans la Schutztruppe en 1904. En Afrique, ses soucis quant à la santé de son épouse et de sa famille influencent sans aucun doute son moral et donc ses jugements sur ses compatriotes, le commandement militaire et le cours de la guerre coloniale. Heinz von Ortenberg n’a quant à lui que 24 ans lors de son départ pour l’Afrique et cette différence d’âge, de vingt ans, doit être considérée pour analyser leurs perceptions respectives de la guerre coloniale. Il est encore célibataire et même si sa fiancée Gertrude lui manque, son journal est une forme d’écriture sur soi et pour soi. En outre, pour mieux saisir leurs critiques et leurs observations, l’habitus des médecins militaires mérite d’être questionné : l’incorporation possible d’éléments du code de comportement aristocratique ainsi que leur inscription dans un « caractère national »6. Heinz von Ortenberg appartient à la petite noblesse allemande7, et on peut supposer que son origine sociale et sa formation académico-militaire déterminent sa vision de la guerre coloniale, différente de celle de Karl W. Schinke.

  • 8 ORTENBERG Heinz v., Aus dem Tagebuch eines Arztes, Berlin, Verlag von Schwetschke und Sohn, 1908.
  • 9 SCHINKE Karl Wilhelm, Diário da África : o diário de um médico alemão na guerra dos hotentotes
[Ber (...)
  • 10 Ibidem, p. 15-16. Selon une source provenant du département colonial du ministère des Affaires étra (...)
  • 11 ELIAS, Studien über die Deutschen…, op. cit.

10L’implication des médecins militaires au sein de la Schutztruppe est généralement motivée par un patriotisme qui fait bon ménage avec le nationalisme, l’impérialisme et le colonialisme. Selon les mots du Dr Ortenberg, la guerre est légitime, car elle vise à « laver l’honneur de notre pays et à punir les assassins de tant de compatriotes allemands audacieux et courageux8 ». Schinke avance pour sa part, dans une lettre à son épouse, un autre argument : l’espoir d’une promotion. Dans son courrier du 13 février 1905, il exprime cependant son inquiétude, certaines informations obtenues ne correspondant pas à ses attentes : « À ma grande tristesse, j’ai entendu aujourd’hui (mais peut-être est-ce juste une rumeur ?), qu’il n’y aura pas de promotion en Afrique du Sud. Le temps de la guerre comptera double seulement pour ceux qui ont plus de 10 ans de service militaire. J’espère bientôt en savoir plus9. » Il faut dire que Karl Wilhelm Schinke connaît des difficultés financières lors de son engagement comme officier sanitaire dans la Schutztruppe, car depuis 1903, il habite avec son épouse et leurs enfants chez sa belle-mère en Allemagne10. L’espoir d’une promotion et de meilleurs émoluments doit donc être considéré pour saisir les motivations qui poussent les médecins à partir dans les colonies, sans pour autant sous-estimer le patriotisme de ceux qui s’engagent volontairement dans la guerre coloniale. Pour les praticiens ayant une certaine expérience professionnelle, y compris dans les régions tropicales, comme c’est le cas de Karl Wilhelm Schinke, la guerre coloniale est bien l’occasion de faire carrière, et de s’élever dans la hiérarchie sociale. Pour les jeunes médecins, comme Heinz von Ortenberg, une carrière militaire constitue une alternative professionnelle prestigieuse. Inutile de rappeler l’éthos guerrier et le militarisme de la société du IIe Reich11.

  • 12 LION Alexander, Aus einem südwestafrikanischen Feldlazarett (1905), München, Verlag J.F. Lehmann, 1 (...)

11En dépit des précautions à prendre face aux écrits du for privé, pour qui s’attache à écrire une histoire sociale de la médecine militaire ou de la médecine tropicale, les lettres et journaux intimes de médecins militaires en campagne dans les territoires coloniaux constituent un corpus documentaire de première importance. On y trouve, en effet, des informations qui ne figurent pas dans les fichiers d’un hôpital, dans les rapports médicaux ou dans les publications scientifiques. Les récits de Ortenberg et Schinke sur la guerre dans le Sud-Ouest africain allemand, peuvent, en outre, combler les lacunes d’autres récits comme ceux de Alexander Lion et de Walter Rahn12.

12Dans l’intimité de leur journal, les médecins de la Schutztruppe montrent en particulier que les hommes sont aussi vulnérables à des maladies comme la fièvre typhoïde ou le paludisme qu’aux balles des ennemis, eux-mêmes parfois aussi invisibles que certains agents pathogènes microbiens.

Récits de la pratique médicale dans la Schutztruppe

  • 13 Pour plus de détails, voir ORTENBERG Heinz v., Aus dem Tagebuch…, op. cit., p. 10 ; SCHINKE Karl Wi (...)
  • 14 SCHINKE Karl Wilhelm, Diário da África…, op. cit., lettre du 9 février 1905.
  • 15 Ibidem, lettre du 18 février 1905.
  • 16 Ibidem.

13Les médecins militaires se mettent au travail dès la traversée. Dans une de ses premières lettres, à bord du navire qui l’emmène vers le Sud-Ouest africain allemand, Karl Wilhelm Schinke écrit à son épouse qu’il doit faire une conférence sur l’hygiène dans les tropiques. Le médecin profite de cette rencontre, qui dure deux jours, pour valoriser son expérience brésilienne. Au cours des premières journées passées à bord, les médecins et les fonctionnaires reçoivent les trois doses du vaccin contre la fièvre typhoïde13, et cette vaccination fait également l’objet d’une conférence durant le voyage, mentionnée par Schinke14. Certains hommes présentent des effets secondaires au vaccin, auxquels s’ajoutent d’autres maux : le Dr Ortenberg mentionne dans son journal en date du 23 mai 1904, que beaucoup souffrent du mal de mer parce qu’ils ne sont pas habitués aux voyages maritimes. La chaleur et l’humidité laissent nombre d’entre eux prostrés. Pendant la traversée, d’autres mesures, souvent désagréables, sont prises pour garantir la santé des passagers. Schinke précise qu’une dose de quinine est obligatoire pour ceux qui descendent à Monrovia et à Grand Bassa15, même s’il avoue le lendemain à son épouse avoir fait un tour dans Grand Bassa sans prendre la dose prescrite : « on peut se passer d’elle, si la sortie se fait pendant la journée16 », écrit-il.

  • 17 ORTENBERG Heinz v., Aus dem Tagebuch…, op. cit., le 8 juin 1904.

14Le journal du Dr Ortenberg souligne les souffrances de plusieurs officiers et soldats allemands lors du voyage, tandis que des Africains contractent également une maladie à bord. D’autres sont malades avant leur arrivée et se font recruter comme porteurs afin de se faire soigner. Comme le note le médecin allemand, la Phagedaenosis Tropica fait beaucoup de ravages parmi les « indigènes » en raison du manque d’hygiène17. Le navire se transforme dès lors en hôpital. Mais certains hommes perdent également la vie dans d’autres circonstances au cours de la traversée. Ainsi Karl W. Schinke rapporte-t-il qu’une querelle entre deux Allemands a abouti au suicide de l’un d’eux, probablement dans la matinée du 23 février 1905, les duels étant interdits et sévèrement punis en temps de guerre.

  • 18 Ibidem, le 18 juin 1904.

15Au moment du débarquement dans le Sud-Ouest africain, les médecins militaires sont brutalement confrontés à la réalité hostile du désert, où le manque d’eau et l’énorme quantité de sable rendent extrêmement difficile la pratique de la médecine. Et pourtant, il leur faut agir vite : à Swakopmund, une forme de dysenterie fait rage parmi les soldats peu après le débarquement des troupes début juin 1904. Même le Dr Ortenberg en est atteint ; selon lui, la maladie a été provoquée par l’eau saumâtre de la rivière18.

16L’état physico-chimique de l’eau et parfois son absence pure et simple constituent une plainte constante dans les notes personnelles des médecins militaires en campagne dans le Sud-Ouest africain. Ortenberg se lamente, mi-avril 1905, du manque d’eau potable et de la difficulté à purifier l’eau boueuse. Le médecin militaire ne peut alors imaginer que quelques semaines plus tard, il passera deux jours sans eau dans le désert du Kalahari. À la mi-septembre, après sa première escarmouche, il endure le froid, la faim et la soif durant trois jours. Début juillet 1905, Karl W. Schinke se plaint quant à lui de l’emplacement du campement militaire. La voiture-citerne doit, en effet, chercher deux fois par jour de l’eau dans un puits lointain.

17Outre le manque ou la mauvaise qualité de l’eau, d’autres obstacles comme la difficulté d’aseptiser leur environnement de travail font obstacle à la pratique de la médecine. « Ici, la poussière pénètre partout et le plus grand soin et la perfection dans le nettoyage deviennent simple illusion », écrit-il le 26 avril 1905. Le 11 janvier 1905, le Dr Ortenberg note qu’il a dû faire une opération difficile en plein air malgré le sable qui entrait dans l’incision réalisée dans le crâne d’un soldat. Les médecins militaires doivent donc faire face à des situations inattendues. Ainsi les voitures sanitaires envoyées depuis l’Allemagne s’avèrent-elles inadaptées au terrain sablonneux de l’Afrique. Elles s’enfoncent dans le sable et risquent à tout moment de se casser à cause du surpoids et des déplacements sur des terrains très accidentés.

18De plus, les voitures dépendent des animaux de trait, difficiles à se procurer, à nourrir et à soigner dans un environnement désertique où les bêtes souffrent elles aussi de la pénurie d’eau, ce qui les rend plus vulnérables aux zoonoses. Souvent surchargées, malades et assoiffées, elles doivent endurer des parcours très pénibles. En outre, les lourdes caisses d’outils et de matériel pour opérer ou soigner les malades, difficiles à transporter, ne sont pas toujours disponibles lors des déplacements des médecins militaires. Le sable, la forte variation de température et les chaos du transport détériorent souvent les outils et les médicaments. Certains produits s’évaporent à cause de la chaleur, d’autres perdent leur principe actif ou leur efficacité thérapeutique.

  • 19 SCHINKE Karl Wilhelm, Diário da África…, op. cit., lettre du 23 octobre 1905.
  • 20 Ibidem, lettre du 10 novembre 1905.
  • 21 Ibidem, lettre du 4 février 1906.

19Dans ses lettres, Karl W. Schinke souligne que la pratique de la médecine dans le contexte de la guerre est aussi affectée par le comportement des Allemands eux-mêmes. Le 31 mai 1905, il laisse libre cours à son indignation : « ces gars, malgré tous les avertissements et les instructions, mènent une vie de cochons. Ici il y a presque tout en abondance, sauf l’eau, mais cela ne résout pas le problème si les gars se comportent ainsi. On dirait qu’ils font exprès d’être relâchés et négligés. Eh bien, j’ai dû modifier mon point de vue sur le soldat allemand, sur sa propreté, sur son honnêteté et sur d’autres choses ». Dans sa lettre du 9 juin 1905, il se plaint également du personnel qui est « terriblement paresseux et ne suit point les règles les plus simples d’hygiène ». Au-delà de ces critiques portant sur le manque d’hygiène et l’inconduite de ses compatriotes, il dénonce des comportements malhonnêtes. Le médecin décrit effectivement une querelle avec un lieutenant qui fait mine d’être souffrant pour se procurer du vin, alors réservé aux malades19. Le mois suivant, il écrit à son épouse que le même lieutenant a commandé de son propre chef de la bière et du vin au dépôt des hôpitaux à Keetmanshoop : les demandes de ravitaillement sont pourtant de la compétence du médecin20. Schinke télégraphie d’ailleurs à la direction pour s’en plaindre. À une autre occasion, il fait mettre en prison pour trois jours son caporal infirmier pour indiscipline21.

Polyvalence et adaptation

  • 22 ORTENBERG Heinz v., Aus dem Tagebuch…, op. cit., le 11 janvier 1905.
  • 23 SCHINKE Karl Wilhelm, Diário da África…, op. cit., lettre du 11 août 1905.
  • 24 Ibidem, lettre du 17 novembre 1905.
  • 25 Ibidem, op. cit.

20L’improvisation est la règle pour les médecins militaires dans ce contexte de guerre. Ils doivent souvent faire face à des situations inhabituelles, sans la moindre ressource voire sans la moindre chance de réussite de leurs interventions. Le Dr Ortenberg doit par exemple soigner des blessés sans médicaments, la voiture sanitaire étant tombée entre les mains des « Hottentots »22. Mais les vols ne sont pas uniquement commis par les ennemis. Karl W. Schinke signale la disparition de lait, de vin rouge et d’eau minérale du stock de l’infirmerie23. Il fait aussi état du vol de matelas à l’hôpital militaire. Selon une de ses lettres, du ravitaillement a également été détourné24. Le 6 janvier 1906, il identifie un problème dans la distribution des vivres. Les livraisons en provenance de l’Allemagne sont concentrées à Swakopmund, Lüderitz et Keetmanshoop, or certains produits arrivent à son poste par « doses homéopathiques ». Selon lui, ceux qui sont à l’arrière-garde se régalent. Il informe son épouse que trois mille bouteilles de bière ont été distribuées à Keetmanshoop alors que seulement deux bouteilles de jus de pommes sont parvenues à son poste où résident huit malades… Dans une autre lettre, il déclare : « Je n’ai pas une haute idée de nos militaires [...]. Certains, encore plus audacieux, ont volé dans la maison du lieutenant des cigares et cigarettes25 ».

  • 26 Ayant habité au Brésil entre 1895 et 1902, il parle le portugais.
  • 27 ORTENBERG Heinz v., Aus dem Tagebuch…, op. cit., le 19 juillet 1904.

21Les médecins militaires sont employés à des tâches très diverses. Karl W. Schinke, par exemple, doit jouer le rôle de truchement lors d’une escale à Funchal26. À la mi-novembre 1905, il fait fonction de pasteur et récite la prière lors d’un enterrement. Il lui faut également réaliser les formalités administratives en cas de décès et écrire une lettre de condoléances aux parents du défunt, en glissant quelques mots sur les derniers moments de la vie de leur fils. Les médecins militaires ont aussi des activités liées à la gestion bureaucratique, font du jardinage ou encore examinent des animaux. Le Dr Ortenberg est ainsi tenu d’inspecter les chevaux venus d’Afrique du Sud dont la moitié est malade ou affaiblie. Selon ses notes du 23 juin 1904, cette situation résulte d’une escroquerie, car ces chevaux ne sont pas ceux qui ont été choisis par le comité allemand chargé de le faire. Un mois plus tard, il fait face à une épidémie parmi les chevaux de la Schutztruppe venus de Cape Town dont certains doivent être euthanasiés27. Inutile de rappeler que Heinz von Ortenberg n’est pas vétérinaire ! Karl W. Schinke n’est pas mieux loti : « Après avoir fini de soigner mes malades de la fièvre typhoïde, j’ai dû enterrer ou brûler les chevaux, les bœufs et les ânes morts », écrit-il dans une lettre datée du 25 mai 1905.

  • 28 SCHINKE Karl Wilhelm, Diário da África…, op. cit., lettre du 11 août 1905.
  • 29 ORTENBERG Heinz v., Aus dem Tagebuch…, op. cit., le 13 juillet 1904.

22Cette variété dans leurs activités peut s’accompagner d’une désillusion causée par l’écart entre les fonctions exercées et celles qu’ils espéraient. Certaines tâches ou situations sont clairement considérées comme humiliantes par les médecins militaires. Karl W. Schinke écrit, le dernier jour de mars 1905, que sa colonne est sous le commandement d’un caporal, ce qu’il considère comme honteux. D’autres faits provoquent son indignation, comme l’autopsie d’un officier réalisée par un vétérinaire28. Le Dr Ortenberg doit quant à lui surveiller l’application de châtiments corporels infligés aux Noirs ; selon une note de son journal, un soldat vient à l’hôpital une fois par semaine pour les fouetter sous ses yeux29.

  • 30 SCHINKE Karl Wilhelm, Diário da África…, op. cit., lettre du 20 mai 1905.

23Polyvalents, les médecins militaires ne se sentent pas forcément reconnus. « Le médecin militaire est devenu, pour la plupart, un agent administratif », déplore Schinke30. Leur participation au combat est d’ailleurs limitée. Ce n’est que le 13 septembre 1905 que Ortenberg prend part à sa première escarmouche au cours de laquelle il perd deux de ses compatriotes et que douze personnes sont blessées. Pendant des mois, leurs ennemis sont aussi invisibles que les bactéries et les virus contre lesquels il leur faut se battre tous les jours.

  • 31 Ibidem, lettre du 23 mars 1905.
  • 32 ORTENBERG Heinz v., Aus dem Tagebuch…, op. cit., le 13 février 1905.
  • 33 Depuis le XIXe siècle, le moustique Anopheles est connu comme étant le vecteur du parasite plasmodi (...)

24Les médecins militaires doivent également se débrouiller pour avoir des tenues propres, faire leur toilette, dormir, se restaurer et survivre dans des conditions jugées difficiles. Parfois, il fait trop froid pour dormir à la belle étoile et Schinke doit se reposer sous la voiture sanitaire31. Le lendemain, il se plaint de la qualité de l’eau : même bouillie son goût gâche le café. Les médecins en campagne sont de surcroît soumis à un régime frugal. La chasse est souvent le seul recours pour se ravitailler en viande. Karl W. Schinke et Heinz von Ortenberg chassent alors par besoin si ce n’est par plaisir. Ortenberg raconte également que, dans certains endroits, après les pluies, les médecins sont obligés de prendre de la quinine à cause de la présence de moustiques32. En route pour Gebeon, Karl W. Schinke signale aussi de nombreux moustiques Anopholes, le vecteur du paludisme33. Des conditions de vie qui peuvent renforcer leur sentiment d’un manque de reconnaissance, tandis qu’ils sont présents sur tous les fronts.

Contre les ennemis invisibles

  • 34 SCHINKE Karl Wilhelm, Diário da África…, op. cit., lettre du 3 juillet 1905.
  • 35 NUHN, Feind überall…, op. cit.
  • 36 SCHINKE Karl Wilhelm, Diário da África…, op. cit., lettre du 10 avril 1905.

25Les ennemis les plus dangereux sont invisibles : les embuscades font des victimes du côté allemand. Début juillet 1905, deux Allemands et un Boer sont surpris alors qu’ils cherchent de l’eau aux environs du campement. L’un meurt d’une balle dans les poumons34. Vingt-quatre jours plus tard, Schinke note dans son journal qu’un médecin major « a été retrouvé mort d’une balle à Sandfontein avec son boy hottentote ». La difficulté à repérer l’ennemi, le danger et les embuscades entament le moral des hommes. La Schutztruppe doit en effet faire face à une situation nouvelle : la guérilla, donnant l’impression que les ennemis sont partout35. Et Karl W. Schinke avoue préférer affronter un combat ouvert qu’« être atteint d’une balle dans le dos », déplorant le fait que « l’ennemi soit si perfide36 ».

  • 37 Ibidem, lettre du 25 mars 1905.
  • 38 Ibidem, lettre du 17 novembre 1905.

26À ces embuscades mortelles s’ajoutent le paludisme, le scorbut, la dysenterie et la fièvre typhoïde : ces maladies font des milliers de morts pendant la guerre coloniale et sont d’ailleurs responsables de la plupart des décès des officiers et soldats de la Schutztruppe. La prolifération de micro-organismes mortels, favorisée par les mauvaises conditions d’hygiène de la guerre coloniale, fait de véritables ravages. Karl W. Schinke affirme que « la fièvre typhoïde, par exemple, est une maladie qu’on peut attraper à cause de l’eau, de la poussière et de la saleté. Ici, nous ne pouvons pas échapper à la saleté37 ». Il rapporte qu’un jour son assistant a voulu tuer en une fois tous les microbes de cette « eau immonde » en mettant le double de sel dans la soupe. Non seulement le repas a été gâché, mais tous les hommes ont eu encore plus soif et ont donc été davantage exposés au risque de contamination. Plus tard, le médecin critique l’imprudence de certains de ses compatriotes : « Comme d’habitude, les nouveaux croient tout savoir mieux que les autres, ils s’en fichent des recommandations ou ils sont trop paresseux pour suivre les conseils, alors ils boivent de l’eau putride non bouillie et attrapent la fièvre typhoïde38 ».

27Dans les récits des médecins militaires, il est difficile de déterminer si les diagnostics sont fiables et d’identifier les causes de la mort d’autant plus que les agents pathogènes de certaines infections gastro-intestinales sont encore inconnus. La dysenterie amibienne se caractérise par de la diarrhée, des douleurs abdominales, la présence de sang dans les selles et un état de prostration, mais contrairement à la fièvre typhoïde, elle n’est pas caractérisée par de fortes fièvres. La période d’incubation est d’environ 20 jours. La fièvre typhoïde provoque quant à elle une fièvre persistante, des maux de tête, un état de faiblesse ; les symptômes ressemblent davantage à ceux du paludisme et du typhus. Au début du XXe siècle, on connait déjà les agents responsables de la dysenterie amibienne, mais le caractère pathogène des amibes ne fait pas consensus.

28Outre la difficulté à faire un diagnostic fiable, le manque de moyens thérapeutiques efficaces contre les maladies telles que la dysenterie et la fièvre typhoïde est en grande partie responsable de la forte mortalité dans le contingent de la Schutztruppe. Le nombre de malades parmi les officiers et les soldats oblige même Berlin à envoyer des remplaçants, notamment lorsqu’en Afrique orientale allemande la révolte maji-maji éclate en 1905. Les opérations de la Schutztruppe, presque simultanées dans le Sud-Ouest africain et en Afrique orientale, s’organisent difficilement depuis Berlin.

  • 39 ORTENBERG Heinz v., Aus dem Tagebuch…, op. cit., le 18 juin et le 9 septembre 1904.

29En ce qui concerne les soins aux malades et selon les officiers sanitaires, une nette surcharge de travail nuit à l’efficacité de leur action thérapeutique. Ortenberg pratique dans un hôpital militaire où il s’occupe de plus de 20 soldats malades, en plus de quelques prisonniers et de femmes « indigènes ». Parmi ces derniers, le scorbut fait rage et le médecin doit souvent amputer en raison du stade avancé de la maladie39. Il faut aussi prendre en compte les carences alimentaires. Le 29 juin, Ortenberg fait état d’une famine chez les « indigènes », qui touche en particulier les personnes âgées. À son tour, Karl W. Schinke écrit, la veille de Noël 1905, que des centaines de Nama-Witbois se sont rendus et que « ces gens ont enduré horriblement la faim et la soif [...] ils auraient même mangé le cuir d’un bœuf qu’ils auraient fait frire ».

30Il faut également lutter contre la prolifération des épidémies, telle l’épidémie de variole qui sévit parmi les « indigènes » à Swakopmund, Okahandja et Windhuk, comme le précise Ortenberg dans son journal le 29 juin 1904. Mais selon lui, il n’y a pas de risque de contagion du côté allemand puisque les hommes sont vaccinés. En revanche, la fièvre typhoïde fait rage parmi les soldats depuis le début de la guerre et certains malades doivent rentrer en Allemagne, alors que la maladie est fatale à quelques officiers et médecins. Le médecin militaire doit aussi se déplacer pour soigner les soldats malades ou blessés, tout en veillant à l’approvisionnement de l’hôpital. Fin octobre 1904, l’établissement de fortune où travaille Ortenberg déborde de malades et, pour aggraver la situation, manque d’eau. Quelques mois plus tard, début mars 1905, Karl W. Schinke est confronté à la même situation. Il se plaint du manque de pluie, de l’eau insalubre, du peu d’hygiène comme de la fièvre typhoïde, de la tuberculose et de la dysenterie. Dans une lettre du 24 mars 1905, il se montre fataliste : la propagation de la fièvre typhoïde n’est pas étonnante puisque l’eau qu’on fait bouillir est la même que celle que boit le bétail et que celle dans laquelle se lavent les Africains. À Noël de la même année, il note que la pénurie d’eau a favorisé l’augmentation des maladies, notamment intestinales.

La circulation des expériences

31Quelques expériences faites ailleurs se révèlent utiles aux médecins pendant la campagne militaire dans le Sud-Ouest africain. On l’a vu, Schinke donne sur le navire une conférence sur l’hygiène tropicale fondée sur son expérience brésilienne. Comme il l’indique dans une lettre à son épouse le dernier dimanche de février 1905, le commandant l’en félicite et exprime son contentement d’avoir trouvé un « Brésilien ». Ses connaissances acquises sur le terrain sont ainsi valorisées et partagées. L’expérience coloniale britannique est aussi considérée.

  • 40 Pendant la guerre des Boers, le vaccin de Wright contre le typhus immunise un grand nombre des comb (...)
  • 41 SCHINKE Karl Wilhelm, Diário da África…, op. cit., lettre du 13 février 1905.
  • 42 Dans le haut commandement de la Schutztruppe, se trouvent quelques vétérans comme le lieutenant-gén (...)
  • 43 ORTENBERG Heinz v., Aus dem Tagebuch…, op. cit., le 29 juin 1904.

32Le 29 mai 1904, le Dr Ortenberg note que le vaccin contre la fièvre typhoïde administré pendant la traversée a été utilisé par les médecins militaires britanniques lors de la guerre des Boers qui s’est achevée deux ans plus tôt40. Schinke écrit quant à lui qu’il a entendu dire que « le vaccin offre une protection valable pendant un an41 ». Les contacts se multiplient ; des officiers et soldats de la Schutztruppe ont, quelques années plus tôt, étouffé la révolte des Boxers, en Chine42. Certaines expériences sont même reproduites. Le Dr Ortenberg note par exemple que les tonneaux utilisés pour le transport et la conservation de l’eau sont les mêmes que ceux utilisés pendant la guerre des Boers43.

  • 44 Ibidem, le 17 avril 1905.
  • 45 Ibidem, le 18 avril 1905.

33Les ravages causés par les épidémies de fièvre typhoïde pendant la guerre des Boers conduisent aussi à prendre des mesures sanitaires telles que l’utilisation de filtres purificateurs d’eau. Dans ses notes, Ortenberg se plaint du filtre de la voiture sanitaire qui ne fonctionne plus, la boue ayant endommagé les cylindres44. L’autre méthode utilisée pour la purification de l’eau semble être peu adaptée aux besoins de la patrouille. Si certains militaires allemands ont profité de l’expérience britannique de la guerre en Afrique du Sud, ils reconnaissent avoir également appris des Boers. Ortenberg raconte qu’il a salé la viande comme eux et a mangé « comme les Hottentots »45.

  • 46 SCHINKE Karl Wilhelm, Diário da África…, op. cit., lettre du 19 juillet 1905.

34Mais les médecins militaires font également leurs propres expériences. Karl W. Schinke évoque ainsi un arbuste à la sève toxique : « J’en ai avalé une goutte et j’ai pensé qu’elle avait un effet remarquable sur le cœur et les reins, car son action diurétique a été très forte. Brûlure intense dans la muqueuse buccale et œdème de la luette. Je vais recueillir cette sève46 ». Neuf jours plus tard, Schinke se blesse à l’œil droit alors qu’il a entrepris de brûler ces arbustes autour du camp : « J’ai eu une sensation de brûlure terrible et déchirante. J’ai eu beaucoup de mal à retrouver le chemin de l’hôpital parce que la douleur était insupportable. Un lieutenant, qui a également reçu cette sève damnée dans l’œil, est devenu invalide. J’ai appliqué des compresses froides et je me suis soigné avec quelques gouttes de cocaïne. Heureusement, j’avais demandé à Keetmanshoop quelques comprimés de Schleich et de Veronal. Une injection de morphine m’a aidé à passer la nuit ».

  • 47 La bactérie Rickettsia prowazekii, responsable du typhus endémique, est découverte en 1916 par un b (...)
  • 48 TELES Leandro S., Heinz von Ortenberg…, op.cit., p. 83-87.
  • 49 ORTENBERG Heinz v., Aus dem Tagebuch…, op. cit., le 13 juillet 1904.
  • 50 Ibidem, le 10 août 1904.

35L’expérience africaine des médecins militaires Ortenberg et Schinke s’avère également utile pour la suite de leur parcours. Après la guerre coloniale, les deux médecins immigrent en effet au Brésil méridional. Heinz von Ortenberg s’installe à Santa Cruz en 1907 et Karl W. Schinke à Novo Hamburgo en 1913, deux communautés allemandes importantes de la province de Rio Grande do Sul. Or, Ortenberg retourne au front pendant la Première Guerre mondiale. Il est médecin de l’armée impériale allemande en Bulgarie et doit faire face à des maladies telles que la fièvre typhoïde, le typhus, la tuberculose et le paludisme47. Son expérience africaine l’a marqué, certaines situations lui donnant l’impression d’un « déjà vu ». En témoignent les notes de son journal sur les Bulgares qui résistent à des opérations sans chloroforme, sur le châtiment corporel infligé aux soldats pour indiscipline, sur un hôpital qui s’apparente à la tour de Babel : Bulgares, Grecs, Arméniens et Turcs parlant chacun leur langue sans forcément se comprendre48. Ortenberg a connu des expériences similaires pendant la guerre coloniale du Sud-Ouest africain. En 1904, il s’étonne que les Noirs endurent particulièrement bien la douleur lorsqu’ils subissent des châtiments corporels49. La même année, il note que les langues parlées à l’hôpital sont multiples, car il y a des malades originaires d’Italie, des Pays-Bas, d’Angleterre, d’Espagne et même de Grèce et du Monténégro ainsi que des Allemands issus de toutes les provinces de l’Empire50. Parmi les indigènes, il répertorie des Hottentots, des Ovambos, des Cafres et des « Bâtards ».

36La circulation des expériences permet aussi aux médecins militaires de se livrer à des comparaisons. Ainsi Ortenberg qualifie-t-il le conflit dans le Sud-Ouest africain de « notre guerre des Boers ». À plusieurs reprises, Schinke compare quant à lui les paysages du Brésil méridional à ceux du Sud-Ouest africain. Ce recours à l’analogie lui permet de donner à son épouse une idée plus précise de l’environnement où il se trouvait lorsqu’il était en Afrique, mais aussi de relativiser son propre son dépaysement.

*

37Pendant la période coloniale, la Schutztruppe participe à plusieurs campagnes militaires dans différentes parties de l’Afrique. Mais au début du XXe siècle, l’intervention militaire des troupes allemandes sur des territoires extra-européens n’en est qu’à ses débuts et la médecine tropicale est encore balbutiante en Allemagne. Les médecins militaires engagés dans la guerre coloniale du Sud-Ouest africain (1904-1907) ont donc une expérience limitée. Leurs lettres et journaux intimes révèlent des aspects méconnus de cette histoire, peu présents dans d’autres sources, et éclairent les circulations de savoirs et de pratiques.

  • 51 Cf. Sanitätsbericht über die Kaiserliche Schutztruppe für das Schutzgebiet Deutsch-Südwestafrika wä (...)

38Parallèlement à l’exercice de la médecine, les médecins militaires assurent une panoplie de tâches. Ils participent peu aux opérations militaires et passent l’essentiel de leur temps dans des hôpitaux où ils exercent diverses fonctions, parfois éloignées de ce qu’ils ont pu envisager lors de leur engagement. Cette polyvalence leur permet de prendre conscience des dysfonctionnements de l’organisation militaire, en particulier en matière sanitaire. Certains d’entre eux ont d’ailleurs été pointés dans un bilan critique publié par le haut commandement de la Schutztruppe en 190951.

  • 52 Shmuel N. Eisenstadt souligne le sentiment de frustration et de manque de reconnaissance (a feeling (...)

39Les combattants invisibles, qui connaissent le terrain comme personne et disparaissent facilement dans le paysage désertique, sont omniprésents autour des fermes, des postes militaires, des campements et des hôpitaux de fortune et près des points d’eau. Mais d’autres ennemis invisibles guettent les corps humains ; opportunistes et microscopiques, ils sont également responsables de zoonoses qui déciment les troupeaux. Dans l’environnement désertique de l’Afrique du Sud-Ouest, la pénurie d’eau empêche de respecter les règles d’hygiène. Aussi, dans le contexte de guerre, la fièvre typhoïde constitue-t-elle une cause majeure de la mortalité chez les Allemands. Les médecins militaires et leurs malades doivent donc conjointement faire face au froid, à la soif et, bien sûr, aux virus et bactéries. En outre, le mal du pays, la peur, le doute, l’anxiété, la détresse, le désarroi et d’autres sentiments influent sur leur état d’esprit. Les médecins se déclarent à plusieurs reprises à bout de souffle et semblent nourrir également un fort ressentiment lié au manque de reconnaissance de leur action. Il est tout à fait probable que ce manque de reconnaissance ait d’ailleurs été décisif dans le choix de Heinz von Ortenberg et de Karl W. Schinke d’immigrer au Brésil, où les deux vétérans de la guerre coloniale dans le Sud-Ouest africain ont travaillé comme médecins pendant plusieurs décennies52.

Haut de page

Notes

1 Cf. NUHN Walter, Sturm über Südwest. Der Hereroaufstand von 1904, Bonn, Bernhard & Graefe-Verlag, 1989 ; Idem, Feind überall – Guerillakrieg in Südwest. Der Große Nama-Aufstand 1904-1908, Bonn, Bernhard & Graefe-Verlag, 2000.

2 Cf. à ce propos DABAG Mihran, GRUNDER Horst, KETELSEN Uwe-Karsten (dir.), Kolonialismus, Kolonialdiskurs und Genozid, Paderborn, Fink Verlag, 2004 ; ZIMMERER Jürgen, ZELLER Joachim (dir.), Völkermord in Deutsch-Südwestafrika. Der Kolonialkrieg (1904-1908) in Namibia und seine Folgen, Berlin, Links Verlag, 2004 ; WASSINK Jörg, Auf den Spuren des deutschen Völkermordes in Südwestafrika: Der Herero-/Namaufstand in der deutschen Kolonialliteratur; eine literarhistorische Analyse, Munich, M. Press, 2004 ; BREHL Medardus, « Der Völkermord an den Herero 1904 und seine zeitgenössische Legitimation », in BRUMLIK Micha, WOJAK Irmtrud (dir.), Völkermord und Kriegsverbrechen in der ersten Hälfte des 20. Jahrhunderts, Frankfurt, Campus, 2004, p. 77-98 ; HAMMANN Christof (dir.), Afrika – Kultur und Gewalt. Hintergründe und Aktualität des Kolonialkriegs in Deutsch-Südwestafrika. Seine Rezeption in Literatur, Wissenschaft und Populärkultur (1904-2004), Inserloh, Institut für Kirche und Gesellschaft, 2005.

3 Les maladies tropicales étaient responsables d’un taux de mortalité assez élevé dans les troupes coloniales au cours de la ruée vers l’Afrique ; CURTIN Philip D., Disease and Empire. The Health of European Troops in the Conquest of Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

4 Cf. à ce propos ECKART Wolfgang U., Medizin und Kolonialimperialismus. Deutschland 1884-1945, Paderborn, Ferdinand Schöningh, 1997.

5 Voir aussi le compte rendu rédigé par CORREA Sílvio Marcus de Souza, « Diário da África: o diário de um médico alemão na guerra dos hotentotes », Métis. História & Cultura, 10/19, 2011, p. 267-273.

6 ELIAS Norbert, Studien über die Deutschen. Machtkämpfe und Habitusentwicklung im 19. und 20. Jahrhundert, Francfort, Suhrkamp Verlag, 1992.

7 TELES Leandro S., Heinz von Ortenberg. Médico do Kaiser e de Santa Cruz do Sul, Santa Cruz do Sul, Apesc, 1980, p. 25-28.

8 ORTENBERG Heinz v., Aus dem Tagebuch eines Arztes, Berlin, Verlag von Schwetschke und Sohn, 1908.

9 SCHINKE Karl Wilhelm, Diário da África : o diário de um médico alemão na guerra dos hotentotes
[Berichte aus Afrika: Tagebuch eines deutschen Arztes während des Hererokrieges], Porto Alegre, Edipucrs, 2009, lettre à son épouse du 13 février 1905.

10 Ibidem, p. 15-16. Selon une source provenant du département colonial du ministère des Affaires étrangères, en 1907, le Dr. Ortenberg, médecin militaire à la retraite, perçoit quant à lui un salaire annuel d’environ 2 000 marks, voir TELES, Heinz von Ortenberg..., op. cit., p. 43.

11 ELIAS, Studien über die Deutschen…, op. cit.

12 LION Alexander, Aus einem südwestafrikanischen Feldlazarett (1905), München, Verlag J.F. Lehmann, 1907 ; RAHN Walter, Sanitätsdienst der Schutztruppe für Südwestafrika während der grossen Aufstände 1904-1907 und der Kalahari Expedition 1908, Dillenburg, Der Traditionsverband, 1997 (deuxième édition).

13 Pour plus de détails, voir ORTENBERG Heinz v., Aus dem Tagebuch…, op. cit., p. 10 ; SCHINKE Karl Wilhelm, Diário da África…, op. cit., p. 34.

14 SCHINKE Karl Wilhelm, Diário da África…, op. cit., lettre du 9 février 1905.

15 Ibidem, lettre du 18 février 1905.

16 Ibidem.

17 ORTENBERG Heinz v., Aus dem Tagebuch…, op. cit., le 8 juin 1904.

18 Ibidem, le 18 juin 1904.

19 SCHINKE Karl Wilhelm, Diário da África…, op. cit., lettre du 23 octobre 1905.

20 Ibidem, lettre du 10 novembre 1905.

21 Ibidem, lettre du 4 février 1906.

22 ORTENBERG Heinz v., Aus dem Tagebuch…, op. cit., le 11 janvier 1905.

23 SCHINKE Karl Wilhelm, Diário da África…, op. cit., lettre du 11 août 1905.

24 Ibidem, lettre du 17 novembre 1905.

25 Ibidem, op. cit.

26 Ayant habité au Brésil entre 1895 et 1902, il parle le portugais.

27 ORTENBERG Heinz v., Aus dem Tagebuch…, op. cit., le 19 juillet 1904.

28 SCHINKE Karl Wilhelm, Diário da África…, op. cit., lettre du 11 août 1905.

29 ORTENBERG Heinz v., Aus dem Tagebuch…, op. cit., le 13 juillet 1904.

30 SCHINKE Karl Wilhelm, Diário da África…, op. cit., lettre du 20 mai 1905.

31 Ibidem, lettre du 23 mars 1905.

32 ORTENBERG Heinz v., Aus dem Tagebuch…, op. cit., le 13 février 1905.

33 Depuis le XIXe siècle, le moustique Anopheles est connu comme étant le vecteur du parasite plasmodium de la malaria. Au début du XXe siècle, on ignore en revanche encore que la puce est le vecteur du typhus endémique.

34 SCHINKE Karl Wilhelm, Diário da África…, op. cit., lettre du 3 juillet 1905.

35 NUHN, Feind überall…, op. cit.

36 SCHINKE Karl Wilhelm, Diário da África…, op. cit., lettre du 10 avril 1905.

37 Ibidem, lettre du 25 mars 1905.

38 Ibidem, lettre du 17 novembre 1905.

39 ORTENBERG Heinz v., Aus dem Tagebuch…, op. cit., le 18 juin et le 9 septembre 1904.

40 Pendant la guerre des Boers, le vaccin de Wright contre le typhus immunise un grand nombre des combattants. Le taux de mortalité chez les non-immunisés est de 16,6 % contre 8 % chez les immunisés. À ce propos voir BAZIN Jean, L’histoire des vaccinations, Paris, John Libbey Eurotext, 2008, p. 321. Pour plus de détails sur les mesures sanitaires prises, voir CURTIN, Disease and Empire..., op. cit., p. 210-227.

41 SCHINKE Karl Wilhelm, Diário da África…, op. cit., lettre du 13 février 1905.

42 Dans le haut commandement de la Schutztruppe, se trouvent quelques vétérans comme le lieutenant-général Lothar von Trotha (1848-1920) qui a participé à la répression allemande pendant la révolte des Boxers en Chine.

43 ORTENBERG Heinz v., Aus dem Tagebuch…, op. cit., le 29 juin 1904.

44 Ibidem, le 17 avril 1905.

45 Ibidem, le 18 avril 1905.

46 SCHINKE Karl Wilhelm, Diário da África…, op. cit., lettre du 19 juillet 1905.

47 La bactérie Rickettsia prowazekii, responsable du typhus endémique, est découverte en 1916 par un biologiste brésilien, Rocha Lima, lors d’une mission scientifique financée par l’Institut des maladies tropicales de Hambourg.

48 TELES Leandro S., Heinz von Ortenberg…, op.cit., p. 83-87.

49 ORTENBERG Heinz v., Aus dem Tagebuch…, op. cit., le 13 juillet 1904.

50 Ibidem, le 10 août 1904.

51 Cf. Sanitätsbericht über die Kaiserliche Schutztruppe für das Schutzgebiet Deutsch-Südwestafrika während der Eingeborenen-Aufstände 1904 bis 1907, Berlin, Reichskolonialamt, 1909.

52 Shmuel N. Eisenstadt souligne le sentiment de frustration et de manque de reconnaissance (a feeling of frustration and inadequacy and lack of gratification) comme une motivation majeure dans le choix d’immigrer. Voir EISENSTADT Shmuel N., The Absorption of Immigrants. A Comparative Study Based Mainly on the Jewish Community in Palestine and the State of Israel, London, Routledge & Kegan Paul, 1954.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sílvio Marcus de Souza Correa, « Contre les « ennemis invisibles » », Histoire, médecine et santé, 10 | 2016, 79-93.

Référence électronique

Sílvio Marcus de Souza Correa, « Contre les « ennemis invisibles » », Histoire, médecine et santé [En ligne], 10 | hiver 2016, mis en ligne le 18 juillet 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://hms.revues.org/1045 ; DOI : 10.4000/hms.1045

Haut de page

Auteur

Sílvio Marcus de Souza Correa

Silvio Marcus de Souza Correa est professeur d’histoire à l’Universidade Federal de Santa Catarina (UFSC) au Brésil. Il a fait son doctorat en sociologie à l’Université de Münster (Allemagne) et son stage postdoctoral à l’Institut national de recherche scientifique au Québec. Il a été fellow à l’Instituto de Investigação Científica Tropical de Lisbonne et à l’Institut d’études avancées de Paris. Ses recherches portent sur le colonialisme allemand en Afrique.

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org