Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Médecine et médecins dans l’économie des savoirs

Pulsations du corps en médecine

Sentir et mesurer par la musique
Concetta Pennuto
p. 55-76

Résumés

Cet article propose une illustration de la manière dont la musique a fourni, par le biais de ses harmonies et son langage, un outil aux médecins pour comprendre et maîtriser les pulsations du cœur. Après une courte exploration de l’acte de prendre le pouls dans l’Antiquité et au Moyen Âge, l’étude présente des exemples de médecins modernes qui utilisent non seulement les moyens de l’harmonie musicale (comme on le faisait dans la médecine antique), mais également la notation pour marquer, transmettre et communiquer la perception du pouls. Les médecins du xviiie et du xixe siècle créent des partitions de la pulsation cardiaque. La sensation individuelle de la pulsation est alors objectivée et mesurée dans la transcription en musique.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

pouls, musique, corps

Keywords :

pulse, music, body
Haut de page

Texte intégral

Le texte de cet article a fait l’objet de deux communications portant sur le diagnostic par le pouls, à la Renaissance pour l’une, à l’époque moderne pour l’autre. La première communication a été présentée dans le cadre du séminaire de recherche Ricercar, organisé par Philippe Vendrix au Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR), université François-Rabelais, Tours, 27-30 mai 2014 ; la seconde, à l’occasion des Mercredis de Thélème « Dans le son tout est bon », dans une session sur Les sons du corps et du cœur, partagé avec Daniel Saulnier, 23 novembre 2016. Je tiens à remercier Camilla Cavicchi, avec qui j’ai partagé ces recherches sur la musique du corps durant le séminaire Ricercar, et Daniel Saulnier pour les échanges sur la musica pulsatilis.

1Prendre le pouls est aujourd’hui un geste tellement commun que tout le monde peut le faire. Dans les hôpitaux, un infirmier prend le pouls, tout comme le ferait un médecin. Une personne qui a l’impression de tomber malade ou ressent un changement d’état dans son corps peut, elle aussi, prendre son propre pouls. La mesure de la pulsation, par rapport à ce qu’elle considère comme son état de normalité ou de santé, lui dira si changement il y a. D’autre part, la notion de mesure permet au corps soignant de poser un diagnostic ou de relever l’un des signes majeurs d’une maladie. Cette mesure « médicale » ne relève néanmoins pas uniquement de ce que sent le patient, mais aussi de l’accord sur des paramètres acceptés de la communauté scientifique par rapport à la vitesse, la régularité, etc.

  • 1 Pour une histoire du diagnostic par la prise du pouls, voir Éric Marié, Le diagnostic par les poul (...)
  • 2 Voir Tractatus de urinis, dans Hortus sanitatis, Mayence, Jakob Meydenbach, 1491, fo 2roa : medicu (...)

2Dans la médecine de l’Antiquité jusqu’à celle de la première modernité, ont été composés de nombreux traités sur la prise du pouls1, l’un des gestes médicaux les plus importants du diagnostic et du pronostic pour un médecin qui est qualifié d’artifex sensitivus, travailleur par les sens2. Le diagnostic et le pronostic sont posés par les médecins grâce à l’observation de tout ce qui sort du corps et se manifeste à sa surface. La pulsation du corps comporte un rythme et une mesure que le médecin se doit de maîtriser afin d’établir non seulement si un patient est malade ou sain, mais également de quel genre de maladie il est atteint. Dans la recherche de paramètres pour la mesure du pouls, les médecins de la première modernité ont eu recours à la musique, en développant un dialogue entre disciplines et compétences qui a permis aux soignants de trouver un terrain d’entente commun en matière de diagnostic.

  • 3 Voir Laurence Moulinier-Brogi, L’uroscopie au Moyen Âge. « Lire dans un verre la nature de l’homme (...)
  • 4 Voir Varron dans Aulu-Gelle, Les nuits attiques, Livres I-IV, texte établi et traduit par René Mar (...)

3Cet article est consacré à l’illustration de la manière dont a été exploité le langage musical pour comprendre le fonctionnement du corps. Après un aperçu synthétique de la médecine ancienne et médiévale, nous nous appuierons sur des textes médicaux de la Renaissance ayant traité de manière spécifique du pouls, avec quelques échos modernes. Ces sources doivent être situées dans un contexte médical où l’exploration du vivant ne peut se faire que par la perception des signes qui se manifestent à l’extérieur du corps durant l’examen clinique. L’artifex sensitivus exploite tous ses sens pour capter les éléments qui l’amèneront à poser le bon diagnostic : il doit odorer le corps, les excréments, l’haleine du patient ; il doit bien observer l’environnement, le teint, les selles et excrétions ; il goûte les sueurs et écoute les bruits corporels, la parole et les silences du patient ; il touche pour saisir le moindre mouvement ou au contraire leur absence3, les pulsations et les vibrations qui se transforment en une musique de la santé et de la maladie sous ses doigts. Le medicus musicus4 qui, depuis l’Antiquité, peut utiliser la musique comme forme de thérapie, est alors confronté aux sons, aux rythmes et aux métriques d’un corps qui devient lui-même instrument musical et médical, objet pathologique qui parle en musique. L’objectif de cette étude est de comprendre si les sources variées que nous allons mentionner permettent d’envisager la construction d’un langage musical des pulsations et une codification des sons du corps, afin de guider le médecin dans l’acte qui consiste à poser et à communiquer le diagnostic.

  • 5 Hippocrate, Pronostic, texte établi, traduit et annoté par Jacques Jouanna, avec la collaboration (...)
  • 6 Ibid., XXV 1, p. 77-78.
  • 7 Sur l’examen des urines de la part du médecin, voir Moulinier-Brogi, L’uroscopie au Moyen Âge, op. (...)

4Comme Hippocrate le montre dans son traité le Pronostic, le médecin capable d’expliquer le présent, le passé et l’avenir de la maladie acquiert la confiance du patient et de son entourage5. Pour ce faire, le médecin commence l’examen par l’observation du visage du malade, de la position du corps dans le lit, des mouvements des mains, du souffle, des sueurs, pour passer ensuite au toucher des hypocondres, du ventre, de la tête, des pieds et des mains, et ainsi de suite. Le diagnostic et le pronostic se posent en étudiant également le sommeil du patient, ses déjections, les vents et les urines, les vomissements et les crachats, ainsi que les douleurs, les fièvres et toutes leurs significations. C’est l’ensemble de ces indices et signes qui détermine le pronostic. C’est pourquoi, explique l’auteur du Pronostic, le médecin doit prendre « une information complète sur les signes dans leur totalité pour être capable de juger, en calculant la valeur des signes les uns par rapport aux autres6 ». Les sens guident le médecin dans son enquête sur le corps, parce qu’un même signe peut exiger une lecture multiple, par le toucher, la vue, l’odorat, le goût, comme le montre l’analyse des urines, qui comporte plusieurs volets, tels que l’étude des couleurs, des sédiments, des résidus des digestions, de la consistance et de l’odeur7.

5Le médecin utilise les sens afin de lire et interpréter les signes des maladies et de la santé qui se manifestent sur le corps et par le corps du patient. Le corps sémiotique n’est alors pas séparé du vécu du patient et du contexte dans lequel ce dernier mène sa vie au quotidien : le signe parle s’il est situé dans la relation aux autres signes et au vécu du patient. En effet, le dialogue avec le malade et son entourage permet au médecin de passer de la saisie sensorielle d’un signe à son interprétation par rapport à l’histoire du patient, comme nous le montre un passage des Épidémies consacré à la récolte des informations nécessaires afin de poser le diagnostic :

  • 8 Hippocrate, Épidémies, dans Œuvres complètes d’Hippocrate, Traduction nouvelle avec le texte grec (...)

Dans les maladies on apprend à tirer les signes diagnostiques des considérations suivantes : de la nature humaine en général, et de la complexion de chacun en particulier ; de la maladie ; du malade ; des prescriptions médicales ; de celui qui prescrit, car cela même peut suggérer des craintes ou des espérances ; de la constitution générale de l’atmosphère, et des particularités du ciel et de chaque pays ; des habitudes ; du régime alimentaire ; du genre de vie ; de l’âge ; des discours, et des différences qu’ils offrent ; du silence ; des pensées qui occupent le malade ; du sommeil ; de l’insomnie ; des songes, suivant le caractère qu’ils présentent et le moment où ils surviennent ; des mouvements des mains ; des démangeaisons ; des larmes ; de la nature des redoublements ; des selles ; de l’urine ; de l’expectoration ; des vomissements ; des échanges qui se font entre les maladies, et des dépôts qui se tournent vers la perte du malade ou une solution favorable ; des sueurs ; des refroidissements ; des frissons ; de la toux ; des éternuements ; des hoquets ; de la respiration ; des éructations ; des vents bruyants ou non ; des hémorrhagies ; des hémorrhoïdes8.

  • 9 Voir Véronique Boudon, « Les œuvres de Galien pour les débutants (De sectis, De pulsibus ad tirone (...)
  • 10 Dina Bacalexi, « De pulsibus ad tirones. Galien et les médecins débutants : le pouls comme moyen d (...)
  • 11 Galen, De usu pulsuum, dans David J. Furley et J. S. Wilkie, Galen on Respiration and the Arteries(...)

6En développant la sémiologie hippocratique grâce à l’étude de sources alexandrines, comme les écrits d’Hérophile d’Alexandrie, et de l’école pneumatique, tel que l’œuvre d’Archigène d’Apamée9, Galien s’intéresse davantage à la sphygmologie et fait du pouls un outil fondamental du diagnostic, du pronostic et du suivi thérapeutique du patient, en lui consacrant plusieurs traités : De pulsuum usu (K5, p. 149-180), De pulsibus libellus ad Tirones (K8, p. 453-492), De pulsuum differentiis (K8, p. 493-765), De dignoscendis pulsibus (K8, p. 766-961), De causis pulsuum (K9, p. 1-204), De praesagitione ex pulsibus (K9, p. 205-430), Synopsis librorum suorum de pulsibus (K9, p. 431-549), De pulsibus ad Antonium disciplinae studiosum ac philosophum (K19, p. 629-642). En expliquant l’utilité de la connaissance du pouls en médecine à ses étudiants (tirones), Galien étudie la différence entre les nombreuses espèces de pouls que le médecin sent par son toucher. L’écoute du pouls, si répété, permet d’acquérir, avec l’expérience, la notion de « norme » par rapport au patient : comme Dina Bacalexi l’explique, Galien montre comment raisonner à partir de la perception du pouls10. Il explique ainsi comment comprendre les causes qui déterminent le pouls et ses changements chez le patient et comment poser le diagnostic et le pronostic par le pouls. De fait, par la faculté de se contracter et de se dilater, le cœur est l’organe qui dirige les mouvements du pouls qui se répandent jusqu’aux artères, de façon à ce que, comme le dit Galien, la contraction comporte une expulsion de matière, la dilation son attraction11.

  • 12 Voir Agnellus de Ravenne, Lectures galéniques : le « De pulsibus ad tirones », Introduction, texte (...)
  • 13 Voir Ivan Garofalo, Il De pulsibus di Philaretus e il Περὶ σφυγμῶν di Philaretos (con in appendice (...)
  • 14 Sur l’Articella, voir Jon Arrizabalaga, « The Articella in The Early Press c. 1476-1534 », Articel (...)

7Au Moyen Âge, l’art du pouls, développé à partir de la fin de l’Antiquité12, est transmis par le biais des traductions réalisées au Mont Cassin au xie siècle et en Espagne au xiie siècle. Il connaît ainsi un véritable essor en tant qu’élément de diagnostic souvent associé à l’analyse des urines, qu’il complète par la complexité des données à saisir. L’un des textes les plus copiés durant le Moyen Âge est un court traité latin, le De pulsibus attribué à Philarète (Philaretus), nom qui rappelle également l’auteur d’un De pulsibus grec, comme Ivan Garofalo l’a montré13. Le De pulsibus latin entre dans le manuel universitaire connu comme Articella14. Les savoirs sur les pouls se spécialisent à un tel niveau que Haly Abbas (‘Alî ibn al-Abbâs al-Majûsî), dans son Pantegni (xe s.) – traduit par Constantin l’Africain (xie s.) – et Avicenne (mort en 1037), dans le Canon – traduit par Gérard de Crémone un siècle plus tard – consacrent de nombreux chapitres à ce sujet.

  • 15 Haly Abbas, Pantegni, dans Omnia opera Ysaac, Theorica, Lugduni, in officina Ioannis de Platea, 15 (...)
  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid.

8De même que dans les textes galéniques et le De pulsu de Philarète, dans le Pantegni, le pouls est un mouvement local de dilatation (diastole) et contraction (systole) des artères et du cœur, produit afin de conserver la chaleur naturelle du corps. De fait, le mouvement de dilatation sert à attirer l’air frais de l’extérieur, la contraction permet d’expulser les résidus fumeux de la respiration15. Les mouvements du cœur correspondent aux mouvements des artères, explique le Pantegni : l’on doit chercher les mouvements du cœur dans les mouvements des artères16. Parmi les nombreux endroits du corps où l’on peut sentir le pouls, les Anciens, continue le texte, ont choisi les artères du bras, plus faciles à percevoir, plus utiles et plus belles par rapport aux autres. Ces artères sont en effet les plus proches du cœur et le bras est moins charnu qu’une jambe, donc la prise du pouls est meilleure. Il faut en outre que le toucher soit exercé directement sur la peau et un bras dévoilé est plus convenable dans le cadre d’une relation entre médecin et patient, surtout s’il s’agit de femmes17.

  • 18 Ibid., VII 3, fo 30vob.
  • 19 Ibid., fos 30vob – 31voa : Quantitas divisionum dividitur in magnum parvum et medium, longum breve (...)

9Nombreux sont les genres et les qualités de pouls que le médecin se doit de reconnaître par son toucher : on en dénombre dix classes différentes. La taxinomie est fondée principalement sur les forces (virtutes) et les variétés de température (varietates caloris) du pouls18. Le pouls est distingué, sur la base de la quantité (quantitas divisionum), en grand, petit et moyen, long, court et moyen, large, étroit et moyen, évident, caché et moyen ; sur la base du temps des mouvements (tempus motuum), en rapide, lent et moyen ; sur la base de l’intensité (virtutis tenor), en fort, faible et moyen ; sur la base de la solidité de l’organe (consistentia organi), en dur, mou et moyen ; sur la base du fait qu’il soit rempli ou vide (secundum plenum et vacuum), en plein, vide et moyen ; sur la base des qualités des artères (qualitates arteriarum), en chaud, froid et moyen ; sur la base du temps de repos (tempus quietis), en serré, peu serré et moyen ; sur la base du fait qu’il soit régulier ou irrégulier (secundum ordinationem et inordinationem), en quantité louable ou pas louable ; sur la base de l’harmonie (secundum concordiam), en égal ou inégal ; et enfin sur la base du nombre de battements (secundum numerum percussionis), en réglé ou déréglé19.

  • 20 Voir Moulinier-Brogi, L’uroscopie au Moyen Âge, op. cit., p. 44, sur Ali Ibn Ridwân (xie s.).
  • 21 Voir Stefania Fortuna, « De pulsuum differentiis I tradotto da Burgundio da Pisa: De differentiis (...)
  • 22 Galenus, De differentiis pulsuum, dans Galenus, Opera omnia, éd. C. G. Kühn, t. VIII, Leipzig, C.  (...)

10D’autres textes médiévaux approfondissent la description du pouls20. Dans le De pulsuum differentiis, traduit en latin par Burgundio de Pise au xiie siècle21, Galien avait étudié le battement en accord avec la constitution anatomique des artères, dont le corps est creux, long et rond. Il avait également analysé les différents mouvements des pouls par rapport aux qualités engendrées par les trois dimensions des artères : la longueur, la largeur et la profondeur. Le résultat consiste à énumérer les différences des pouls selon la quantité, la dimension, la consistance, la capacité interne, le plein et le vide, l’égalité et l’inégalité, le temps des mouvements, etc. : nous trouvons chez Galien les éléments que nous avons lus dans le Pantegni, mais avec une articulation en neuf groupes, chacun avec trois dimensions22. Le résultat est un schéma qui est souvent reproduit dans les éditions galéniques de la Renaissance.

FIG. 1 : Galenus, De differentiis pulsuum, dans id., Opera omnia, Tomus secundus, Lugduni, apud Ioannem Frellonium, 1550, p. 997-998

FIG. 1 : Galenus, De differentiis pulsuum, dans id., Opera omnia, Tomus secundus, Lugduni, apud Ioannem Frellonium, 1550, p. 997-998

Bibliothèque du CESR, université de Tours

  • 23 Nancy Siraisi, Avicenna in Renaissance Italy: The Canon and Medical Teaching in Italian Universiti (...)

11Les déclinaisons galéniques du pouls reviennent dans le Canon d’Avicenne, dont la réception et l’influence à l’ère de la première modernité ont été étudiées par Nancy Siraisi23. Si, d’un côté, Avicenne ne se soustrait pas à la description galénique des différences des pouls, de l’autre, il amène le lecteur à la recherche d’un outil épistémologique permettant la maîtrise du toucher du pouls. Cet outil est offert par l’harmonie musicale :

  • 24 Avicenne, Liber canonis, Lugduni, opera Jacobi Myt, 1522, lib. I, Fen 2, Doctr. 3, Dict. 2, Sum. 1 (...)

Sache que dans le pouls l’on retrouve la nature de la musique, puisque de même que l’art musical est composé par addition de sons selon la proportion qui crée le lien entre sons aigus et sons graves par le cercle des mesures et des temps qui existent entre leurs battements, de même se compose la disposition du pouls, puisque la proportion de ses temps en vitesse, fréquence, faiblesse et quantité correspond à la proportion de l’addition (de sons).24

  • 25 Nancy Siraisi, « The Music of Pulse in the Writings of Italian Academic Physicians (Fourteenth and (...)
  • 26 Galeno autem videtur quod id quod potest sentiri ex proportionalitatibus ponderis est secundum una (...)
  • 27 Galenus, De differentiis pulsuum, op. cit., I 8, p. 516-517. Sur ce passage et Galien, voir Sirais (...)

12Par ses réflexions, Avicenne offre aux médecins de la fin du Moyen Âge un terrain propice au développement de complexes théories sur ce que Nancy Siraisi a appelé « la musique du pouls25 », sous l’auctoritas de Galien : « D’après Galien, ce qu’on peut sentir par la proportionnalité du poids correspond à une des proportions qu’on appelle musicales26 ». De fait, Galien avait développé le lien entre musique et sphygmologie par rapport aux rythmes du pouls, en utilisant les mesures des proportions musicales pour évaluer les battements du cœur27.

  • 28 Joël Chandelier, « Gentile da Foligno et le mouvement du cœur », Micrologus, 11, 2003, p. 97-122.
  • 29 Pietro d’Abano, Conciliator controversiarum, quae inter philosophos et medicos versantur, Venetiis (...)
  • 30 Ibid., fos 124roa-125roa.
  • 31 Ibid., fo 125roa.
  • 32 Ibid., fo 125rob.
  • 33 Ibid., fo 125vob.

13Comme ces quelques sources citées de manière synthétique l’indiquent, les médecins et les philosophes antiques et médiévaux sont confrontés à la complexité que recouvre la compréhension du mouvement du cœur, et par conséquent du pouls. Entre le xiiie et le xive siècle, le débat s’anime dans la recherche d’une définition du mouvement du cœur, qui peut opposer médecins et théologiens d’après l’étude de Joël Chandelier sur Gentile da Foligno28. Les enjeux de la compréhension, de la mesure et de l’explication restent fondamentaux pour les médecins qui doivent concilier explication et méthode thérapeutique. Dans le Conciliator, Pietro d’Abano (1257-1315 ?) ne se borne pas à l’étude des proportions des rythmes et des sons, mais offre le modèle d’un corps qui produit une musique de la santé et de la maladie. En se fondant sur les auctoritates de la théorie musicale ancienne et moderne, tels que Ptolémée, Augustin, Boèce et Guido d’Arezzo, le Conciliator comporte un véritable compendium de musique. Il serait trop long de le résumer ici. Il n’est en revanche pas inintéressant de se questionner sur la démonstration que Pietro donne de la musicalité du pouls par la notion de musica metrica29. Au-delà donc de l’analyse détaillée des proportions musicales dans le Conciliator, une analyse qui se fait écho de la polyphonie contemporaine30, la musique produite par le corps et perceptible par les sens permet à Pietro de montrer que les collègues qui ne croient pas à la relation entre musique et battements du pouls raisonnent indiscrete, de manière irraisonnable31. Le passage d’Avicenne sur le lien entre le pouls et la musique fait autorité : la musicalité du pouls consiste dans la transposition des proportions et de la dynamique musicales dans la physiologie du pouls, en se transformant en proportio temporum pulsuum par la vitesse, l’ampleur, la fréquence ou la rareté, la force ou la faiblesse, l’intensité ou la petitesse des battements : tous ces éléments caractérisent également, dit Pietro, la succession des sons en musique32. Pietro parle alors de consonantia pulsualis et de proportiones pulsuales, en s’appuyant sur Galien et Avicenne : c’est par les sens que la consonance et les proportions des pouls sont perçues ; c’est par les proportions de la musique qu’elles sont mesurées33.

  • 34 Mauro Letterio, « La “musica del polso” in alcuni trattati del Quattrocento », dans Carla Casagran (...)
  • 35 Luis de Mercado, De pulsus arte et harmonia Libri Duo, Pintiae, excudebat Didacus Fernandez a Cord (...)
  • 36 Voir Bjørn Okholm Skaarup, Anatomy and Anatomists in Early Modern Spain, Ashgate, Farnham, 2015, p (...)
  • 37 Luis de Mercado, Libro, en que se trata con claridad la naturaleza, causas, providencia, y verdade (...)
  • 38 Id., De mulierum affectionibus libri IIII, Venetiis, apud Felicem Valgrisium, 1587. Cet ouvrage es (...)
  • 39 Luis de Mercado, De communi et peculiari praesidiorum artis Medicae Indicatione, Coloniae, Io. Bap (...)
  • 40 Id., Institutiones chirurgicae, Francofurti ad Moenum, ex officina Hartmanni Palthenij, sumptibus (...)

14Artifex sensitivus, le médecin à la Renaissance dispose donc d’un bagage culturel et d’une tradition diagnostique qui lui permettent d’enrichir davantage les outils d’interprétation des signes. Au xve siècle, comme Mauro Letterio le montre, les médecins continuent l’étude de la musique du pouls : en citant Avicenne, le médecin de Bologne Giovanni Garzoni (1419-1505) explique que les proportions des sons, selon l’aigu et le grave, trouvent leur correspondance in pulsu, dans le pouls, selon la force et la faiblesse34. La recherche de cette correspondance revient dans le De pulsus arte et harmonia libri duo, publié en 1584 à Valladolid par le médecin Luis de Mercado (1525-1611)35. Les études sur Mercado offrent le portrait d’un médecin à vrai dire presque réactionnaire par rapport à l’essor de la médecine moderne au milieu du xvie siècle dans le contexte de la diffusion des savoirs anatomiques vésaliens ou du renouvellement du galénisme dans les domaines de la chirurgie, de l’embryologie, etc.36 Par ailleurs, Mercado, protomédico general de Philippe II et Philippe III, et professeur à l’Université de Valladolid, est l’auteur de traités sur plusieurs disciplines médicales, dont les maladies contagieuses et les fièvres37, les maladies des femmes38, la méthodologie39 ou encore la chirurgie40.

  • 41 Id., De pulsus arte…, op. cit., Ad lectorem.
  • 42 Ibid.
  • 43 Joseph Struss (Struthius), Sphygmicae artis iam mille ducentos annos perditae et desideratae, Basi (...)
  • 44 Galenus, De pulsibus ad tyrones Liber, e Graeco in Latinum sermonem conversus per Ferdinandus Mena (...)
  • 45 Francisco Valles, Commentarij de urinis, pulsibus et febribus longe eruditissimi, Compluti, in off (...)
  • 46 Leo Roganus, In Galeni Libellum de pulsibus ad tyrones Commentarius… De urinis Libri Tres, Neapoli (...)
  • 47 Mercado, De pulsus arte…, op. cit., Ad lectorem.

15Dans l’épître au lecteur des deux livres sur l’art et l’harmonie du pouls, Mercado explique que rien ne s’offre de plus fréquent aux médecins que la prise du pouls, rien d’autre n’est plus utile pour les patients. Le geste est appris néanmoins avec une certaine légèreté par le corps médical41. En vingt-six ans d’exercice et d’enseignement, Mercado a vu maints médecins ignorer l’ars sphygmica et la mépriser parce qu’ils sont ignorants. Ils ne lisent pas les longs traités de Galien sur le pouls ou bien ils en lisent des résumés42. D’autres médecins ont écrit sur ce thème, tels Joseph Struss43, Ferdinando Mena44, Francisco Valles45 et Leo Roganus46, explique Mercado : si le premier semble avoir bien saisi la leçon galénique, les autres restent soit obscurs, soit trop synthétiques ou trop dispersifs. Mercado s’engage donc à offrir aux lecteurs une étude complète et utile de l’art du pouls47.

  • 48 Ibid., Praefatio, p. 1.
  • 49 Ibid. Sur les six choses non naturelles (air, alimentation et boisson, sommeil et veille, exercice (...)
  • 50 Mercado, De pulsus arte…, op. cit., Praefatio, p. 1-2.
  • 51 Ibid., Praefatio, p. 4.
  • 52 Ibid., I 1, p. 8 : Siquidem pulsus (quatenus nomini interest) nil aliud est, quam motus spontaneus (...)
  • 53 Ibid. : pulsus vera naturae arteriis insitae actio est.

16La préface du traité commence par rappeler que non seulement les médecins vulgares et imperiti, du peuple et pas expérimentés, mais également ceux qui cherchent à se vendre comme professeurs, disent que la manière dont Galien a traité l’art du pouls est inutile et n’aboutit à rien. D’après eux, il suffit en effet de sentir un pouls fort ou rapide, voire les différences de base du battement, pour poser le diagnostic, tout le reste n’est qu’une spéculation incompréhensible. Mais, se demande Mercado, comment accepter cette position, si l’on pense qu’elle est le résultat de l’ignorance48 ? Que l’art du pouls ne soit pas inutile et qu’il demande une grande culture est confirmé par la démonstration de sa nécessité en matière de diagnostic, pronostic et thérapeutique. Par le pouls se dévoilent la force et la puissance des différents états du corps selon le sexe, le tempérament, les âges, le régime, etc. Le pouls change en fonction des choix de vie du patient et de l’influence des « six choses non naturelles »49. Par le pouls, il est possible de pronostiquer la mort ou la vie, en envisageant ainsi toutes les possibilités thérapeutiques selon le besoin du patient50. C’est pour ces raisons que Galien a développé l’art du pouls, dont les semences (maxima seminalia) ont été jetées par Hippocrate51. D’ailleurs, comme on peut le lire dans le traité galénique sur La différence des pouls, c’est un mouvement spontané, interpolé par des moments de repos : ce mouvement se manifeste principalement dans les artères et, pour répondre aux objections des sophistes, souligne Mercado, il est perceptible par les sens52. À proprement parler, le pouls est le résultat de l’action de dilatation et de contraction des artères53.

  • 54 Ibid., II 1 2, p. 104-105.
  • 55 Ibid., II 1 4, p. 111-112.
  • 56 Ibid., II 1 9, p. 119.

17Maintes différences caractérisent les battements des artères : selon l’espace (ex spatio), le pouls est grand, petit et moyen ; selon le temps (ex tempore), qui correspond à la temporis mensura, la mesure du temps, le pouls est rapide, lent et moyen ; selon les pauses (ex quietibus intermediis), il est fréquent, non fréquent et moyen ; selon l’impulsion (ex motore), il est fort, faible et moyen ; selon les conditions de l’artère (ex arteria), il est dur, mou ou moyen. Le médecin peut ainsi se fonder sur quinze différences de base54. Nombreuses sont les subdivisions possibles de chaque groupe. À titre d’exemple, le spatium, qui confère au pouls la qualité d’être grand, petit ou moyen, comporte d’autres caractéristiques, parce que l’espace peut être décliné en longueur, profondeur et largeur. La combinaison des dimensions spatiales du pouls par rapport à sa grandeur et à sa petitesse donne lieu à 27 sous-catégories55 : on retrouve le schéma de matrice galénique du De differentiis pulsuum. Les combinaisons galéniques simples ex spatio peuvent être à l’origine d’une perception caractérisée en même temps par les qualités ex arteria et par les qualités ex tempore. Le médecin doit donc non seulement sentir le pouls dans la caractéristique qui lui apparaît première (par exemple, la qualité de l’espace et ses composantes), mais l’analyser également à la lumière des combinaisons avec les autres qualités, telles que la fréquence, la constitution des artères, etc. On arrive à quinze combinaisons possibles de pouls complexe56.

  • 57 Ibid., II 1 10, p. 120.
  • 58 Ibid., II 1 11, p. 121 : rhytmi nomen consonantiam, modulationem, concentum, concinitatem et numer (...)
  • 59 Ibid. : At proportio est, si Euclidi credendum sit, duarum eiusdem generis quantitatum, unius ad a (...)

18Or, la superposition des caractéristiques multiples du pouls amène le médecin à s’interroger sur les éléments qui créent la relation entre toutes ces différences. Ces éléments sont au nombre de trois : le rythme ou accord et harmonie (rhythmus seu concentus et harmonia) ; l’ordre et la perturbation de l’ordre (ordo et ordinis perturbatio) ; l’égalité et inégalité dans le pouls (aequalitas et inaequalitas in pulsibus)57. Afin de bien comprendre l’analyse du rythme, de l’accord et de l’harmonie, Mercado veut d’abord définir le mot rythme appliqué au pouls, sujet à la fois beau et difficile, mais aussi très utile pour les médecins. Le mot rythme est emprunté à la musique et, au-delà de toute spéculation, par rythme l’on peut signifier l’accord, la modulation, l’union, l’harmonie, la mesure (consonantia, modulatio, concentus, concinnitas, numerus) : en médecine, le rythme des battements est la proportion des temps, les uns en accord avec les autres58. La proportion, comme Euclide l’a montré, est le rapport d’une quantité à une autre quantité du même genre : parce que le temps appartient au genre de la quantité, le médecin étudie le rapport entre la quantité de la dilatation et celle de la contraction, pour vérifier si elles sont égales ou si l’une des deux dépasse l’autre59.

  • 60 Ibid., p. 122.
  • 61 Ibid., p. 122-123.
  • 62 Ibid., p. 124.

19Le médecin pourra ainsi distinguer les rythmes qui comportent des altérations plus lentes ou plus rapides selon les âges, le sexe, la constitution individuelle, l’environnement, etc. On parlera alors d’eurythmus, le bon rythme et pouls du patient ; d’arhythmus, le manque de rythme dans la pulsation du pouls ; et l’ecrhytmus, le genre universel de tous les rythmes inégaux60. Ce sont les musiciens qui fournissent les outils pour comprendre les mesures de ces familles de rythmes. D’abord, la proportion multiplex, si un nombre contient un nombre inférieur plusieurs fois, par exemple deux fois (proportio dupla : 2/4), trois fois (proportio tripla : 2/6), quatre fois (proportio quadrupla : 2/8), etc. Puis la proportion superpartialis, si un nombre contient un nombre inférieur et une partie à lui qui soit la moitié (proportio sexquialtera : 3/2) ou un tiers (proportio sexquitertia : 4/3), et ainsi de suite. Les musiciens, continue Mercado, ajoutent la proportion superpartiens si un nombre contient un nombre inférieur et une partie quelconque à lui. D’autres mesures sont possibles par combinaisons des précédentes, telles que la proportion multiplex et superpartialis ou celle multiplex et superpartiens61. Afin d’avoir une compréhension globale de tous les rythmes du pouls, Mercado en offre le tableau suivant62 :

FIG. 2 : Luis de Mercado, De pulsus arte et harmonia Libri Duo, Pintiae, excudebat Didacus Fernandez a Corduba, 1584, p. 124

FIG. 2 : Luis de Mercado, De pulsus arte et harmonia Libri Duo, Pintiae, excudebat Didacus Fernandez a Corduba, 1584, p. 124

Biblioteca Digital de Castilla y León (http://bibliotecadigital.jcyl.es/​fr/​consulta/​registro.cmd?id=7276)

  • 63 Mercado, De mulierum affectionibus libri IIII, op. cit., II 3, p. 160-179.
  • 64 Mercado, De pulsus arte, op. cit., II 3 38, p. 231.
  • 65 Ibid. : Verum quae ex utero suffocantur corde compatiente […] ut plurimum pulsum habent parvum, ta (...)
  • 66 Ibid.

20La notation du pouls, associée au schéma en accolades, permet à Mercado de faire la synthèse de ce qu’a été dit dans le discours théorique et mène le médecin à l’application clinique des savoirs acquis par la lecture du texte. Le discours de Mercado se complique, en effet, dans la suite, parce qu’il faut décliner les schémas proposés selon la pathologie, c’est-à-dire qu’il est possible de reconnaître et diagnostiquer les différentes pathologies par les combinaisons de régularité et d’irrégularité du rythme exprimé par le pouls. Non seulement les maladies respiratoires ou cardiaques ou encore dues aux altérations fébriles et neurologiques sont analysées par les battements du pouls, mais également les maladies gynécologiques et, en général, celles trouvant leur siège dans l’abdomen. Pour ne nous borner qu’à un court exemple, la suffocation de l’utérus, pathologie à laquelle Mercado s’intéresse dans son traité sur les maladies des femmes63, est reconnaissable par la prise du pouls, parce que ce dernier est influencé par la nature et la complexion qui sont à l’origine de la souffrance de l’organe64. En cas de suffocation utérine avec souffrance cardiaque, le pouls devient petit, lent, peu serré, inégal, déréglé, retardé, déficient, et parfois, même, on note une totale absence de pouls (asphygia)65. Pourquoi petit et peu serré ? Ce battement et la perception ainsi décrite dépendent du fait que le cœur est saisi de froideur, les forces et les facultés de la personne quittant le corps. Si le cœur est de plus en plus touché par les troubles de la suffocation utérine, le pouls devient absent (deficiens) et imperceptible jusqu’à l’asphygie, surtout si la souffrance passe à l’estomac par contraction, explique Mercado66.

  • 67 Dans les limites de cette contribution, nous ne pouvons pas aborder la question du pronostic, qui (...)

21Dans des passages comme celui-ci, nous retrouvons une description des qualités du pouls analysées selon le langage de l’égalité et de l’inégalité, de la régularité et de l’irrégularité, exposée par le biais de la notion de rythme, dont la taxinomie relève de la recherche des causes, de la maîtrise des mesures et du travail des sens du médecin. Ce dernier doit coordonner toutes les données recueillies durant la consultation, grâce à des grilles de notation du pouls et par une connaissance minutieuse de la physiologie du corps, aussi bien en état de santé que de maladie67. La lecture de cette source, une des maintes qu’on aurait pu citer, montre la complexité et la complexification du geste médical, la quantité de données que le médecin de la première modernité doit maîtriser, le bagage culturel et scientifique qui fonde son savoir.

  • 68 Struss, Sphygmicae artis…, op. cit., I 9, p. 17-18.
  • 69 Ibid., p. 18.
  • 70 Ibid., p. 20.

22L’un des auteurs que Mercado cite dans son épître au lecteur, et notamment le seul qui fait l’objet d’éloges, Joseph Struss, avait lui aussi développé le discours musical sur un corps qui vibre sous les doigts du médecin, en le guidant dans le bon diagnostic si ce dernier sait en maîtriser les données. Joseph Struss offre à Mercado le modèle de la notation du pouls à suivre durant la consultation, une notation qui permet de décoder ce langage musical du corps qu’est le battement du pouls. Le pouls, dit Struss, suit un rythme comparable aux temps de la musique, dans lesquels l’on distingue la thesis (position) et l’arsis (élévation) selon des quantités d’égalité ou d’inégalité de breves, semibreves et minimae68. Les rythmes du pouls varient en fonction des tempéraments, des sexes, des âges, des saisons et des lieux, continue Struss69. Prenons les personnes âgées : leur rythme de santé (eurhytmus) est caractérisé, dit-il, par deux semibreves, et si ce rythme reste régulier (aequalis), ces personnes jouissent d’un rythme harmonieux, consonus et concinnus. Quand, à cause d’une maladie ou pour une autre raison, ce rythme se transforme en deux breves, ces personnes s’éloignent de la santé et le rythme devient un pararhythmus, un rythme proche de leur âge, mais pas correspondant. Si le changement les amène vers un rythme de minimae, typique de l’enfance, alors leur santé est en danger : pour les personnes âgées, il s’agit d’un heterorythmus, un rythme étranger à leur âge. Si le rythme devient inégal et, en particulier, composé d’une brevis et d’une minima, ou d’une semibrevis et d’une minima, les personnes âgées se trouvent dans l’ecrythmus, un rythme qui n’appartient à aucun âge70.

  • 71 Galenus, De differentiis pulsuum, op. cit., I 8, p. 514-517.
  • 72 Ibid., IV 32, p. 263. À la base de ces réflexions se situe la position galénique sur le pouls et l (...)

23Les textes de Mercado et Struss constituent une summa du développement de l’art du pouls par rapport à la notation musicale et à la sémiologie médicale. Le texte de Struss s’avère particulièrement intéressant, parce qu’il représente la notation des rythmes par des combinaisons de notes, qui ne sont pas placées sur la même hauteur, mais qui donnent lieu à un intervalle musical. Seule une étude approfondie du texte et du contexte de l’imprimerie musicale mise au service de la santé pourra éclaircir le choix des caractères d’imprimerie et leur lien au texte. Struss représente en tout cas, d’après Mercado, l’interprète le plus proche de la pensée médicale de Galien. La réflexion de Mercado relève du fait que Galien avait non seulement étudié les 27 combinaisons de pouls magni et parvi, mais qu’il avait également élaboré le complexe système d’analyse des rythmes et des proportions des pouls (eurhythmus, arhythmus, ecrhythmus, pararhythmus, etc. ; De diff. puls. I 8) mis en notes par Struss71. Le galénisme de Struss connote les pages sur la pathologie et le diagnostic, devenant une véritable mine pour Mercado, comme le montre le chapitre sur la suffocation de l’utérus, où Struss explique que le pouls est altéré en accord avec la diversité des symptômes de cette maladie aux multiples facettes. À titre d’exemple, si la matière qui transforme l’utérus est dense, froide, abondante et âpre, à cause d’un état de putréfaction, la patiente souffre de spasmes et le pouls est retardé. En cas de suffocation due à la mélancolie caractérisée par la tristesse et une faiblesse d’âme, le pouls devient petit, lent et peu serré. Mais si la maladie est atroce, le pouls disparaît par asphyxia72.

24Absence de pouls signifie absence de son, de vibration. En pathologie, le silence est aussi important que le son, comme Hippocrate l’avait montré dans le passage des Épidémies cité en début d’article. Que le son soit présent ou absent, le langage médical repose sur la transcription de la sensation du médecin. C’est au moment où la description pathologique est déclinée selon les cas cliniques que la notation musicale peut fournir le support nécessaire au médecin afin de poser le diagnostic : la notation permet de quantifier les qualités décrites. Par ailleurs, le parallélisme et l’interaction entre battements du pouls, langage médical et langage musical offre au médecin un véritable outil herméneutique : la représentation par les signes et les concepts de la composition en musique permet au médecin de comprendre et, surtout, de reconnaître et transmettre aux interlocuteurs sa perception des vibrations et son interprétation des signes pulsatiles exprimés par le corps. Ces interlocuteurs pourront identifier la même pathologie chez un patient qui partage les mêmes signes de la pulsation.

  • 73 Sur Marquet, voir Ingrid J. Sykes, « The Art of Listening: Perceiving Pulse in Eighteenth-Century (...)
  • 74 Nicolas-François Marquet, Nouvelle méthode facile et curieuse, Nancy, Baltazard, 1747, p. 3.
  • 75 Ibid., p. 4-6.
  • 76 Ibid., p. 7.
  • 77 Ibid., p. 19-34.

25En effet, si les moyens pour exprimer ces vibrations et pulsations sont reconnus et acceptés par la communauté scientifique et médicale, le médecin pourra faire valoir son diagnostic au-delà de la perception sensorielle. Entre les xviiie et xixe siècles, la création et la recherche d’une notation du battement du pouls aboutissent à la rédaction de partitions : on passe des deux lignes de l’intervalle de Struss au pentagramme, avec rythmes, intervalles, lexique de la dynamique musicale, notation des durées et des hauteurs. La représentation des vibrations du corps par la musique fait l’objet de la Nouvelle méthode pour apprendre par les Notes de Musique à connoître le Pous de l’Homme, et les différens changemens qui lui arrivent, depuis la Naissance jusqu’à sa Mort de Nicolas-François Marquet (1687-1759), doyen des médecins de Nancy, dit le frontispice73. L’œuvre, publiée d’abord en 1747 puis en 1769, a un caractère pédagogique certain et fournit les outils pour connaître, comprendre et saisir le pouls. Le médecin raconte que deux raisons l’ont poussé à écrire l’ouvrage. Il a en premier lieu souffert de « palpitations de cœur » : j’ai eu, dit-il, la chance « d’examiner sérieusement sur moi-même les différens dérangements et intermissions du pouls » ; la seconde raison consiste à diffuser cette nouvelle méthode74. Il n’y a pas de bizarrerie, dit le médecin Marquet, « à « peindre le pous avec des notes », comme on peint les sons de la musique avec les notes ; les médecins anciens et modernes l’ont déjà fait et l’expérience réitérée montre l’utilité de la méthode75 : « Enfin, je suis persuadé qu’un peu d’application à ces notes, et vingt-quatre heures d’études, feront plus de progrès dans la connoissance du pous, que la lecture de plusieurs mois des anciens Auteurs, qui en ont traité ex professo76. » Par les notes, l’on peut saisir et transcrire non seulement le pouls naturel et régulier, mais également tous les autres pouls : le pouls des enfants ; le grand ou plein ; le petit ou vide ; le profond ; le superficiel ; le dur, tendu ou élevé ; le mol ; les différentes espèces de pouls fiévreux ; le rapide ou fréquent à trois temps ; le pouls vite à deux temps ; le pouls à un temps ; le lent ; l’intermittent en général ; le pouls éclipsé ou intercadant ; l’inégal ; l’inégal et intercurrent ; le convulsif ; le double ; le tremblant ; le défaillant ou concentré ; le vermiculaire ; le fourmillant ; le supprimé77.

FIG. 3 : Nicolas-François Marquet, Nouvelle méthode facile et curieuse pour connoître le pouls par les notes de la musique, Amsterdam, et se trouve à Paris, chez P. Fr. Didot, 1769

FIG. 3 : Nicolas-François Marquet, Nouvelle méthode facile et curieuse pour connoître le pouls par les notes de la musique, Amsterdam, et se trouve à Paris, chez P. Fr. Didot, 1769

Londres, The Wellcome Library

FIG. 4 : Nicolas-François Marquet, Nouvelle méthode facile et curieuse pour connoître le pouls par les notes de la musique, Amsterdam, et se trouve à Paris, chez P. Fr. Didot, 1769

FIG. 4 : Nicolas-François Marquet, Nouvelle méthode facile et curieuse pour connoître le pouls par les notes de la musique, Amsterdam, et se trouve à Paris, chez P. Fr. Didot, 1769

Londres, The Wellcome Library

  • 78 Sur Laënnec, voir Jacalyn Duffin, To See with a Better Eye. A Life of R.T.H. Laennec, Princeton, P (...)
  • 79 René-Théophile-Hyacinthe Laënnec, Traité de l’auscultation médiate et des maladies des poumons et (...)
  • 80 Ibid., p. 424.

26Le pentagramme continue d’être utilisé pour noter la musique du pouls même si la perception du battement n’est plus immédiate via le toucher du médecin, mais est médiatisée par le stéthoscope. René-Théophile-Hyacinthe Laënnec (1781-1826) en fait usage dans la dernière édition de son Traité sur l’auscultation médiate (1826)78. C’est facile, d’après Laënnec, de trouver la note de la résonnance des artères et aussi les intervalles79. Le 13 mars 1824, il examine une dame souffrant de phtisie pulmonaire. Il explore la région sous-clavière droite et entend un son de soufflet. En le cherchant dans la carotide, il entend presque un chant assez monotone. Le chant est clair et fait songer à une personne qui ferait de la musique dans l’appartement du dessous. Par le stéthoscope, il se met à l’écoute et saisit ce chant basé sur trois notes formant un intervalle de tierce majeure, la note aiguë étant fausse, basse, mais pas assez pour être un bémol. Laënnec reconnaît la valeur et la durée des notes, de façon à pouvoir transcrire le chant80 :

FIG. 5 : René-Théophile-Hyacinthe Laënnec, Traité de l’auscultation médiate et des maladies des poumons et du cœur, Tome II, Paris, Chaudé, 1826, p. 424

FIG. 5 : René-Théophile-Hyacinthe Laënnec, Traité de l’auscultation médiate et des maladies des poumons et du cœur, Tome II, Paris, Chaudé, 1826, p. 424

Internet Archive : https://archive.org/​details/​traitdelauscul02laen

  • 81 Riche est la littérature médicale sur les difficultés du diagnostic durant une consultation basée (...)
  • 82 Pietro d’Abano, Conciliator controversiarum…, op. cit., Diff. 83, fo 125voa.
  • 83 La recherche de l’objectivité et l’étude du mouvement dans le corps pousseront Étienne-Jules Marey (...)
  • 84 Pietro d’Abano, Conciliator controversiarum…, op. cit., fo 126rob. Le texte renvoie au De ingenio (...)

27Laënnec et ses prédécesseurs ressentent le besoin d’objectiver la perception du pouls pour rendre certain le diagnostic obtenu par l’écoute du battement du cœur et pouvoir le partager avec l’entourage scientifique. Dans un processus par lequel le langage du corps est mesuré et noté, le patient n’est plus maître du symptôme et ne peut mentir au médecin, qui possède les instruments pour faire parler son corps81. En même temps, le tactus, comme Pietro d’Abano le rappelle dans le Conciliator, peut être décevant et induire en erreur, parce qu’il peut signifier maintes choses à celui qui touche et perçoit, même si le toucher reste un sens hautement performant chez l’homme par rapport aux autres animaux82. Le pondus et la mensura des proportions musicales dans le pouls permettent alors de discipliner la perception et d’appréhender le langage du corps : la vitesse, la lenteur, la rareté, ou encore la fréquence des battements peuvent enfin être quantifiées, accompagnant ainsi le médecin dans l’énonciation du diagnostic83. Si ce dernier est fiable, la thérapie sera bien choisie et l’erreur éloignée. Le médecin aura atteint son objectif : comme la musique instrumentale apaise les âmes et pousse les hommes vers des actions dignes de louange, dit Pietro d’Abano en conclusion du chapitre sur la musique et le pouls, ainsi la médecine conserve la santé ou permet de la retrouver, en donnant la paix aux âmes et les bonnes mœurs aux hommes, d’où l’expression galénique : qui veut soigner l’âme, soigne d’abord le corps84.

Haut de page

Notes

1 Pour une histoire du diagnostic par la prise du pouls, voir Éric Marié, Le diagnostic par les pouls en Chine et en Europe. Une histoire de la sphygmologie des origines au xviiie siècle, Paris, Springer Verlag France, 2011.

2 Voir Tractatus de urinis, dans Hortus sanitatis, Mayence, Jakob Meydenbach, 1491, fo 2roa : medicus est artifex sensitivus. Sur l’Hortus sanitatis, voir Catherine Jacquemard et Brigitte Gauvin (dir.), « L’Hortus sanitatis », numéro thématique de la revue Kentron, 29, 2013. Sur la médecine par les sens, voir William F. Bynum et Roy Porter, Medicine and the Five Senses, Cambridge, Cambridge University Press, 1993.

3 Voir Laurence Moulinier-Brogi, L’uroscopie au Moyen Âge. « Lire dans un verre la nature de l’homme », Paris, Honoré Champion, 2012, p. 41.

4 Voir Varron dans Aulu-Gelle, Les nuits attiques, Livres I-IV, texte établi et traduit par René Marache, Paris, Les Belles Lettres, 1967, III 10, 13, p. 167.

5 Hippocrate, Pronostic, texte établi, traduit et annoté par Jacques Jouanna, avec la collaboration de Anargyros Anastassiou et Caroline Magdelaine, Paris, Les Belles Lettres, 2013, I 1, p. 1-2.

6 Ibid., XXV 1, p. 77-78.

7 Sur l’examen des urines de la part du médecin, voir Moulinier-Brogi, L’uroscopie au Moyen Âge, op. cit.

8 Hippocrate, Épidémies, dans Œuvres complètes d’Hippocrate, Traduction nouvelle avec le texte grec en regard par Émile Littré, t. II, Paris, J.-B. Baillière, 1840, I 3, 10, p. 669-671.

9 Voir Véronique Boudon, « Les œuvres de Galien pour les débutants (De sectis, De pulsibus ad tirones, De ossibus ad tirones, Ad Glauconem de methodo medendi et Ars medica) : médecine et pédagogie au IIe siècle après J.-C. », dans Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt, Band II 37. 2, Berlin/New York, W. de Gruyter, 1994, p. 1421-1467 ; sur Hérophile et sa physiologie, voir Heinrich Von Staden, Herophilus. The Art of Medicine in Alexandria, Edition, Translation and Essays, Cambridge/New York, Cambridge University Press, 1989 ; sur Archigène d’Apamée et le pouls, voir Courtney Roby, Galen on the Patient’s Role in Pain Diagnosis: Sensation, Consensus, and Metaphor, dans Georgia Petridou, Homo Patiens. Approaches to the Patient in the Ancient World, Leyde, Brill, 2016, p. 307-317. Pour une vision d’ensemble des sources anciennes sur le pouls et la physiologie des artères, présentée par le biais de l’étude de Praxagoras de Cos, voir Orly Lewis, Praxagoras of Cos on Arteries, Pulse and Pneuma Fragments and Interpretation, Leyde, Brill, 2017.

10 Dina Bacalexi, « De pulsibus ad tirones. Galien et les médecins débutants : le pouls comme moyen de diagnostic et de pronostic », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 2, 2001, p. 133-135.

11 Galen, De usu pulsuum, dans David J. Furley et J. S. Wilkie, Galen on Respiration and the Arteries, An Edition with English Translation and Commentary of De usu respirationis, An in arteriis natura sanguis contineatur, De usu pulsuum, and De causis respirationis, Princeton, Princeton University Press, 1984, chap. 4, p. 211.

12 Voir Agnellus de Ravenne, Lectures galéniques : le « De pulsibus ad tirones », Introduction, texte latin (collaboration Ivan Garofalo), traduction et notes explicatives par Nicoletta Palmieri, Saint-Étienne, Publication de l’université de Saint-Étienne, 2005.

13 Voir Ivan Garofalo, Il De pulsibus di Philaretus e il Περὶ σφυγμῶν di Philaretos (con in appendice l’edizione del De pulsibus), dans María Teresa Santamaría Hernández (éd.), Textos médicos grecolatinos antiguos y medievales: estudios sobre composición y fuentes, Cuenca, Ediciones de la Universidad de Castilla-La Mancha, 2012, p. 55-94.

14 Sur l’Articella, voir Jon Arrizabalaga, « The Articella in The Early Press c. 1476-1534 », Articella Studies, 2, 1998, p. 1-43.

15 Haly Abbas, Pantegni, dans Omnia opera Ysaac, Theorica, Lugduni, in officina Ioannis de Platea, 1515, VII 2, fo 30vob.

16 Ibid.

17 Ibid.

18 Ibid., VII 3, fo 30vob.

19 Ibid., fos 30vob – 31voa : Quantitas divisionum dividitur in magnum parvum et medium, longum brevem et medium, latum strictum et medium, apertum occultum et medium. […] Tempus motuum dividitur in velox tardum et medium. […] Tertium secundum virtutis tenorem dividitur in fortem debilem et medium. […] Quartum secundum consistentia organi dividitur in durum, mollem, medium. […] Quintum secundum plenum et vacuum dividitur in plenum et vacuum et medium. […] Sextum secundum qualitates arteriarum dividitur in calidum et frigidum et medium. […] Septimum ex tempore quietis dividitur in spissum rarum et medium. […] Octavum secundum ordinationem et inordinationem dividitur in pondus laudabile et non laudabile. […] Nonum vero secundum concordiam dividitur in equale et in non equale. […] Decimum secundum numerum percussionis pulsuum dividitur in ordinatum et in non ordinatum.

20 Voir Moulinier-Brogi, L’uroscopie au Moyen Âge, op. cit., p. 44, sur Ali Ibn Ridwân (xie s.).

21 Voir Stefania Fortuna, « De pulsuum differentiis I tradotto da Burgundio da Pisa: De differentiis pulsuum », en ligne : http://www.galenolatino.com/index.php?id=11&L=&uid=45 (consulté le 22 mai 2017).

22 Galenus, De differentiis pulsuum, dans Galenus, Opera omnia, éd. C. G. Kühn, t. VIII, Leipzig, C. Cnobloch, 1824, I 3-4, p. 500-506. En réalité, dans l’Antiquité, les premières tentatives pour mesurer le pouls sont à attribuer au médecin Hérophile d’Alexandrie : voir note 9 et Jackie Pigeaud, « Du rythme dans le corps. Quelques notes sur l’interprétation du pouls par le médecin Hérophile », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 3, 1978, p. 258-267.

23 Nancy Siraisi, Avicenna in Renaissance Italy: The Canon and Medical Teaching in Italian Universities after 1500, Princeton, Princeton University Press, 1987.

24 Avicenne, Liber canonis, Lugduni, opera Jacobi Myt, 1522, lib. I, Fen 2, Doctr. 3, Dict. 2, Sum. 1, cap. 1, fo 38roa : Debes autem scire quod in pulsu reperitur natura musice, quoniam quemadmodum ars musice completur per adiunctionem sonorum secundum proportionem comitantem eos inter acuitatem et gravitatem per circulos casuum et temporum qui sunt inter eorum percussiones : sic est dispositio pulsus, quia proportio suorum temporum in velocitate et spissitudine et debilitate et in quantitate est sicut proportio adiunctionis eius. Je remercie vivement Camilla Cavicchi, Katelijne Schiltz et Jessie Ann Owens pour leur aide dans l’interprétation de ce passage. Pour la traduction anglaise du passage d’Avicenne et de nombreuses références au texte arabe, voir Leofranc Holford-Strevens, « The Harmonious Pulse », The Classical Quarterly, New Series, 43, 1993, p. 475-476 : You should know that there is in the pulse a musical nature, for as the art of music is realized in the melody according to the relation between them as to high pitch and low, and in the rhythmical recurrence of time-intervals between the stricking, so it is with the pulse: its temporal relation in respect of swiftnesss and frequency is a rhythmical relation.

25 Nancy Siraisi, « The Music of Pulse in the Writings of Italian Academic Physicians (Fourteenth and Fifteenth Centuries) », Speculum, 50, 1975, p. 689-710.

26 Galeno autem videtur quod id quod potest sentiri ex proportionalitatibus ponderis est secundum unam proportionum musicarum nominatarum. (ibid.)

27 Galenus, De differentiis pulsuum, op. cit., I 8, p. 516-517. Sur ce passage et Galien, voir Siraisi, « The Music of Pulse… », art. cité, p. 698.

28 Joël Chandelier, « Gentile da Foligno et le mouvement du cœur », Micrologus, 11, 2003, p. 97-122.

29 Pietro d’Abano, Conciliator controversiarum, quae inter philosophos et medicos versantur, Venetiis, apud Iuntas, 1565, Diff. 83, fo 124roa.

30 Ibid., fos 124roa-125roa.

31 Ibid., fo 125roa.

32 Ibid., fo 125rob.

33 Ibid., fo 125vob.

34 Mauro Letterio, « La “musica del polso” in alcuni trattati del Quattrocento », dans Carla Casagrande et Silvana Vecchio (éd.), Anima e corpo nella cultura medievale, Florence, Sismel/Edizioni del Galluzzo, 1999, p. 249.

35 Luis de Mercado, De pulsus arte et harmonia Libri Duo, Pintiae, excudebat Didacus Fernandez a Corduba, 1584.

36 Voir Bjørn Okholm Skaarup, Anatomy and Anatomists in Early Modern Spain, Ashgate, Farnham, 2015, p. 107-108 et la bibliographie citée.

37 Luis de Mercado, Libro, en que se trata con claridad la naturaleza, causas, providencia, y verdadera orden y modo de curar la enfermidad vulgar, y peste que en estos annos se ha divulgado por toda España, Madrid, en la imprenta del Licene Castro, 1599 ; id., Libellus de essentia, causis, signis et curatione febris malignae, in qua maculae rubentes similes morsibus pulicum per cutem erumpunt, cui accessit consilium continens summam totius praedictionis et curationis in eodem affectu, Basileae, per Conradum Waldkirch, 1594 ; id., De febrium essentia, differentiis, causis, dignotione et curatione Libri sex, Vallesoleti, apud haeredes Bernardini a Sancto Dominico, 1586.

38 Id., De mulierum affectionibus libri IIII, Venetiis, apud Felicem Valgrisium, 1587. Cet ouvrage est inséré par Israel Spach en clôture de la troisième édition de la collection de gynécologie la plus importante du xvie siècle par rapport à l’héritage ancien et aux ouvrages les plus modernes sur le sujet. Voir Gynaeciorum sive De mulierum tum communis, tum gravidarum, parientium, et puerperarum affectibus et morbis Libri… opera et studio Israelis Spachii, Argentinae, sumptibus Lazari Zetzneri, 1597. Par ailleurs, l’œuvre de Mercado avait était déjà publiée sous le titre de Gynaeciorum Libri IIII, Basileae, per Conradum Waldkirch, en 1588. Chez Waldkirch, Caspar Bauhin avait produit la deuxième édition de la somme de gynécologie : Gynaeciorum sive De mulierum affectibus Commentarii, per Conradum Vvaldkirch, 1586. Sur cette collection, voir Helen King, Midwifery, Obstetrics and the Rise of Gynaecology. The Uses of a Sixteenth-Century Compendium, Ashgate, Farnham, 2007.

39 Luis de Mercado, De communi et peculiari praesidiorum artis Medicae Indicatione, Coloniae, Io. Baptistae Ciotti, 1598.

40 Id., Institutiones chirurgicae, Francofurti ad Moenum, ex officina Hartmanni Palthenij, sumptibus Haeredum D. Zachariae Palthenij, 1619.

41 Id., De pulsus arte…, op. cit., Ad lectorem.

42 Ibid.

43 Joseph Struss (Struthius), Sphygmicae artis iam mille ducentos annos perditae et desideratae, Basileae, per Ioannem Oporinum, (1555).

44 Galenus, De pulsibus ad tyrones Liber, e Graeco in Latinum sermonem conversus per Ferdinandus Menam… cum eiusdem Commentarijs doctissimis, adiectis passim plurimorum locorum in libros Galeni De pulsibus castigationibus, Compluti, ex officina Ioannis Brocarij, 1553.

45 Francisco Valles, Commentarij de urinis, pulsibus et febribus longe eruditissimi, Compluti, in officina Ioanuis de Villanova, 1569.

46 Leo Roganus, In Galeni Libellum de pulsibus ad tyrones Commentarius… De urinis Libri Tres, Neapoli, excudebat Raimundus de Amato, 1556.

47 Mercado, De pulsus arte…, op. cit., Ad lectorem.

48 Ibid., Praefatio, p. 1.

49 Ibid. Sur les six choses non naturelles (air, alimentation et boisson, sommeil et veille, exercice et repos, réplétion et évacuation, passions ou accidents de l’âme), voir Nancy Siraisi, Taddeo Alderotti and his Pupils. Two Generations of Italian Medical Learning, Princeton, Princeton University Press, 1981, chap. 5, p. 137-138 ; ead., Medieval and Early Renaissance Medicine. An Introduction to Knowledge and Practice, Chicago/Londres, University of Chicago Press, 1990, chap. 4, p. 101 ; Pedro Gil Sotres, « Les régimes de santé », dans Mirko D. Grmek (dir.), Histoire de la pensée médicale en Occident. 1. Antiquité et Moyen Âge, Paris, Seuil, 2014, p. 257-281 ; Vivian Nutton, Ancient Medicine, London, Routledge 2004, chap. 16, p. 240-241 ; Marilyn Nicoud, Les régimes de santé au Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2007, vol. I, chap. 4, p. 153-184.

50 Mercado, De pulsus arte…, op. cit., Praefatio, p. 1-2.

51 Ibid., Praefatio, p. 4.

52 Ibid., I 1, p. 8 : Siquidem pulsus (quatenus nomini interest) nil aliud est, quam motus spontaneus, qui in partibus quibusdam animalium sanguine praeditorum est, nimirum in arteriis, quiete interpolatus : sed ob sophistas addere opportet, sensui conspicuus. Voir Galenus, De differentiis pulsuum, op. cit., I 3, p. 500.

53 Ibid. : pulsus vera naturae arteriis insitae actio est.

54 Ibid., II 1 2, p. 104-105.

55 Ibid., II 1 4, p. 111-112.

56 Ibid., II 1 9, p. 119.

57 Ibid., II 1 10, p. 120.

58 Ibid., II 1 11, p. 121 : rhytmi nomen consonantiam, modulationem, concentum, concinitatem et numerum significare, aperto scimus. Caeterum in usu medico, rhytmus est, eorum quae in pulsu sunt, temporum ad invicem proportio.

59 Ibid. : At proportio est, si Euclidi credendum sit, duarum eiusdem generis quantitatum, unius ad alteram habitudo, quo fit ut cum tempus sit de genere quantitatis, si conferas quantitatem distensionis arteriae ad quantitatem contractionis, ex collatione constabit utra alteram excedat, an sint pares.

60 Ibid., p. 122.

61 Ibid., p. 122-123.

62 Ibid., p. 124.

63 Mercado, De mulierum affectionibus libri IIII, op. cit., II 3, p. 160-179.

64 Mercado, De pulsus arte, op. cit., II 3 38, p. 231.

65 Ibid. : Verum quae ex utero suffocantur corde compatiente […] ut plurimum pulsum habent parvum, tardum, rarum, inaequalem, inordinatum, tensum, deficientem, et aliquando patitur asphygiam. Concernant l’asphygia, voir Bartolomeo Castelli, Lexicon medicum graeco-latinum, Genevae, apud Fratres de Tournes, 1756, Asphyxia, p. 84.

66 Ibid.

67 Dans les limites de cette contribution, nous ne pouvons pas aborder la question du pronostic, qui pour autant reste de la plus grande importance en sphygmologie.

68 Struss, Sphygmicae artis…, op. cit., I 9, p. 17-18.

69 Ibid., p. 18.

70 Ibid., p. 20.

71 Galenus, De differentiis pulsuum, op. cit., I 8, p. 514-517.

72 Ibid., IV 32, p. 263. À la base de ces réflexions se situe la position galénique sur le pouls et la suffocation de l’utérus. Voir Galenus, De causis pulsuum, dans Galenus, Opera omnia, éd. C. G. Kühn, t. IX, Leipzig, C. Cnobloch, 1825, III 22, p. 197.

73 Sur Marquet, voir Ingrid J. Sykes, « The Art of Listening: Perceiving Pulse in Eighteenth-Century France », Journal for Eighteenth-Century Studies, 35, 2012, p. 473-488.

74 Nicolas-François Marquet, Nouvelle méthode facile et curieuse, Nancy, Baltazard, 1747, p. 3.

75 Ibid., p. 4-6.

76 Ibid., p. 7.

77 Ibid., p. 19-34.

78 Sur Laënnec, voir Jacalyn Duffin, To See with a Better Eye. A Life of R.T.H. Laennec, Princeton, Princeton University Press, 1998.

79 René-Théophile-Hyacinthe Laënnec, Traité de l’auscultation médiate et des maladies des poumons et du cœur, Tome II, Paris, Chaudé, 1826.

80 Ibid., p. 424.

81 Riche est la littérature médicale sur les difficultés du diagnostic durant une consultation basée sur des éléments tels que les discours des patients et de leur entourage, l’analyse des urines par la vue et le goût. Voir, par exemple, David E. Linden, « Gabriele Zerbi’s De cautelis medicorum and the Tradition of Medical Prudence », Bulletin of the History of Medicine, 73/1, 1999, p. 19-37 ; Henry D. Sigerist, « Bedside Manners in the Middle Ages: The Treatise De cautelis medicorum attributed to Arnold of Villanova », Quarterly Bulletin of Northwestern University Medical School, 20/1, 1946, p. 136-143.

82 Pietro d’Abano, Conciliator controversiarum…, op. cit., Diff. 83, fo 125voa.

83 La recherche de l’objectivité et l’étude du mouvement dans le corps pousseront Étienne-Jules Marey et d’autres, comme Robert Dudgeon, à créer des machines pour saisir et représenter le battement du pouls. Voir, entre autres, Étienne-Jules Marey, La circulation du sang, Paris, Masson, 1881, p. 207-209 (sphygmomètre).

84 Pietro d’Abano, Conciliator controversiarum…, op. cit., fo 126rob. Le texte renvoie au De ingenio sanitatis (De methodo medendi) de Galien. Voir Galenus, De methodo medendi, éd. C. G. Kühn, t. X, Leipzig, C. Cnobloch, 1825, I 5, p. 39.

Haut de page

Table des illustrations

Titre FIG. 1 : Galenus, De differentiis pulsuum, dans id., Opera omnia, Tomus secundus, Lugduni, apud Ioannem Frellonium, 1550, p. 997-998
Crédits Bibliothèque du CESR, université de Tours
URL http://hms.revues.org/docannexe/image/1095/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre FIG. 2 : Luis de Mercado, De pulsus arte et harmonia Libri Duo, Pintiae, excudebat Didacus Fernandez a Corduba, 1584, p. 124
Crédits Biblioteca Digital de Castilla y León (http://bibliotecadigital.jcyl.es/​fr/​consulta/​registro.cmd?id=7276)
URL http://hms.revues.org/docannexe/image/1095/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1009k
Titre FIG. 3 : Nicolas-François Marquet, Nouvelle méthode facile et curieuse pour connoître le pouls par les notes de la musique, Amsterdam, et se trouve à Paris, chez P. Fr. Didot, 1769
Crédits Londres, The Wellcome Library
URL http://hms.revues.org/docannexe/image/1095/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 9,7M
Titre FIG. 4 : Nicolas-François Marquet, Nouvelle méthode facile et curieuse pour connoître le pouls par les notes de la musique, Amsterdam, et se trouve à Paris, chez P. Fr. Didot, 1769
Crédits Londres, The Wellcome Library
URL http://hms.revues.org/docannexe/image/1095/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre FIG. 5 : René-Théophile-Hyacinthe Laënnec, Traité de l’auscultation médiate et des maladies des poumons et du cœur, Tome II, Paris, Chaudé, 1826, p. 424
Crédits Internet Archive : https://archive.org/​details/​traitdelauscul02laen
URL http://hms.revues.org/docannexe/image/1095/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Concetta Pennuto, « Pulsations du corps en médecine », Histoire, médecine et santé, 11 | 2017, 55-76.

Référence électronique

Concetta Pennuto, « Pulsations du corps en médecine », Histoire, médecine et santé [En ligne], 11 | été 2017, mis en ligne le 20 octobre 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://hms.revues.org/1095 ; DOI : 10.4000/hms.1095

Haut de page

Auteur

Concetta Pennuto

Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR, UMR 7323), université François-Rabelais, Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org