Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Médecine et médecins dans l’économie des savoirs

Médecine et médecins dans l’économie des savoirs de l’Europe moderne (1500-1650)

Elisa Andretta et Rafael Mandressi
p. 9-18

Texte intégral

1Ce dossier est le résultat d’un constat partagé, et de la volonté d’en faire un lieu d’interrogations, voire un chantier de recherche à part entière. En 2011, nous avons pris en charge l’organisation d’une session du Congrès de la Société française d’histoire des sciences et des techniques, qui s’est tenu à Nantes du 18 au 20 mai ; le thème que nous avions choisi était « Corps, sciences et culture », intitulé très général qui disait assez mal, au fond, ce qui était depuis peu devenu pour nous un questionnement commun quoiqu’encore insuffisamment défini : comment saisir et interpréter l’omniprésence des médecins dans l’univers culturel de la première modernité en Europe occidentale ? Voilà en tout cas le constat partagé – nous n’avions eu de cesse, au fil de nos recherches respectives, de trouver des médecins ailleurs que là où on pouvait les y attendre –, l’enjeu étant dès lors de le rendre opératoire afin de produire des analyses qu’on pressentait porteuses de nouveaux éclairages sur l’économie des savoirs en Europe aux xvie et xviie siècles.

  • 1 On renverra à ce sujet, entre autres, aux travaux d’Andrea Carlino : « Les fondements humanistes d (...)
  • 2 Charles B. Schmitt, « Aristotle among the physicians », dans Roger French, Iain M. Lonie, Andrew W (...)
  • 3 Harold J. Cook, « Physicians and Natural History », dans Nicholas Jardine, James A. Secord, Emma C (...)
  • 4 Voir Nancy G. Siraisi, « Anatomizing the Past: Physicians and History in Renaissance Culture », Re (...)
  • 5 Rafael Mandressi, « Médecine et discours sur l’homme dans la première modernité », Revue de Synthè (...)
  • 6 Elisa Andretta, « Les multiples visages d’un archiatre pontifical du xvie siècle. Activités et fon (...)
  • 7 Elisa Andretta, « Bartolomeo Eustachi e la cartografia del corpo umano », Quaderni storici, 130/1, (...)

2Nous n’étions certes pas dépourvus, à ce sujet, de travaux inspirant nos recherches. Dès la fin des années 1990, en effet, des études importantes avaient réinvesti, principalement sous l’angle de l’histoire intellectuelle, l’engagement des médecins dans des domaines variés de la culture lettrée, érudite et savante : la philologie, qu’une historiographie classique avait mise en avant sans toutefois aller au-delà de la désignation parfois rapide d’un « humanisme médical1 » ; la philosophie naturelle, fondement de toute étude médicale, dont les médecins, depuis le Moyen Âge, ont eu souvent en charge l’enseignement dans les universités, en particulier en Italie2 ; l’histoire naturelle, qu’on avait rattachée, à juste titre mais sans doute de façon trop exclusive, à la place de la materia medica dans l’outillage thérapeutique du savoir médical3. Or les médecins de la première modernité se sont occupés aussi d’ars historica, d’art oratoire ou d’antiquaria, comme l’ont notamment mis en évidence les travaux de Nancy Siraisi4. Dans nos propres recherches, nous avions exploré leur participation, décisive, dans l’élaboration d’une doctrina de homine, qui vers la fin du xvie siècle prit le nom d’anthropologia5, leur rôle dans l’organisation de bibliothèques et de collections curiales6, ainsi qu’une familiarité avec les outils et les techniques cartographiques qui les amenaient parfois à devenir eux-mêmes éditeurs de cartes ou cartographes7.

  • 8 Voir, sur ce dernier aspect, nos contributions respectives dans Maria Antonietta Visceglia, Elisa (...)
  • 9 Sur les relations entre médecine et astrologie, voir Monica Azzolini, The Duke and the Stars: Astr (...)
  • 10 Il convient de souligner à cet égard les travaux de José Pardo Tomás, dont sa contribution ci-aprè (...)

3Des médecins cosmographes, fabricants d’instruments, des médecins publiant des ouvrages d’histoire naturelle, des médecins numismates, poètes, architectes, dramaturges, physiognomonistes, alchimistes, logiciens, astrologues, des médecins qui ont été aussi théologiens, auteurs de récits de voyage et de livres d’emblèmes, des médecins diplomates et/ou espions, aux prises donc avec des enjeux politiques dont ils étaient par ailleurs des acteurs en tant que conseillers des princes, acteurs curiaux, intermédiaires, informateurs8. Des médecins, en somme, dont les connaissances en matière de philosophie naturelle ne sont guère surprenantes, puisque celle-ci fait partie de leur formation, des médecins qu’on ne peut non plus s’étonner de voir agir, écrire et se présenter comme botanistes et/ou astrologues, la matière médicale et la médecine astrale étant des compétences attendues chez eux9. En revanche, les médecins mathématiciens sont beaucoup moins bien connus, une enquête d’envergure sur le rôle des médecins dans l’édition savante européenne à l’époque moderne fait défaut, les narrations du monde faites par des médecins au large ont été peu étudiées10.

  • 11 Trois exemples, pris parmi des dizaines : Reinier Gemma Frisius (1508-1555), professeur de médecin (...)

4En un mot, et pour le dire quelque peu brutalement, il n’est nullement besoin, dans l’histoire des savoirs de la première modernité, de chercher les médecins : ils sont partout. Il s’agit de donner à cette assertion, on l’a dit, une concrétisation problématique, qui ne peut advenir sans multiplier les recherches sur des dossiers spécifiques, en particulier à propos de domaines entièrement ou très largement à défricher. Ce travail, indispensable, ne suffit pourtant pas, s’il se limite à une série d’enquêtes compartimentées par disciplines ou par pratiques discrètes, à réévaluer le fonctionnement du champ médical et sa situation dans le système des savoirs. En d’autres termes, les médecins philosophes, naturalistes ou mathématiciens, entre autres, ne rendent pas toujours compte, pris comme tels, c’est-à-dire en fonction de découpages disciplinaires binaires, de la nature des rôles et des identités intellectuelles composites auxquelles on a affaire : l’enseignement de la logique dans les universités peut aller de pair avec la charge de garder un jardin des simples, la fabrication d’instruments cosmographiques, la publication d’ouvrages d’histoire ou le collectionnisme11.

5D’où l’intérêt de ne pas se cantonner au savoir médical, aux passerelles et aux interactions que l’on peut identifier avec d’autres domaines de la production intellectuelle, sans porter en même temps l’attention sur les médecins : sur leurs parcours, leurs insertions dans des milieux variés, leur participation parfois massive à la structuration de communautés savantes, leurs interventions multiples et à divers titres – experts, professionnels, conseillers, administrateurs – dans la vie sociale et politique, afin d’apporter entre autres des réponses à la question, fondamentale mais rarement posée, de savoir ce que c’est qu’un médecin aux xvie et xviie siècles.

  • 12 Ce volet de l’enquête rejoint en partie celle que Joël Chandelier et Aurélien Robert ont mené pour (...)
  • 13 Voir, entre autres, Alessandro Pastore, Il medico in tribunale. La perizia medica nella procedura (...)

6On a voulu dans ce dossier, de façon exploratoire et nécessairement partielle, ouvrir l’enquête en tenant compte de ces deux versants. Le premier est celui qui concerne les idées, les outils de pensée, les modalités discursives ou encore les formes textuelles qui rendent compte des contiguïtés perméables entre la médecine et d’autres savoirs12. Ces liens étroits, les fécondations réciproques auxquelles ils donnent lieu au gré des emprunts de techniques intellectuelles, des terrains d’action partagés et de la mise au point négociée de dispositifs de véridicité sont bien illustrés par l’article d’Alessandro Pastore sur la médecine et le droit. A. Pastore, dont les contributions marquantes ont renouvelé l’étude de la médecine légale à l’époque moderne13, revisite ici l’insertion des savoirs sur le corps au sein du droit et des procédures de justice, dans un contexte où l’interdépendance théorisée des savoirs médicaux et juridiques coexiste avec des frontières disciplinaires et des rôles professionnels distincts et autonomes. En appuyant ses analyses sur des manuels de pratique judiciaire destinés à la consultation courante par les magistrats et les fonctionnaires, l’auteur choisit de cerner la portée concrète des croisements entre ces deux domaines du savoir en visant autant les pratiques que la réflexion théorique et doctrinale.

  • 14 Joël Chandelier et Marilyn Nicoud, « Entre droit et médecine : les origines de la médecine légale (...)
  • 15 Outre les ouvrages classiques dirigés par Ole Peter Grell et Andrew Cunningham, Medicine and the R (...)
  • 16 Caspar Bartholin (1585-1629) en fournit un cas emblématique en attente de développements précis.
  • 17 Par exemple, une étude de l’apport du savoir médical à la controverse de Valladolid (1550-1551) re (...)
  • 18 Katharine Park, « The criminal and the Saintly Body: Autopsy and Dissection in Renaissance Italy » (...)

7Les dialogues du droit et de la médecine renvoient ainsi aux espaces de l’expertise et du cas14, mais aussi au cadre universitaire, où l’un et l’autre de ces savoirs ont connu une cristallisation institutionnelle dès le xiiie siècle. Ils ont cela en commun avec la théologie : trois facultés supérieures, trois savoirs dogmatiques, un triangle qu’on a choisi de ne pas négliger, tant il a marqué l’organisation de l’ordre intellectuel dans l’Europe de la première modernité. Si les travaux sur les rapports entre médecine et religion ne manquent pas15, les articulations spécifiques entre savoir médical et théologie ont été abordées de façon moins directe que ce soit sous l’angle des médecins théologiens16 ou des apports des médecins à la résolution de questions théologiques épineuses17. Une exception significative est celle du rôle des médecins dans l’interprétation des miracles ou dans la construction de la sainteté qui, dans les dernières années, a suscité un intérêt considérable à la croisée entre histoire de la médecine et histoire du fait religieux18. L’article de Jetze Touber aborde ici les relations entre médecine et théologie par le biais de la medicina sacra. Ce domaine du savoir où les compétences médicales et naturalistes étaient mobilisées pour expliquer l’histoire biblique trouve ses origines au Moyen Âge mais se développe de façon considérable à partir de la deuxième moitié du xvie siècle. Dans sa contribution J. Touber examine des textes au statut divers, écrits par des auteurs appartenant à différents milieux et confessions religieuses, mais qui font tous recours aux outils de la médecine sacrée. Chacun à sa manière, l’espagnol Francisco Valles (1524-1592), le jésuite Girolamo Bardi (fl. 1603), le calviniste Johannes de Mey (1617-1678) ou le luthérien Thomas Bartholin trouvent dans les Écritures un espace où définir les relations et les limites entre intervention médicale et intervention divine, entre agir humain et volonté de Dieu, mais aussi, parfois, un lieu où faire preuve de leur habileté dans l’interprétation des maladies en relation avec les débats contemporains.

  • 19 Le De institutione arithmetica, où Boèce introduit la notion de quadrivium, est l’un des deux trai (...)

8Or l’université c’est aussi les arts, parfois réunis en une faculté propédeutique ; les sciences mathématiques en font partie, dans un périmètre qui, conformément à la définition du quadrivium de Boèce et sa postérité médiévale, inclut la musique19. Concetta Pennuto explore, de façon originale à tous égards, les usages qui en sont faits dans la compréhension du fonctionnement du corps, qui, par ses pulsations et vibrations, serait le producteur d’une musique de la santé et de la maladie. Réapparaît ainsi la figure ancienne du medicus musicus, confronté aux sons, aux rythmes et aux métriques du corps, et capable d’utiliser la musique comme une forme de thérapie.

9L’article de José Pardo Tomás porte le regard vers d’autres espaces, ceux de la Nouvelle-Espagne notamment, où le protomédico général des Indes Francisco Hernández († 1587) mène les travaux qui lui ont été confiés par le roi Philippe II afin de recueillir des informations de première main et aussi exhaustives que possible sur les ressources naturelles de cette partie de l’empire espagnol. Médecin investi dans sa mission par le pouvoir, voyageur collectant des espèces et des échantillons, rédacteur d’une histoire naturelle, Hernández incarne à la fois les intrications entre médecine et savoirs naturalistes, les géographies connectées d’entreprises savantes aux prises avec l’inconnu, les rôles qu’ont pu jouer les médecins enchâssés dans des dispositifs politiques. C’est un travail intellectuel doublé de la trajectoire d’un individu qui est ici en jeu, mettant en lumière ce que les contributions d’Elisa Andretta et de Rafael Mandressi déplacent davantage sur le second versant de l’enquête, plutôt axé sur ce qu’on pourrait appeler une histoire des médecins que sur une histoire de la médecine. Chez E. Andretta, les « médecins du Tibre » s’intéressent au fleuve romain en intervenant, par l’imprimé, dans les débats au sujet de l’eau, de sa potabilité, des affaires sanitaires qui y sont associées et, par conséquent, sur les décisions administratives et politiques qui s’y rattachent. R. Mandressi propose, quant à lui, un portrait des milieux médicaux qui gravitent autour de l’atelier d’imprimerie de Christophe Plantin à Anvers, dont la description des activités, des interactions et des déplacements permet de dégager des vecteurs de l’Europe savante et lettrée.

10Chacun de ces articles est censé proposer une entrée pour explorer l’hypothèse qu’on souhaite poser, et qui fait du savoir médical de la première modernité un laboratoire des cultures et des pratiques savantes. Autrement dit, il s’agit de saisir l’histoire des savoirs de cette époque en l’observant à travers le prisme de la médecine et des médecins. Caractérisée par une institutionnalisation précoce de l’enseignement et de la profession, par la pluralité de ses terrains, par l’articulation entre une culture écrite et une culture de l’observation, entre une pratique de l’expérience et une pratique interventionniste, par la recherche et la revendication d’une spécificité intellectuelle en tant que savoir sur l’homme et sur la nature, par la mobilité de ses acteurs, par son imbrication avec d’autres savoirs, la médecine est un observatoire privilégié des dynamiques des mondes savants à l’époque moderne. Cela suppose de tenter une histoire intégrée des médecins comme passeurs, des circuits de passage (lieux, milieux, institutions) et des techniques intellectuelles et matérielles par lesquelles la médecine a pu irriguer d’autres domaines d’activité savante et/ou professionnelle.

  • 20 On renverra, en ce qu’il est fortement représentatif de cette approche, à Mirko Grmek, La Première (...)
  • 21 Parmi les récits classiques de la « révolution scientifique » d’où la médecine est exclue, parfois (...)

11On ne terminera pas cette introduction sans évoquer, brièvement, les attendus et les conséquences historiographiques de l’approche que nous avons choisi d’adopter. Nous n’entendons pas mettre nos pas dans ceux des travaux qui ont fait de la « révolution scientifique » ou de la « nouvelle science » une catégorie d’analyse pertinente à laquelle on devrait soumettre l’histoire de la médecine et des médecins. Deux voies ont pu être suivies en ce sens : une première s’est efforcée d’identifier, pour ne pas dire isoler, les traits du savoir médical les mieux à même de correspondre à ce qu’aurait caractérisé la « révolution scientifique20 » ; il s’agit, dans cette perspective, de trouver une place pour la médecine dans cette révolution, de la situer autant que faire se peut à la hauteur de la modernité des sciences, partant de la modernité tout court, ce qui revient aussi à affirmer qu’elle a fait partie des sciences modernes, et, par conséquent, que l’histoire de la médecine a droit de cité dans l’histoire des sciences telle qu’elle a été entendue et pratiquée par l’historiographie habitée par la notion de révolution21. Bref, on répare une erreur, ou plutôt on comble une lacune, on rattrape une omission.

  • 22 En 1993, Richard S. Westfall, biographe de Newton, pouvait exprimer son étonnement de constater, à (...)
  • 23 Voir Harold J. Cook, « The History of Medicine and the Scientific Revolution », Isis, 102/1, 2011, (...)

12Plus intéressante et à peine plus récente, une autre proposition historiographique découvre le poids de la médecine et des médecins dans l’avènement de la « nouvelle science22 », au point d’en déplacer, dans certains cas, le cœur battant du côté médical. En d’autres termes, ce n’est pas la mathématisation, le passage d’un « univers clos » à un « univers infini » ou la philosophie expérimentale qu’il convient de cibler afin d’accéder à une bonne intelligence des bouleversements dans le champ des sciences à l’époque moderne, mais bien la médecine et sa légion de praticiens impliqués dans des voisinages pluriels, pratiques et théoriques23. Entre la « révolution scientifique » – en y insérant la médecine et les médecins –, et la « révolution scientifique » par les médecins et la médecine, notre parti pris en la matière se dit somme toute assez simplement : à l’écart de catégories qui ont été mobilisées à des fins de définition et délimitation disciplinaires ou sous-disciplinaires – histoire des sciences, histoire de la médecine –, nous ne visons pas à rétablir rétrospectivement un droit à la prééminence des médecins ni à mettre en avant leur contribution dans un basculement quelconque vers une modernité des savoirs, qui reste, d’ailleurs, à définir et à justifier ; nous sommes en revanche convaincus de la pertinence, voire du caractère crucial, de s’intéresser aux médecins, à leur savoir, à leurs activités et leurs productions, pour envisager une relecture du système des savoirs dans l’Europe moderne.

13Emprunter cette voie ouvre également, c’est aussi notre hypothèse, des chantiers nouveaux en histoire de la médecine, en introduisant explicitement la question des identités des médecins – intellectuelles, professionnelles, institutionnelles, sociales – qui demandent à être historicisées dans leurs concomitances. D’où, entre autres, la remise en cause d’un partage excessivement tranché entre une médecine universitaire essentiellement vouée à l’élaboration doctrinale et une médecine de terrain bricoleuse sur le plan théorique et exclusivement aux prises avec le sanitaire. La frontière entre le « haut » et le « bas » de la médecine ne résiste pas à l’analyse conduite en tenant compte des parcours des médecins, qui agissent tantôt comme professionnels de la santé, tantôt comme conseillers, comme experts ou comme intermédiaires, tantôt comme lettrés impliqués dans le traitement, la transmission et la circulation de textes, dans l’aménagement de bibliothèques et la commensurabilité des langues, dans la saisie du monde et de la nature.

14On l’aura compris, on ne fait ici qu’esquisser les contours d’un programme de recherche appelé à des développements bien plus conséquents que ce qu’on peut suggérer dans ce dossier. Aussi l’avons-nous conçu, proposé et réalisé à titre exploratoire, sachant que seule une revue comme Histoire, médecine et santé est en mesure d’accueillir une pareille invitation historiographique, ouverte car encore embryonnaire, tributaire de travaux existants mais souhaitant en approfondir les attendus, ambitieuse dans ses horizons et forcément limitée dans ses premiers résultats. Elle trouve toutefois un de ses moteurs dans la conviction que maintes insatisfactions sont à combler par la mise à l’épreuve de ses hypothèses, et qu’une entreprise consistant à prendre au sérieux le défi d’une histoire enrichie et complexifiée par les médecins et les affaires médicales placés au centre des questionnements, est capable de fournir des clés majeures pour une intelligence nouvelle de la première modernité.

Haut de page

Notes

1 On renverra à ce sujet, entre autres, aux travaux d’Andrea Carlino : « Les fondements humanistes de la médecine : rhétorique et anatomie à Padoue vers 1540 », dans Andrea Carlino et Alexandre Wenger (éd.), Littérature et médecine. Approches et perspectives (xvie-xixe siècles), Genève, Droz, 2007, p. 19-47 ; « Anatomia umanistica: Vesalio, gli Infiammati e le arti del discorso », dans Andrea Carlino, Antonio Clericuzio et Maria Conforti (éd.), Medicina, cura e salute nel Rinascimento, Rome, Carocci, 2013, p. 77-94. On pourra aussi se reporter aux ouvrages de Miguel Ángel González Manjarrés sur le médecin espagnol Andrés Laguna : El humanismo médico de Andrés Laguna, Valladolid, Universidad de Valladolid, 1998 ; et Andrés Laguna y el humanismo médico: estudio filológico, Salamanque, Junta de Castilla y León, 2000. Voir la monographie de Giovanna Ferrari sur le médecin véronais Alessandro Benedetti, L’esperienza del passato. Alessandro Benedetti filologo e medico umanista, Florence, Leo S. Olschki, 1996.

2 Charles B. Schmitt, « Aristotle among the physicians », dans Roger French, Iain M. Lonie, Andrew Wear, The Medical Renaissance of the Sixteenth Century, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 1-15, 271-279 ; Nancy G. Siraisi, Medicine and the Italian Universities 1250-1600, Louvain/Boston/Cologne, Brill, 2001 ; Ian Maclean, Logic, Signs and Nature in the Renaissance: The Case of Learned Medicine, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

3 Harold J. Cook, « Physicians and Natural History », dans Nicholas Jardine, James A. Secord, Emma C. Spary, Cultures of natural history, Cambridge/New York, Cambridge University Press, 1999, p. 91-105.

4 Voir Nancy G. Siraisi, « Anatomizing the Past: Physicians and History in Renaissance Culture », Renaissance Quarterly, 53, 2000, p. 1-30 ; ead., « History, Antiquarianism, and Medicine: The Case of Girolamo Mercuriale », Journal of the History of Ideas, 64/2, 2003, p. 231-251 ; ead., « Oratory and Rhetoric in Renaissance Medicine », Journal of the History of Ideas, 65/2, 2004, p. 191-211 ; ead., « Medicine and the Renaissance World of Learning », Bulletin of the history of medicine, 78, 2004, p. 1-36 ; ead., « Historiæ, Natural History, Roman Antiquity, and Some Roman Physicians », dans Gianna Pomata et Nancy G. Siraisi (éd.), Historia. Empiricism and Erudition in Early Modern Europe, Cambridge, MIT Press, 2005, p. 325-354 ; ead., History, medicine, and the traditions of Renaissance learning, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2007. Voir aussi, dans cet ouvrage, Gianna Pomata, « Praxis Historialis: The Uses of Historia in Early Modern Medicine », p. 105-146. On pourra se reporter également à Nancy S. Struever et Stephen Pender (éd.), Rhetoric and Medicine in Early Modern Europe, Farnham, Ashgate, 2012, ainsi qu’à Andrea Carlino, « Nel solco di Roma tra filologia e autopsia: note su scienza e antiquaria nel Cinquecento », dans Antonella Romano (éd.), Rome et la science moderne entre Renaissance et Lumières, Rome, École française de Rome, 2008, p. 323-346.

5 Rafael Mandressi, « Médecine et discours sur l’homme dans la première modernité », Revue de Synthèse, 134/4, 2013, L’anthropologie des médecins (ixe-xviiie siècles), p. 511-536, et, pour la période précédente, voir dans le même dossier, Joël Chandelier et Aurélien Robert, « Nature humaine et complexion du corps chez les médecins italiens de la fin du Moyen Âge », p. 473-510.

6 Elisa Andretta, « Les multiples visages d’un archiatre pontifical du xvie siècle. Activités et fonctions de Michele Mercati au Palais Apostolique », dans Elisa Andretta et Marilyn Nicoud (éd.), Être médecin à la cour, Italie, France, Espagne (xiiie-xviiie siècles), Florence, Sismel (Micrologus’ Library), 2013, p. 161-182.

7 Elisa Andretta, « Bartolomeo Eustachi e la cartografia del corpo umano », Quaderni storici, 130/1, 2009, p. 93-124 ; Rafael Mandressi, « Livres du corps et livres du monde : chirurgiens, cartographes et imprimeurs, xve-xvie siècle », dans Christine Bénévent, Isabelle Diu et Chiara Lastraioli (éd.), Gens du livre et gens de lettres à la Renaissance, Turnhout, Brepols, 2014, p. 209-230.

8 Voir, sur ce dernier aspect, nos contributions respectives dans Maria Antonietta Visceglia, Elisa Andretta, Paola Volpini et Elena Valeri (éd.), Tramiti. Figure e spazi della mediazione politica, Rome, Edizioni Viella, 2015 : « Mediazione politica e ricerca naturalistica nel viaggio in Polonia di Michele Mercati », p. 39-65 ; et « “Je suis pensionnaire de Monseigneur, un trahistre, espion” : Jean Riolan fils, agent de Richelieu », p. 103-134.

9 Sur les relations entre médecine et astrologie, voir Monica Azzolini, The Duke and the Stars: Astrology and Politics in Renaissance Milan, Boston, Harvard University Press, 2013, en particulier chap. 4.

10 Il convient de souligner à cet égard les travaux de José Pardo Tomás, dont sa contribution ci-après sur Francisco Hernández et la Nouvelle-Espagne ou l’article écrit en collaboration avec Elisa Andretta, « Il mondo secondo Andrés Laguna (1511?-1559): il Dioscorides spagnolo tra storia naturale e politica », Rivista Storica Italiana, à paraître en juin 2017.

11 Trois exemples, pris parmi des dizaines : Reinier Gemma Frisius (1508-1555), professeur de médecine à Louvain, enseigna aussi les mathématiques, fut un fabricant renommé d’instruments (astrolabes, anneaux astronomiques), de globes et de mappemondes, fut l’éditeur du Cosmographicus liber de Peter Apian, l’auteur d’un De Principiis Astronomiæ & Cosmographiæ, d’une Arithmetica practicæ methodus facilis et d’un De radio astronomico et geometrico liber, ainsi que l’inventeur de nouvelles méthodes de triangulation topographique, d’établissement de la longitude géographique et d’orientation sur mer. Rembert Dodoens (1517-1585) fit ses études à Louvain sous Gemma Frisius et termina sa carrière comme médecin de l’empereur Maximilien à Vienne, après avoir passé de longues années à Anvers, où il conseilla l’imprimeur Christophe Plantin et publia, outre des livres de médecine, une Cosmographica in astronomiam et geographiam isagoge et plusieurs histoires des plantes. Adriaen de Jonghe (Hadrianus Junius, 1511-1575), reçu docteur en médecine à Bologne, fut « Historien des Estats de Hollande » par son Batavia, publia une Passio servatoris nostri Iesu Christi, un livre d’emblèmes et des traductions d’Eunapios et d’Hésychios de Milet. Voir, ci-après, l’article de Rafael Mandressi, « Les savants de l’imprimeur ». Juan Aguilera († 1560) médecin, secrétaire et agent du cardinal Francisco de Mendoza y Bobadilla à Rome, anime dans la ville un cercle érudit pendant qu’il travaille à la construction d’un astrolabe très apprécié par ses contemporains à propos duquel il publie les Canones Astrolabii Universalis, Salamanque, A. Portonario, 1554. Rentré en Espagne autour de 1550, il est nommé professeur d’astronomie à l’Université de Salamanque où il introduit l’enseignement des théories coperniciennes.

12 Ce volet de l’enquête rejoint en partie celle que Joël Chandelier et Aurélien Robert ont mené pour la période médiévale, Frontières des savoirs en Italie à l’époque des premières universités (xiiie-xve siècles), Rome, École française de Rome, 2015.

13 Voir, entre autres, Alessandro Pastore, Il medico in tribunale. La perizia medica nella procedura penale di antico regime (secoli xvi-xviii), Bellinzona, Edizioni Casagrande, 1998 ; id., Le regole dei corpi: medicina e disciplina nell’Italia moderna, Bologne, Il Mulino, 2006 ; id. et Giovanni Rossi (éd.), Paolo Zacchia: alle origini della medicina legale: 1584-1659, Milan, F. Angeli, 2008. Voir aussi de Pastore, « Violence du corps : entre médecine et droit. Théorie et pratiques de l’expertise médico-légale au xviie siècle, l’exemple de Bologne », dans Michel Porret (éd.), Le Corps violenté. Du geste à la parole, Genève, Droz, 1998, p. 197-221 ; et « Médecine légale et investigation judiciaire : expérimenter le poison sur les animaux en Italie à l’époque moderne », Revue d’histoire des sciences humaines, 22, 2010, p. 17-35.

14 Joël Chandelier et Marilyn Nicoud, « Entre droit et médecine : les origines de la médecine légale en Italie (xiiie-xive siècles) », dans Joël Chandelier et Aurélien Robert, Frontières des savoirs en Italie…, op. cit., p. 233-293. Au sujet du cas en médecine, plus généralement, voir les travaux de Jole Agrimi et Chiara Chrisciani sur les consilia médiévaux : Jole Agrimi et Chiara Chrisciani, Les consilia médicaux, Turnhout, Brepols, 1994 ; Chiara Chrisciani, « Consilia, responsi, consulti: i pareri del medico tra insegnamento e professione », dans Carla Casagrande, Chiara Crisciani et Silvana Vecchio (éd.), Consilium. Teorie e pratiche del consigliare nella cultura medievale, Florence, SISMEL/Edizioni del Galluzzo, 2004, p. 259-279 ; ead., « Éthique des consilia et de la consultation : à propos de la cohésion morale de la profession médicale (xiiie-xive siècles) », Médiévales, 46, 2004, p. 23-44 et pour l’époque moderne, les articles concernant le domaine médical contenus dans le dossier Fatti: storie dell'evidenza empirica, éd. Simona Cerutti et Gianna Pomata, Quaderni storici, 108/3, 2001, et les travaux de Gianna Pomata sur les observationes : Gianna Pomata, « Sharing Cases: the Observationes in Early Modern Medicine », Early Science and Medicine, 15/3, 2010, p. 193-236 ; ead., « Observation rising: birth of an epistemic genre, 1500-1650 », dans Lorraine Daston et Elizabeth Lunbeck (éd.), Histories of Scientific Observation, Chicago, University of Chicago Press, 2011, p. 45-80 ; ead., « A Word of the Empirics: The Ancient Concept of Observation and its Recovery in Early Modern Medicine », Annals of Science, 68/1, 2011, p. 1-26.

15 Outre les ouvrages classiques dirigés par Ole Peter Grell et Andrew Cunningham, Medicine and the Reformation, Londres, Routledge, 1993 ; Religio Medici: Medicine and Religion in Seventeenth-Century England, Aldershot, Scholar Press, 1996 ; Medicine and Religion in Enlightenment Europe, Farnham, Ashgate, 2007, voir aussi Maria Pia Donato et Jill Kraye (éd.), Conflicting Duties. Science, Medicine and Religion in Rome, 1550-1750, Londres/Turin, Nino Aragno Editore, 2009 ; Maria Pia Donato, Morti improvvise. Medicina e religione nella Roma del Settecento, Rome, Carocci editore, 2010 ; Chrétiens et sociétés, 19, 2012, Olivier Faure (éd.), Médecine et religion (en ligne : https://chretienssocietes.revues.org/3276) ; Luc Berlivet, Sara Cabibbo, Maria Pia Donato, Marilyn Nicoud, Raimondo Michetti (éd.), Médecine et religion. Compétitions, collaborations, conflits (XIIe-XXe siècles), Rome, École française de Rome, 2013.

16 Caspar Bartholin (1585-1629) en fournit un cas emblématique en attente de développements précis.

17 Par exemple, une étude de l’apport du savoir médical à la controverse de Valladolid (1550-1551) reste encore à faire.

18 Katharine Park, « The criminal and the Saintly Body: Autopsy and Dissection in Renaissance Italy », dans Renaissance Quarterly, XLVII, 1994, p. 1-33; Nancy G. Siraisi, « Signs and Evidence: Autopsy and Sanctity in late Sixteenth Italy », dans ead., Medicine and the Italian Universities, op. cit., p. 356-380 ; Albrecht Burkardt, Les clients des saints. Maladie et quête du miracle à travers les procès de canonisation de la première moitié du XVIIe siècle en France, Rome, École française de Rome, 2004 ; Gianna Pomata, « Malpighi and the holy body: medical experts and miraculous evidence in seventeenth-century Italy », Renaissance Studies, 21/4, 2007, p. 568-586 ; Elisa Andretta, « Anatomie du Vénérable dans la Rome de la Contre-réforme. Les autopsies d’Ignace de Loyola et de Philippe Neri », dans Conflicting Duties, op. cit., p. 275-300 ; Jacalyn Duffin, Medical Miracles: Doctors, Saints, and Healing in the Modern World, Oxford, Oxford University Press, 2009 ; Brad Bouley, « Contested Cases: Medical Evidence, Popular Opinion, and the Miraculous Body », dans Médecine et religion, op. cit., p. 139-162 ; Jetze J. Touber, Law, Medicine and Engineering in the Cult of the Saints in Counter-Reformation Rome: the Hagiographical Works of Antonio Gallonio, 1556-1605, Leyde, Brill, 2014.

19 Le De institutione arithmetica, où Boèce introduit la notion de quadrivium, est l’un des deux traités qu’il consacra aux mathemata, l’autre étant De institutione musica. Pour des traductions françaises, voir Institution arithmétique, trad. Jean-Yves Guillaumin, Paris, Les Belles Lettres, 1995 ; et Traité de la musique, trad. Christian Meyer, Turnhout, Brepols, 2004.

20 On renverra, en ce qu’il est fortement représentatif de cette approche, à Mirko Grmek, La Première révolution biologique, Paris, Payot, 1990.

21 Parmi les récits classiques de la « révolution scientifique » d’où la médecine est exclue, parfois explicitement, voir Alexandre Koyré, From the Closed World to the Infinite Universe, Baltimore, Johns Hopkins Press, 1957 (tr. fr. : Du monde clos à l’univers infini, Paris, PUF, 1962), ainsi que les premiers ouvrages de Alfred Rupert Hall, en particulier The Scientific Revolution, 1500-1800: The Formation of the Modern Scientific Attitude, Londres, Longman, 1954 – le point de vue de Hall à ce sujet n’est plus tout à fait le même dans The Revolution of Science, 1500-1750, Londres, Longman, 1983 – ou Charles C. Gillispie, The Edge of Objectivity: An Essay in the History of Scientific Ideas, Princeton, Princeton University Press, 1960. On en trouvera une illustration plus récente dans Ofer Gal et Raz Chen-Morris, Baroque Science, Chicago, University of Chicago Press, 2012, ouvrage que l’éditeur présente néanmoins comme a radically new perspective on the study of early modern science, dès lors que leurs auteurs examine science in the context of the baroque, analyzing the tensions, paradoxes, and compromises that shaped the New Science of the seventeenth century and enabled its spectacular success. On remarquera que la chronologie choisie est toujours celle du xviie siècle « révolutionnaire » ayant accouché d’une « nouvelle science ». Pour une synthèse historiographique sur la « révolution scientifique », la référence reste Hendrik Floris Cohen, The Scientific Revolution: A Historiographical Inquiry, Chicago, University of Chicago Press, 1994.

22 En 1993, Richard S. Westfall, biographe de Newton, pouvait exprimer son étonnement de constater, à partir de la base de données qu’il avait commencée à constituer sur les vies et les carrières de plus de 600 savants des xvie et xviie siècles, qu’un très grand nombre d’entre eux étaient des médecins (voir Richard S. Westfall, « Science and technology during the Scientific Revolution: An empirical approach », dans Judith V. Field et Frank A. J. L. James (éd.), Renaissance and Revolution. Humanists, Scholars, Craftsmen and Natural Philosophers in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 1993, p. 63-72 ; la base de données biographique lancée par Westfall peut être consultée en ligne : http://galileo.rice.edu/lib/catalog.html).

23 Voir Harold J. Cook, « The History of Medicine and the Scientific Revolution », Isis, 102/1, 2011, p. 102-108, un court article qui prolonge et précise, à vingt années de distance, les propos déjà présents dans id., « The new philosophy and medicine in seventeenth-century England », dans David C. Lindberg et Robert S. Westman (éd.), Reappraisals of the Scientific Revolution, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p. 397-436. Voir id., Matters of Exchange. Commerce, Medicine and Science in the Dutch Golden Age, New Haven/Londres, Yale University Press, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisa Andretta et Rafael Mandressi, « Médecine et médecins dans l’économie des savoirs de l’Europe moderne (1500-1650) », Histoire, médecine et santé, 11 | 2017, 9-18.

Référence électronique

Elisa Andretta et Rafael Mandressi, « Médecine et médecins dans l’économie des savoirs de l’Europe moderne (1500-1650) », Histoire, médecine et santé [En ligne], 11 | été 2017, mis en ligne le 20 octobre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://hms.revues.org/1075

Haut de page

Auteurs

Elisa Andretta

Elisa Andretta est historienne (CNRS, Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes), spécialisée en histoire sociale des cultures et des pratiques médicales à l’époque moderne.

Articles du même auteur

Rafael Mandressi

Rafael Mandressi est historien (CNRS, Centre Alexandre-Koyré), spécialisé dans la médecine et les savoirs sur le corps en Europe à l’époque moderne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org