Navigation – Plan du site
Compte rendus

Larguier Gilbert (dir.), Questions de santé sur les bords de la Méditerranée. Malades, soignants, hôpitaux, représentations en Roussillon, Languedoc et Provence (XVIe-XVIIIe siècle)

Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, coll. « Études », 2015
Clarisse Coulomb
p. 103-105
Référence(s) :

Larguier Gilbert (dir.), Questions de santé sur les bords de la Méditerranée. Malades, soignants, hôpitaux, représentations en Roussillon, Languedoc et Provence (XVIe-XVIIIe siècle), Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, coll. « Études », 2015, 231 p.

Texte intégral

1Cette publication rassemble les contributions de onze historiens et historiennes du droit à une journée d’études organisée par l’université de Perpignan en novembre 2013. Dans son avant-propos, Gilbert Larguier souligne l’importance, dans l’histoire de la médecine, de la période moderne, et particulièrement de la seconde moitié du XVIIe siècle – alors que le XVIIIe siècle est privilégié par l’historiographie : l’attention nouvelle aux questions de santé qui apparaît alors prélude à la révolution médicale du siècle suivant. L’objet de la journée est d’appréhender les questions de santé de manière globale en traitant l’ensemble des acteurs : les ordres religieux dédiés au soin des malades ainsi que les professionnels de la santé, médecins et chirurgiens ; les politiques de santé publique mises en œuvre par les pouvoirs centraux et municipaux ; les représentations médicales, qu’elles soient religieuses ou artistiques.

2La principale limite de ces études locales, portant principalement sur le Roussillon et le Languedoc, relève de la faible prise en compte de l’historiographie, malgré quelques exceptions, qui aurait pourtant permis de replacer ces provinces dans une évolution générale, française voire européenne. C’est particulièrement le cas des deux études portant sur le cadre urbain. Ainsi l’article de Pierre Juhel sur « l’hygiène et de la propreté à Perpignan au XVIIIe siècle » ne s’appuie-t-il pas sur les travaux de Sabine Barles ou de Patrice Bourdelais. La longue litanie des ordonnances consulaires, ainsi que celles de l’intendant du Roussillon, Raymond de Saint-Sauveur, n’est pas reliée au développement d’une conception aériste de la ville, ainsi qu’à la diffusion des conceptions néo-hippocratiques chez les médecins et édiles. De la même manière, ces dernières années, les études sur les villes d’eaux, stations thermales et balnéaires, se sont multipliées sans que l’étude de Jean-Christophe Sanchez sur Balaruc ne les prenne en compte. Le cas de Balaruc aurait gagné à être plus précisément replacé dans le contexte de la naissance du loisir médical (Douglas Mackaman) ; on aimerait aussi en savoir davantage sur les liens entre cette source thermale et la faculté de médecine de Montpellier (Jean Meyers et Brigitte Pérez-Jean).

3Trois articles sont consacrés à la question hospitalière. Dans la lignée des travaux de Jean-Pierre Gutton, les articles de Caroline Perche et de Gilbert Larguier ont pour objet les administrateurs d’hôpitaux, respectivement dans la province de Roussillon et dans la ville de Narbonne. Caroline Perche montre, en outre, que la concentration hospitalière dans les grandes villes, au détriment des petits hôpitaux de campagne, pour des raisons économiques, n’est pas nouvelle. L’idée reçue d’hôpitaux destinés aux seuls miséreux est battue en brèche par l’étude de Gilbert Larguer montrant que les patients morts dans l’hôpital de Narbonne appartiennent, pour une part non négligeable, au monde qualifié des métiers. Jahiel Ruffay-Meray offre, quant à lui, une étude neuve de l’hôpital des forçats de Marseille, fondé en 1646 sous l’influence de Saint-Vincent de Paul, alors aumônier général des galères, et de ses innovations médicales, malheureusement non efficaces compte-tenu de la dureté du régime des galériens qui ne sont envoyés à l’hôpital que pour y mourir.

4Les professionnels de la santé, médecins et chirurgiens, font l’objet de quatre articles dans le volume. François-Pierre Blanc étudie le procès qui oppose, en 1768, un ancien chirurgien de Perpignan, Bertrand Carcassonne, à la faculté de médecine de la ville pour faire reconnaître son grade de médecin. Cette affaire est très intéressante en ce qu’elle révèle la promotion des chirurgiens dans l’espace social : en 1756, par lettres patentes, les chirurgiens ont été assimilés aux « notables bourgeois » des villes, à condition de ne plus exercer la « barberie, boutique et commerce ». Il est regrettable que l’auteur ne nourrisse pas son analyse des travaux de Christelle Rabier. Mais il est encore plus dommage que l’article suivant, celui de Delphine Sanchez, ignore les travaux de François-Pierre Blanc ! Le lecteur est par conséquent confronté à des contradictions quant à la place des médecins dans la municipalité de Perpignan au XVIIIe siècle : François-Pierre Blanc affirmant que les médecins furent compris dans la main majeure, groupe noble, et donc dans la municipalité entre 1717 et 1768 (p. 110) alors que Delphine Sanchez explique que ce ne fut le cas qu’en 1789 (p. 127). Peut-être cette apparente contradiction s’explique-t-elle, mais ce point aurait mérité d’être clarifié. De même, l’analyse de Delphine Sanchez de l’œuvre de salubrité publique de l’intendant Raymond de Saint-Sauveur n’est pas reliée à l’article de Pierre Juhel qui aborde ce thème. Les travaux d’historiens locaux comme Noël Bailbé ou Pierre Izarn mériteraient aussi d’être cités.

5Deux historiens évoquent les médecins du Languedoc : Anaïs Lewezyk-Janssen étudie les topographies médicales de quinze médecins du Haut-Languedoc, correspondants de la Société royale de médecine dans les années 1770. On regrette que le médecin de Mur-de-Barrez, Jean-Baptiste Bô, auteur d’Observations sur la Syrie et notamment sur la ville d’Alep, soit présenté comme « Bo » (p. 140, n. 4) et ne soit pas identifié comme le futur député de l’Aveyron à la Convention et célèbre représentant en mission.

6Dans un très intéressant article, Patrick Fournier étudie « La contribution des médecins du bas-Languedoc à la genèse de la méthode médico-climatique au XVIIIe siècle ». Outre le prestige de l’université de Montpellier, le rayonnement du bas-Languedoc en matière médicale repose également sur son réseau académique et hospitalier particulièrement dense comme en témoignent les trois figures de Bouillet (1690-1777), médecin des hôpitaux de la ville de Béziers, membre fondateur et secrétaire de l’Académie de la ville ; Razoux (1723-1798), médecin de l’Hôtel-Dieu de Nîmes et, enfin, le célèbre Paul-Joseph Barthez (1734-1806) professeur de l’université de Montpellier dont il devint le chancelier en 1785. L’article démontre que le genre des topographies médicales n’est pas né, comme on le croit communément, sous l’impulsion de la Société royale de médecine en 1776, mais dès 1744 avec la parution du premier tome des Éléments de la médecine-pratique de Bouillet qui comprend une topographie médicale sur la ville de Béziers, basée sur des relevés annuels effectués durant plusieurs années. Lorsqu’en 1801, Paul-Joseph Barthez participe à la réception d’une tête antique d’Hippocrate à l’École de Médecine de Montpellier, la cérémonie rappelle le rôle pionnier du Languedoc dans l’élaboration de la méthode médico-topographique.

7Enfin, les deux derniers articles du volume ont pour objet les représentations. Pierre Marty étudie l’anatomie à l’usage des artistes au XVIIIe siècle. Depuis le XVIIe siècle, elle tient une place capitale dans l’enseignement artistique des futurs peintres, et des manuels d’anatomie artistique s’adressent à ce nouveau public. Jacques Gamelin, peintre toulousain, fit imprimer, en 1779, un Nouveau Recueil d’ostéologie et de myologie dont il attendait la notoriété. En effet, grâce à ses liens avec les milieux médicaux et scientifiques, il aurait eu à sa disposition deux cadavres. Le fait que les dessins aient été réalisés d’après nature était un argument commercial important, Gamelin se voulant utile aux sciences autant qu’à l’art. Le succès fut d’estime, plus que commercial, puisque de grands peintres du XIXe siècle l’utilisèrent. Le volume, qui avait commencé dans la boue des rues de Perpignan, s’achève dans les nues, comme le note Gilbert Larguier, avec l’article de Jean-Luc Antoniazzi, sur le culte des saints et guérisons miraculeuses en Roussillon aux XVIIe et XVIIIe siècles. Certes, on ne peut lui reprocher d’ignorer les dernières parutions dans son champ d’étude puisqu’il se revendique manifestement de l’histoire sainte plutôt que de l’histoire : « Élevons aussi nos yeux pour découvrir que Dieu intervient dans l’histoire humaine » (p. 205).

8Au total, ce volume comprend des articles d’un intérêt inégal, mais a le mérite d’offrir au lecteur quelques intéressantes et suggestives études de cas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clarisse Coulomb, « Larguier Gilbert (dir.), Questions de santé sur les bords de la Méditerranée. Malades, soignants, hôpitaux, représentations en Roussillon, Languedoc et Provence (XVIe-XVIIIe siècle) », Histoire, médecine et santé, 10 | 2016, 103-105.

Référence électronique

Clarisse Coulomb, « Larguier Gilbert (dir.), Questions de santé sur les bords de la Méditerranée. Malades, soignants, hôpitaux, représentations en Roussillon, Languedoc et Provence (XVIe-XVIIIe siècle) », Histoire, médecine et santé [En ligne], 10 | hiver 2016, mis en ligne le 18 juillet 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://hms.revues.org/1058

Haut de page

Auteur

Clarisse Coulomb

Université de Grenoble, UMR LARHRA

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org