Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Médecine et médecins dans l’économie des savoirs

Médecine et histoire naturelle

Francisco Hernández au Mexique ou le médecin voyageur comme historien de la nature du Nouveau Monde, 1570-1577
José Pardo-Tomás
Traduction de Rafael Mandressi
p. 77-97

Résumés

Cet article analyse comment l’œuvre du médecin Francisco Hernández (ca. 1514-1587) s’est construite tout au long des sept ans pendant lesquels il travailla au Mexique, envoyé par Philippe II dans le cadre d’un profond renouveau des formes de gouvernement des domaines coloniaux, dans un projet qui était à la fois son projet personnel et celui qui lui avait été commandé par le pouvoir royal. À travers cette étude de cas est proposée une réflexion sur la pluralité des conceptions sur ce qu’était l’histoire naturelle pour les médecins universitaires européens du xvie siècle, sur les façons de la pratiquer et, surtout, de l’écrire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette approche est à l’origine du projet Natural histories and World-cities. Madrid, Rome and Mexi (...)

1Il reste encore beaucoup à dire à propos de la place de l’histoire naturelle dans la reconfiguration du système des savoirs et des pratiques des médecins dans l’Europe de la première modernité. Loin de s’inscrire de manière linéaire et non problématique dans le cadre des savoirs de l’époque, cette discipline donne lieu à de multiples pratiques chez les médecins naturalistes, qui obligent à réfléchir sur la mobilité d’un territoire intellectuel instable et hétérogène. Il convient ainsi de mettre au premier plan la pluralité des histoires naturelles produites pendant la période, en particulier à partir de l’époque des « découvertes géographiques » de la seconde moitié du xve siècle et la première moitié du xvie, jusqu’aux premières décennies du siècle suivant1.

  • 2 Il suffira ici de rappeler la célèbre excursion faite en 1555 depuis Vérone jusqu’au Monte Baldo, (...)
  • 3 Brian Ogilvie, The Science of Describing. Natural History in Renaissance Europe, Chicago, Universi (...)

2Il n’y a rien d’étonnant, en fait, à ce que le voyage d’exploration ait été l’une des pratiques que les médecins intéressés par l’histoire naturelle ont revendiquées, en la présentant comme un jalon de plus d’une entreprise qui consistait à récupérer la tradition de la pensée classique sur la nature. Le voyage d’exploration dans des terres inconnues s’est ainsi inscrit dans le programme idéal d’une histoire naturelle renouvelée, avec la constitution de collections formées de matériaux recueillis ou échangés avec d’autres savants et de la collecte d’espèces et d’échantillons dans des territoires plus connus et proches, voire domestiques2. Or la mise en œuvre de ce programme, redisons-le, connut une pluralité de formes qui ne peuvent être réduites à un schéma unique qu’au prix d’une simplification de l’analyse et de l’introduction de biais lourds et de distorsions dans les approches3. Il faut rappeler que des histoires naturelles furent composées par des médecins non voyageurs, que d’autres le furent par des médecins ayant visité des territoires non exotiques (c’est-à-dire non exotiques pour les médecins universitaires d’Europe occidentale), et qu’enfin un nombre considérable d’histoires naturelles furent élaborées in situ, au cours d’expéditions vers des terres lointaines. Sans prétendre à l’exhaustivité, mais en raison de ce qu’ils représentent dans le monde de la médecine européenne de la Renaissance, nous mentionnerons trois cas relevant de ce dernier type, un peu antérieurs au voyage du médecin castillan Francisco Hernández (ca. 1514-1587) en terres mexicaines entre 1570 et 1577, qui nous occupera principalement ici.

  • 4 Giorgio Levi della Vida, « Alpago, Andrea », dans Dizionario Biografico degli italiani, II, Rome, (...)

3Le plus ancien des trois est celui du Vénète Andrea Alpago (mort en 1521), qui vécut à Damas pendant trente ans (1487-1517) en tant que médecin du consulat de Venise, et parcourut Chypre, la Palestine, l’Égypte et la Syrie4. L’objet de ses recherches ne furent pas les plantes, les animaux ou les minéraux de ces régions, mais les manuscrits médicaux arabes, fait significatif de son engagement dans le programme philologique humaniste d’une partie des praticiens universitaires des dernières décennies du xve siècle et des premières du siècle suivant. De fait, Alpago finirait ses jours comme professeur de médecine à l’Université de Padoue. Son principal travail intellectuel pendant son long séjour au Moyen-Orient fut celui de traducteur et commentateur des textes d’Avicenne (Abu-Ali at-Hussayn ibn Abdullah ibn Sina, ca. 980-1037) et d’autres médecins arabes, plus préoccupé par les aspects philologiques relatifs à la traduction que par des questions de materia medica et de thérapeutique, malgré ses travaux sur l’œuvre de Sérapion (Yūḥannā ibn Sarābiyūn, ixe-xe siècles).

  • 5 Une mise à jour sur le personnage, son œuvre et l’influence de celle-ci, dans Palmira Fontes da Co (...)

4Contrairement à Alpago, la materia medica a constitué la préoccupation centrale du Portugais Garcia de Orta (1501?-1568), qui après avoir passé trente ans à Goa, centre névralgique de la colonie portugaise en Inde, y publia, en 1563, ses Colóquios dos simples e drogas he cousas medicinais da Índia5. Or la condition de médecin voyageur de Orta est toute relative. Certes, il partit de Lisbonne, contourna l’Afrique, et arriva en Inde, mais il s’installa à Goa pour ne plus jamais rentrer en Europe. Son voyage fut sans retour, pour éviter, entre autres, le risque que représentait pour lui de rentrer au Portugal à la suite du déploiement de l’appareil répressif du Saint-Office, en tant que fils de Juifs convertis de force en 1497. Orta réussit ainsi à garantir sa survie, et quand les actions répressives arrivèrent dans les colonies il était déjà mort.

  • 6 Guilandino énonça très bien le sens d’un tel projet dans une lettre à Ulisse Aldrovandi datée de 1 (...)
  • 7 Certains écrits de Guilandino parurent alors qu’il était toujours en vie, mais dans le cadre d’édi (...)

5Un autre voyage, qui faillit lui aussi être sans retour, fut celui entrepris par Melchior Guilandino (Melchior Wieland, ca. 1520-1589) en Syrie, Palestine et Égypte, à la recherche d’un contact direct avec la materia medica de la Méditerranée orientale6, car il fut fait prisonnier par les Turcs. Mais Guilandino put rentrer en Vénétie – la rançon étant payée par son ami et confrère le médecin Gabrielle Falloppio (1523-1562) – et acheva sa carrière professionnelle comme préfet du jardin botanique (prefetto dell’Orto botanico) de l’Université de Padoue, où il donnait des leçons sur les simples. Ces événements procurèrent une certaine notoriété à Guilandino, alors que sa production imprimée demeura peu significative7.

  • 8 Hernández cite explicitement Garcia de Orta dans le chapitre 203 du troisième livre de son Histori (...)

6On ignore si Francisco Hernández connut l’aventure de son contemporain Guilandino dans les mêmes terres méditerranéennes où Alpago passa une bonne partie de sa vie, mais qui à son époque étaient déjà passées sous domination ottomane ; on ne sait pas non plus si Hernández eut accès aux éditions d’Andrea Alpago, même s’il est évident qu’il lut les œuvres d’Avicenne et de Sérapion. Ce que l’on sait avec certitude, à travers le témoignage indiscutable de Hernández lui-même, est qu’il connut l’œuvre de Garcia de Orta, qu’il emporta probablement dans ses bagages lors de son voyage outre-Atlantique, dans un monde nouveau et différent des régions parcourues par Orta ou par Alpago et Guilandino8.

  • 9 Sur Francisco Hernández et son œuvre, on peut toujours se reporter à Germán Somolinos, « Vida y ob (...)
  • 10 Sur la fortune éditoriale de l’œuvre dHernández, en général, voir : José M. López Piñero et José (...)
  • 11 La préparation des matériaux après le voyage fut l’oeuvre du seul Piso, étant donné la mort prémat (...)
  • 12 A voyage to the islands Madera, Barbados, Nieves, S. Christophers and Jamaica, with the natural hi (...)

7Le fait de se consacrer à une histoire naturelle du Nouveau Monde au Nouveau Monde est un aspect qui, tout en connectant Hernández avec beaucoup d’autres médecins européens du xvie siècle cultivant l’histoire naturelle, le distingue de la grande majorité de ses contemporains9. Le profil du praticien voyageur et explorateur de terres inconnues deviendra une forme spécifique de l’écriture et de la pratique de l’histoire naturelle, précisément à partir de l’œuvre de Hernández, même si celle-ci resta inédite en son temps et ne fut publiée, partiellement, qu’à partir des premières décennies du xviie siècle10. L’influence de son entreprise fut en effet plus que considérable sur les histoires naturelles rédigées par des médecins voyageurs, un genre qui fera fureur dans la seconde moitié du xviie siècle et les premières décennies du xviiie. Il suffira à cet égard de citer deux exemples emblématiques, produits pendant cette période : l’histoire naturelle du Brésil, élaborée entre 1637 et 1644 par Willem Piso (1611-1678) et Georg Marggraf (1610-1644), pendant un séjour dans la région qui était alors sous domination hollandaise11, et l’histoire naturelle de la Jamaïque avec celle d’autres îles atlantiques, réalisée par Hans Sloane (1660-1753) après un voyage entre 1687 et 168912.

  • 13 Stafford Poole, Juan de Ovando. Governing the Spanish Empire in the Reign of Philip II, Norman, Un (...)
  • 14 Arndt Brendecke, Imperio e Información. Funciones del saber en el dominio colonial español, Madrid (...)

8L’inévitable dimension coloniale de tous ces voyages et des ouvrages qui en émanent provient, entre autres facteurs, du contexte politique spécifique dans lequel chacun de ces médecins mena son entreprise. Ainsi, tandis que Alpago ou Guilandino ont agi en fonction des intérêts des marchands vénitiens et de l’élite qui gouvernait la Repubblica Serenissima, Orta, Piso et Sloane sont partis de leurs lieux d’origine respectifs en tant que médecins personnels de ceux qui partaient pour les colonies afin d’y administrer le pouvoir et la domination des puissances respectives : Martim Afonso de Sousa (1500-1571) pour Garcia de Orta, Johan Maurits van Nassau (1604-1679) pour Piso, et le duc d’Albemarle (1653-1688), gouverneur anglais de la Jamaïque, dans le cas de Sloane. Celui de Hernández est une fois encore quelque peu singulier dans cet ensemble, puisque le médecin castillan partit de Séville en direction du Mexique directement envoyé par Philippe II, dans le cadre d’un profond renouveau des formes de gouvernement des domaines américains, issu de la nouvelle politique que Juan de Oviedo (1515-1575) imposait au sein du Consejo de Indias depuis 156713. Cette nouvelle politique s’appuyait sur la conviction que les problèmes auxquels faisait face l’administration espagnole étaient principalement dus à des erreurs et des failles dans la manière de recueillir l’information sur les territoires coloniaux14. C’est une perspective dont il faut tenir compte à l’heure d’analyser comment l’œuvre de Hernández s’est construite tout au long des sept ans pendant lesquels il travailla au Mexique, dans le cadre d’un projet qui était à la fois – et pas toujours de façon harmonieuse – le sien et celui qui lui avait été commandé par le pouvoir royal.

Entre projet personnel et instructions royales

9Francisco Hernández s’est exprimé à diverses reprises sur sa manière de concevoir l’objectif de son entreprise. Il est très clair à ce sujet, par exemple, dans un passage du chapitre consacré au quauhxóchitl. Extasié devant la beauté de cet arbre fleuri, il écrit que même s’il « est dépourvu de saveur et d’odeur remarquables, et je n’ai rien su à son propos digne d’être mentionné », il l’inclut dans son ouvrage « à cause de son extraordinaire figure et son bel aspect, tel que nous l’avons fait pour beaucoup d’autres » ; et Hernández de préciser :

  • 15 Francisco Hernández, Opera cum edita tum inedita, Matriti, Ex Typographia Ibarrae Heredum, 1790, v (...)

parce que ce n’est pas notre but de rendre compte seulement des médicaments, mais de réunir la flore et composer l’histoire des choses naturelles du Nouveau Monde, en mettant devant les yeux de nos compatriotes, et principalement de notre seigneur Philippe, toutes les productions de cette Nouvelle-Espagne15.

10L’affirmation sur la portée de « l’histoire des choses naturelles » est donc faite par comparaison avec la simple tâche qui consiste à « rendre compte des médicaments ». Une pareille histoire des choses naturelles, loin d’entrer en contradiction avec une relation sur les médicaments qu’offre la nature, semble donc plutôt l’inclure et, par conséquent, la dépasser. Si Hernández se sentait obligé de rendre aussi explicite son point de vue, c’était parce que d’une certaine façon il savait qu’une opinion contraire à cette ambition totalisante existait au sujet de sa mission, une opinion qui circulait à la cour et parvenait aux conseillers du monarque auquel Hernández destinait son œuvre.

  • 16 Sur l’expression entera noticia et l’importance de sa signification dans la politique impériale hi (...)
  • 17 Demetrio Ramos « La Junta Magna y la nueva política », dans Historia general de España y América, (...)
  • 18 La confirmation documentaire sur la nomination de Hernández comme médecin de la maison royale date (...)
  • 19 Une des conséquences de la visite et de la Junta Magna fut la désignation d’Ovando comme président (...)

11Sans entrer dans les détails, il convient d’insister sur le fait que l’entreprise de Hernández fut conçue dans le cadre d’une vaste discussion, à propos de la réforme du gouvernement et de l’administration des Indes volontairement suscitée par le roi parmi ses conseillers, à l’occasion de la visite de Juan de Ovando au Consejo de Indias. La visite faisait partie des procédures d’inspection et d’audit, menée par un conseiller royal, à propos d’une charge ou d’une institution de gouvernement afin de s’informer sur ses activités récentes. Elle comportait naturellement une série d’interrogatoires qui devaient aider le visitador à se faire une idée de la manière selon laquelle la charge ou l’institution avait fonctionné, dès lors qu’il s’agissait de rassembler l’information nécessaire pour que les décisions à venir, concernant la personne ou l’institution en question, fussent prises en ayant « entière connaissance » (entera noticia) de ce qui s’était passé16. Le déroulement de la visite provoquait des discussions, encourageait l’envoi de plaintes au visitador, la rédaction de mémoires proposant des mesures. Parfois la discussion se limitait aux cercles curiaux, mais elle pouvait aussi s’étendre aux conversations dans les cours, les maisons ou les tavernes, voire les escaliers et les arcades des places urbaines les plus fréquentées. Dans certains cas, la discussion finissait par se formaliser dans les instances de gouvernement avec la convocation d’une assemblée (junta) susceptible de conduire, à la fin, à des solutions ou du moins apte à soutenir les décisions prises. C’est ce qui arriva dans le cas qui nous occupe : Ovando procéda à la plupart de ses interrogatoires pendant l’été 1567, et au printemps 1568 la décision avait déjà été prise de convoquer une assemblée pour discuter des mesures nécessaires à une réforme en profondeur et « informée » du gouvernement des Indes17. Celle qui serait connue comme Junta Magna fut pilotée par Juan de Ovando et par son protecteur et patron, le puissant cardinal Diego de Espinosa (1513-1572), à l’époque président du Conseil de Castille, le principal conseil du roi. L’existence de liens étroits entre ces deux personnages et Francisco Hernández est une hypothèse solide, compte tenu des parcours biographiques de ces trois personnages – ces parcours se croisent à des moments divers à Séville, à Alcalá, à Tolède et, bien sûr, à Madrid – ainsi que de la coïncidence entre les nominations successives d’Hernández et les instances que ses patrons contrôlaient alors : d’abord, médecin de la Maison du Roi en 1567, une nomination qui dépendait du Conseil de Castille, présidé par Espinosa18 ; puis protomédico des Indes en 1569, nomination qui dépendait du Consejo de Indias, au moment où se déroulaient la visite et la Junta Magna, toutes les deux aux mains d’Ovando19.

12L’essentiel ici est de bien comprendre comment furent prises les décisions relatives à l’expédition en Nouvelle-Espagne – à commencer par le choix de celui qui devait la conduire – dans un contexte de discussion relativement ouvert au sein des cercles de la cour, où diverses opinions circulaient concernant l’objectif d’une telle expédition et les résultats qu’il fallait en attendre. Il paraît clair qu’il s’agissait de recueillir des informations de première main et aussi exhaustives que possible sur les ressources naturelles du territoire et les potentialités économiques, commerciales et sanitaires qu’on pouvait en tirer. Or il s’agissait aussi, dans ces discussions, de savoir si ces informations devaient servir ou pas à l’écriture d’une « histoire des choses naturelles ». Ces points de vue divergents donnèrent lieu à de complexes stratégies de négociation, aussi bien de la part d’Hernández que de ses soutiens, de ses critiques, et bien sûr du monarque lui-même. Cette tension entre des attentes différentes provoqua une mise en question de l’« utilité publique » de l’entreprise, aussi bien avant l’expédition que pendant et après son retour (alors qu’Espinosa et Ovando étaient déjà morts, et qu’Hernández se trouvait encore au Mexique).

13La nomination par Philippe II de Francisco Hernández comme protomédico général des Indes, en janvier 1569, attribuait à celui-ci un rang de premier ordre, tout en établissant clairement son lien direct avec l’autorité du roi. Cela supposait qu’en devenant ainsi la plus haute autorité médicale des Indes, Hernández pourrait développer son travail de façon efficace et sans trop d’entraves. Cependant, la réalité coloniale transforma ce lien direct avec l’autorité royale en un problème supplémentaire, puisqu’elle entrait en conflit avec les compétences particulières des institutions coloniales et avec les intérêts des groupes d’Espagnols et de créoles au sein de la société mexicaine, à commencer – de façon symptomatique – par les médecins, chirurgiens et apothicaires eux-mêmes. L’autorité de protomédico, censée faciliter leur mobilisation pour la réussite de l’entreprise, s’avéra très tôt être un sérieux obstacle, au point de le faire renoncer presque entièrement à l’exercer. La double signification de la charge reçue par Hernández était clairement établie dès le début dans les instructions du roi :

  • 20 La orden que vos el doctor Francisco Hernández, nuestro médico, avéis de tener en el oficio de nue (...)

L’ordre que vous, docteur Francisco Hernández, notre médecin, devez accomplir dans l’office que nous vous avons attribué en tant que notre Protomédico général de nos Indes, Iles et Terre ferme de la Mer Océane, ainsi que dans les autres choses qui vous sont confiées, touchant l’Histoire des choses naturelles que vous aurez à faire dans ces lieux, est le suivant [...]20.

  • 21 Il importe de noter l’allusion qui est faite à la connaissance que l’on a déjà (se tiene relación) (...)

14Le groupe d’instructions spécifiques relatives aux « choses touchant l’histoire des choses naturelles » ne laisse aucun doute quant au fait que l’utilité médicale de ces « choses naturelles » fut dès le début la préoccupation essentielle du pouvoir royal. De fait, le choix de la Nouvelle-Espagne comme première destination du protomédico avait été fait, précisément, « parce qu’on a été informé qu’il y a des plantes, des herbes et des graines médicinales connues en plus grand nombre qu’ailleurs21 ».

  • 22 de todos los médicos, cirujanos, erbolarios, e yndios, y otras personas curiosas en esta facultad
  • 23 de todas las cosas susodichas que pudiéredes hacer experiencia y pruebas, la haréis
  • 24 procuraréis informaros de las personas susodichas
  • 25 Malgré l’abondante production historiographique récente sur le sujet, il est toujours nécessaire d (...)

15L’ordre royal indiquait aussi que le protomédico devait obtenir des informations « de tous les médecins, chirurgiens, apothicaires, et indiens, et d’autres personnes curieuses de cette science22 », et définit une méthode, fondée sur « l’expérience », pour discerner leur utilité, ainsi que la viabilité de leur acclimatation, voire le système à mettre en œuvre pour les cultiver le cas échéant. Les instructions revenaient sur ce concept d’« expérience », dans sa double signification : d’une part, comme synonyme de « preuve », ce que le protomédico a en charge d’apporter (« vous ferez des expériences et des essais de toutes les choses susdites à chaque fois que ce sera possible23 ») ; d’autre part, l’expérience consiste aussi dans l’information fournie par d’autres24, lorsque l’observation directe n’est pas possible25.

16L’utilité publique que l’on recherchait ne concernait pas uniquement – ni principalement, en réalité – le territoire colonial. Le projet royal comporta toujours l’objectif de savoir à quel point ce que cette terre pouvait offrir de nouveau et d’utile dans le domaine des « médecines » était transposable en métropole ; le protomédico fut ainsi expressément chargé d’envoyer en Espagne des échantillons « de toutes les médecines, les herbes ou les graines [que vous verrez] dans ces terres et qui vous paraîtront remarquables ».

17Malgré tout ce déploiement de mandats et d’ordres spécifiques, une instruction permet d’envisager la latitude dont disposa Hernández pour construire sa propre « histoire des choses naturelles » ; la voici :

  • 26 En lo que toca a la escritura que avéis de hacer de la dicha Historia, porque tenemos entendido qu (...)

En ce qui concerne l’écriture que vous devez faire de ladite Histoire, puisque nous entendons que vous la ferez comme il conviendra, nous nous en remettons à vous, pour que vous y procédiez tel que votre bon jugement et vos lettres le font espérer26.

18La marge de liberté que ce passage accordait à Hernández, précisément lorsqu’il s’agit de « l’écriture […] de ladite Histoire », était exceptionnellement large. C’est ce qui permit au médecin tolédan de faire valoir l’ampleur et l’ambition de sa conception de l’entreprise, qu’il s’employa à défendre tout au long des sept ans que dura son voyage face aux exigences et aux manœuvres des instances du pouvoir et, surtout, face à une nature (végétale, animale, minérale mais principalement humaine) qui l’émerveilla d’abord, le passionna et l’irrita ensuite à parts égales, et finit par le déborder.

  • 27 Il faut tenir compte du fait que le rythme de l’immense majorité de la correspondance entre Mexico (...)
  • 28 Germán Somolinos a systématisé l’information sur les lettres qui avaient été localisées, transcrit (...)
  • 29 Ce que l’on a appelé memorial pidiendo mercedes est en réalité une consultation qui paraphrase le (...)

19Pour suivre le développement de ce processus, on dispose, outre les manuscrits des œuvres de Hernández qui sont parvenus jusqu’à nous, de dix-huit lettres de sa main qui ont été conservées, depuis son départ de Séville en septembre 1570 jusqu’à son retour dans la même ville sept ans plus tard, en septembre 1577. Quinze de ces lettres sont adressées à Philippe II et les trois autres à Juan de Ovando. La régularité de la correspondance27 et les références internes dans les lettres permettent d’identifier des lettres perdues et de conclure que Hernández rédigeait une lettre pour le roi à chaque fois que le double système de flotte et de navío de aviso le lui permettait, qu’en parallèle il écrivait à Ovando et, occasionnellement, à d’autres conseillers et personnages de la cour, dans des termes similaires. À cet epistolario28, il faudrait ajouter les deux mémoires conservés : celui adressé au vice-roi Martín Enríquez peu avant son départ de Mexico pour explorer pendant un an les régions plus éloignées de la capitale de la Nouvelle-Espagne, et celui envoyé au roi après son retour à Madrid29. Voici la documentation qui nous permet d’interpréter ce que Francisco Hernández crut devoir entreprendre à l’heure de produire une histoire naturelle en accord avec le dessein du pouvoir impérial qui la rendait possible et avec sa propre ambition intellectuelle et personnelle. Cela revêtait, comme nous le verrons, des dimensions colossales, ce qui fut sans doute à l’origine du sort final de toute l’entreprise : malgré l’ampleur de ses résultats, elle fut toujours considérée comme inachevée par son auteur et comme un échec par le monarque et par ses conseillers, n’ayant pas satisfait à leurs attentes.

  • 30 Hernández dit à deux reprises que le roi doit ordonner que l’on écrive à « La Española, Canaria y (...)

20Pour eux, Hernández aurait dû remplir en cinq ans sa mission et recueillir une information aussi complète que possible sur tout ce que la nature des vice-royautés de la Nouvelle-Espagne et du Pérou pouvait offrir d’utile pour la médecine. Pour Hernández, le monarque devait promouvoir, protéger et enfin financer la publication d’une histoire naturelle du Nouveau Monde qui aurait dû comprendre, outre toute l’Amérique alors connue, au moins les Canaries et les Philippines30. Cette œuvre immense, par ailleurs, devait incorporer des composantes différentes et articulées comme un ensemble.

Les diverses composantes d’une histoire naturelle du Nouveau Monde

  • 31 En mars 1575, alors qu’il pense qu’il lui reste encore une année de travail en Nouvelle-Espagne, H (...)
  • 32 Par exemple, dans les deux lettres écrites le 15 mai 1571 : Benítez Miura, « Cartas inéditas », ar (...)
  • 33 Dans la lettre du 30 avril 1572 : Benítez Miura, « Cartas inéditas », art. cité, p. 398-400. À ce (...)
  • 34 La première mention connue se trouve dans la lettre du 1er septembre 1574, adressée à Juan de Ovan (...)
  • 35 Lettre du 12 décembre 1572 : Benítez Miura, « Cartas inéditas », art. cité, p. 404-406.
  • 36 […] porque la historia natural deste orbe se juntase con la del otro, ainsi que l’écrivait Hernánd (...)

21Le noyau fondamental de l’ouvrage était constitué, sans doute, par l’« histoire des choses naturelles » qui, rappelons-le, devait inclure non seulement les composantes des trois règnes de la nature dont on connaîtrait l’utilité médicinale, mais aussi toutes celles tirées de l’observation directe de l’auteur ou de l’expérience de ses informateurs. Dans cette histoire des choses naturelles, il fallait articuler par ailleurs deux autres pièces : une géographie – au sens strict, une description de la terre – comprenant les tables des « hauteurs »31 (latitude et longitude) des principaux centres peuplés, déterminées in situ par des experts (il les appelle habituellement geographos32, parfois aussi astrólogos33) sous sa direction et même avec des instruments qu’il leur fournissait, et une « histoire des antiquités, rites et coutumes » des différents habitants de ce monde nouveau que l’on tentait de décrire et que Hernández lui-même se chargeait de rédiger34. Ces trois composantes devaient s’accompagner d’une série de « traités » – en réalité des tables et des index – qui visaient deux objectifs : d’une part, reconnaître et distinguer les choses naturelles « des deux mondes » (de ambos orbes), le vieux et le nouveau, et de l’autre, récupérer tout ce qui dans l’histoire naturelle serait utile et profitable « à la santé humaine et au bien commun35 ». Une pareille histoire naturelle du Nouveau monde devait enfin être accompagnée des commentaires et de la traduction en espagnol de la Naturalis historia de Pline (23-79 après J.-C.), « afin que l’histoire naturelle de ce monde fût réunie avec celle de l’autre36 ».

22Les objectifs de Hernández dans ce projet colossal durent faire face aux sérieuses limites que lui imposa la réalité de l’autre côté de l’Atlantique. Ces limites provenaient, en premier lieu, de sa propre méconnaissance de l’ampleur de ce qu’il allait trouver ; ensuite, de la portée de l’autorité qu’il détenait, déléguée par le roi pour réunir et faire travailler des médecins et des cosmographes espagnols ; enfin, de la difficulté à recueillir des informations auprès de la population indigène.

  • 37 Hernández écrit, en mars 1575 : Lo que toca al Perú y otras tierras nuevas, sabe dios quisiera yo (...)
  • 38 Un an plus tard, Hernández rentrera avec 22 cuerpos de libros, demás de los 16 que había enviado, (...)
  • 39 Voy asimismo aderezando los libros de la corografía desta tierra, antigüedades y conquista que ten (...)

23En faisant un bilan synthétique de ce que Hernández parvint réellement à accomplir, on dira qu’il put présenter, après sept ans de périple, une Historia natural de la Nueva España raisonnablement achevée, dont il considérait qu’elle pouvait et devait servir de modèle pour poursuivre avec celles des autres territoires37. Cette Historia natural comprenait, outre la description géographique de la Nouvelle-Espagne (qui constituait la partie la plus incomplète et encore provisoire, car les tâches avaient été confiées à d’autres), l’« histoire des choses naturelles » (24 livres des plantes, cinq traités sur les animaux, un sur les minéraux), les « peintures » respectives de toutes ces choses naturelles (qui occupaient dix des seize volumes envoyés au roi en 1576)38, ainsi que trois livres sur les « antiquités » des habitants de la Nouvelle-Espagne et un autre sur sa conquête par les Espagnols39. En plus, Hernández pouvait aussi présenter, achevée, la traduction et le commentaire des 37 livres de L’histoire naturelle de Pline. Enfin, il avait également terminé ces « traités », tables ou index, qu’il nomma libros adminiculativos, et qui devaient aider à retrouver de manière efficace les informations à teneur médicale insérées dans l’Historia natural.

24Pour comprendre la croissance d’une œuvre marquée par l’ambition de produire une histoire naturelle totalisante, il faut aussi étudier ces travaux qui peuvent certes être considérés comme de purs compléments de l’Historia natural de la Nueva España, mais qui s’avèrent pourtant cruciaux pour saisir sa vraie portée.

25En ce qui concerne les « antiquités », il faut reconnaître que son aventure éditoriale a parfois donné lieu à une idée erronée quant à sa place dans l’œuvre conçue par Hernández. Dans la lettre que celui-ci adressa à Ovando en septembre 1574, alors qu’il était en Nouvelle-Espagne depuis un peu plus de trois ans, il faisait le bilan de ce qui avait été fait ou de ce qui était en train de se faire et il mentionnait – pour la première fois, dans la correspondance conservée – les antiquités, de façon articulée avec la géographie et la traduction commentée de Pline, en montrant comment chacune de ces tâches s’enchaînait avec l’histoire naturelle, dont elles étaient indissociables.

26Ceci impliquait que Hernández avait ouvert l’éventail de ses recherches à la culture, à la religion, à l’histoire et aux mœurs de la société mexica préhispanique, et le texte de la lettre semble indiquer que cet élargissement obéissait à une demande particulière de Juan de Ovando ou de quelqu’un qui devait sans doute être l’un des patrons les plus solides du protomédico au sein de la cour de Philippe II.

  • 40 Bustamante a analysé les phases de l’élaboration de cette partie de l’œuvre, dont la dernière vers (...)

27Ce point, que Jesús Bustamante soulignait il y a quelques années déjà, reste essentiel pour une compréhension d’ensemble de l’œuvre de Hernández. Bustamante considérait également que la mort d’Ovando, alors que Hernández poursuivait encore sa mission au Mexique, aurait libéré celui-ci des contraintes que la commande lui imposait et lui aurait permis de « caractériser à nouveau ses premiers textes sur les rites et les mœurs des Mexicains » pour les intégrer dans son projet d’histoire naturelle. Ainsi la description de l’homme et de la culture indigènes mexicains, l’« Histoire morale » (intitulé que lui donnera José de Acosta dans son ouvrage Historia natural y moral de las Indias quinze ans plus tard), allait assumer définitivement la condition de fait « naturel ». Pour l’élaboration des trois livres sur les « antiquités » et du « livre de la conquête de la Nouvelle-Espagne », Hernández avait fait appel au début à des sources espagnoles comme l’Historia de Francisco López de Gómara (1511-1566). Or une fois confronté au contraste entre ce type de textes et sa propre expérience in situ, il finit par se tourner vers des informateurs locaux, le corrélat visuel des « peintures » réalisées par des indigènes qui accompagnaient le texte (malheureusement perdues) et l’usage des matériaux réunis longtemps auparavant par le franciscain Bernardino de Sahagún (ca. 1499-1590)40.

  • 41 Hernández, Obras completas, vol. 6, op. cit., p. 47.

28Hernández fournissait la justification de cet effort dans la préface adressée à Philippe II, où il admettait qu’avec ces livres il allait encore une fois au-delà des ordres qu’il avait reçus, mais défendait ouvertement son parti pris, selon lequel écrire sur les « mœurs et les rites des gens » (costumbres y ritos de las gentes) était étroitement lié à « l’histoire des choses naturelles ». Il s’appuyait, pour l’affirmer, sur un argument qui le menait vers un terrain glissant : celui de l’influence du « ciel et des astres » sur ces mêmes rites et sur les mœurs des hommes. Un énoncé pareil, toujours problématique du point de vue de l’orthodoxie catholique, obligeait Hernández à mettre en avant la restriction bien connue : « même si la volonté humaine est libre » (aunque la voluntad humana es libre). Il finit néanmoins par affirmer que, d’après ce qui était à ses yeux l’opinion des « plus doctes philosophes » – et bien sûr, du plus docte d’entre tous, Aristote, quoique sans le citer en l’occurrence –, « il y a concordance entre l’âme et le corps », de telle sorte que les influences célestes qui façonnent le second peuvent tout aussi bien façonner la première, surtout si on n’oppose pas de résistance aux « impulsions » naturelles41.

29La mention explicite d’idées comme celle-ci apparaissent aussi ailleurs chez Hernández, comme par exemple dans ce que l’on appelle ses « écrits philosophiques », infusés par le désir d’accorder la philosophie naturelle et morale aristotélicienne (à laquelle était intellectuellement liée toute sa formation de médecin et de savant à la recherche des causes de la nature), avec son christianisme, fondé sur une philosophie naturelle et morale d’inspiration stoïcienne. Son effort est d’ordre religieux autant que scientifique (quoique cette séparation anachronique ne soit pas entièrement licite), pour conjuguer le christianisme et le matérialisme naturaliste, la dévotion et le stoïcisme, la volonté et les « impulsions » naturelles, non seulement chez les Indiens, tel qu’il l’insinue dans le texte que nous commentons, mais aussi dans son propre cas.

  • 42 Ibid.

30Comme Hernández lui-même l’écrit dans la préface que nous avons citée, « sans cette partie [une histoire naturelle] ne peut être considérée comme achevée ». Cette partie avait par ailleurs une triple utilité : fournir de la « clarté » et de l’« agrément » (recreo) à ceux des « nôtres qui vivent en ce monde », contribuer à la « splendeur » du monarque et à l’avantage qui résulterait pour « ces Indiens » d’une meilleure connaissance de leurs « rites et leurs mœurs » de la part des Espagnols (et de Philippe II tout spécialement). De telle sorte que « pour que l’on ne pense pas qu[’il avait] complètement échoué » dans cette partie, Hernández s’était proposé de construire, du moins dans cette première version, « quelques fondements d’une fabrique » qu’il élargirait et augmenterait peut-être « à l’avenir » (en los días futuros42). Les Antigüedades de la Nueva España sont ainsi un témoignage éloquent du caractère de work in progress qui imprègne toute l’histoire naturelle de Hernández dès le début de son experientia voyageuse, qui lui permit de se confronter directement à la réalité de la Nouvelle-Espagne.

31Quant au travail de traduction en espagnol et de commentaire de la Naturalis historia de Pline, la première chose qu’il convient d’affirmer est que, quoique Hernández l’ait entamé avant d’avoir été chargé de sa mission, son exécution est aussi inséparable du voyage aux Indes et, par conséquent, du projet global d’histoire naturelle, aussi bien dans sa conception initiale que dans son évolution postérieure.

  • 43 Somolinos, « Vida y obra… », art. cité, p. 131.

32En effet, tout semble indiquer qu’Hernández commença à traduire et commenter l’œuvre de Pline pendant son séjour à Tolède entre 1565 et 1568, immédiatement antérieur à son déplacement à la cour43. Ce qu’il importe de souligner, cependant, c’est qu’à l’heure de s’embarquer pour le Nouveau Monde, il emmena avec lui le livre de Pline et ce qu’il en avait traduit et commenté jusque-là, avec l’intention de compléter son travail pendant son séjour américain, ce qui indique la place qu’il occupait dans sa conception de la tâche qui l’attendait outre-Atlantique. De fait, Hernández continua à travailler sur la traduction aussi bien que sur le commentaire de Pline tout au long de son séjour en Nouvelle-Espagne, et ce fut au Mexique qu’il les considéra comme terminés. Cet aspect a été mentionné par tous ceux qui ont écrit sur le voyage de Hernández, mais il n’a pas encore été suffisamment souligné, à mon sens, dans deux de ses facettes ou interprétations fondamentales.

  • 44 On conserve uniquement ceux relatifs aux livres 1 à 25, les livres 26 à 37 étant considérés comme (...)
  • 45 Voir, par exemple, Roger K. French, « Pliny and Renaissance Medicine », dans Roger K. French et F. (...)

33D’une part, à l’heure d’évaluer ou d’effectuer un bilan de la fortune de l’œuvre plinienne dans la culture européenne de la Renaissance, il aurait fallu tenir compte du fait que Hernández, bien qu’une fois de retour à Madrid il ait encore apporté quelques modifications et ajouts aux manuscrits originaux44, avait accompli le gros du travail de traduction en castillan du grand ouvrage d’histoire naturelle de l’Antiquité classique de l’autre côté de l’Atlantique, au Mexique. Or cet aspect est presque complètement absent dans l’abondante production académique sur la fortune de Pline et de son œuvre à la Renaissance45.

  • 46 Dans une lettre à Juan de Ovando le 1er décembre 1574, Hernández écrit que « la traduction du Plin (...)

34D’autre part, il faut bien comprendre que l’Historia natural de la Nueva España fut conçue et exécutée « en parallèle » de la traduction et du commentaire de Pline. Se limiter à évoquer simplement l’influence d’une œuvre sur l’autre est par conséquent presque une banalité, puisqu’il s’est agi d’un travail quotidien, mené quasiment de façon simultanée, sur les deux ouvrages. Vers la fin de l’année 1574, au moment où Hernández venait d’achever ses explorations dans les territoires les plus éloignés de la capitale et s’apprêtait à commencer une nouvelle étape pour son Historia natural, il considérait que sa traduction était déjà terminée, de même que la plupart des commentaires, même s’il continuait d’y travailler. Il faisait du reste copier le tout pour en laisser un exemplaire à Mexico, ce qu’il avait d’ailleurs envisagé dès le début de son entreprise46 – cet exemplaire devait être trilingue, l’original en latin rédigé par Hernández, et les traductions en espagnol et en nahuatl. Il est significatif qu’il ait également voulu qu’un témoignage de son travail de traduction et de commentaire de la Naturalis historia plinienne restât dans la colonie. Cela en dit assez de l’estime qu’il portait à son travail, mais aussi de la place que l’œuvre de Pline continuait d’occuper à ses yeux : celle du parangon nécessaire pour pouvoir situer avec pertinence l’importance de son propre ouvrage.

35Pour ce qui concerne, enfin, les livres adminiculativos, ils résultent de la manière dont Hernández entendait se conformer aux instructions royales : il s’agissait de recueillir des informations sur les produits naturels utiles à la médecine, sans altérer, ni sur le plan formel ni quant à son contenu, sa conception totale de l’histoire naturelle. Dans la plupart des chapitres qui composent les trente livres consacrés aux plantes, aux animaux et aux minéraux de la Nouvelle-Espagne, on trouve des données sur l’utilité médicinale d’une bonne partie des choses décrites et dessinées, mais la manière dont cette information était disposée à l’intérieur des chapitres nécessitait, d’après l’auteur, l’élaboration d’instruments efficaces pour la récupérer de façon systématique et ordonnée.

  • 47 Benítez Miura, « Cartas inéditas », art. cité, p. 404-406.
  • 48 quatro volúmenes medianos de cosas por la mayor parte muy importante a la salud humana y bien comú

36La conception des livres adminiculativos remonte aux débuts de l’expédition. Dans une lettre au roi datée du 12 décembre 157247, Hernández songeait déjà à ajouter aux volumes consacrés aux peintures et aux descriptions des plantes et des animaux spécifiques au Nouveau Monde, quelques livres complémentaires qui y sont décrits de façon très générale comme « […] quatre volumes de taille moyenne de choses pour la plupart très importantes pour la santé humaine et le bien commun48 ». Leur contenu ira en se précisant ultérieurement, jusqu’à leur configuration quasiment définitive, qu’il décrivait ainsi en 1574 :

  • 49 Cuatro libros muy necesarios a la perfección de la Historia Natural, los cuales están ya acabados (...)

Quatre livres très nécessaires pour la perfection de l’Histoire naturelle, dont les brouillons sont déjà achevés, qui sont : la méthode pour connaître les plantes des deux mondes ; la table des maladies et des remèdes de cette terre ; les plantes de ce monde [l’Europe] qui naissent en celui-ci et les usages profitables qu’en font les naturels ; et celui sur les expériences et l’antidotaire de celui-ci49.

  • 50 tractado de las sesenta purgas naturales de aquella región y peregrinas a ésta, que en dos hospita (...)

37Il ajouterait plus tard un cinquième et dernier livre, composé alors qu’il était déjà de retour en Espagne, et mentionné dans un mémoire comme « Traité des soixante purges naturelles de cette région-là [la Nouvelle-Espagne] et introduites dans celle-ci, qui ont servi à guérir lors d’expériences faites dans deux hôpitaux50 ».

  • 51 Lettre de Hernández à Philippe II, du 1er décembre 1574, publiée dans Somolinos, « Vida y obra… », (...)

38Les informations sur les propriétés médicinales des plantes, des animaux et des minéraux, recueillies dans l’Historia natural, provenaient, dans un premier temps, des « expériences que l’on tire des Indiens » (experiencias que se saben de los indios), mais pour Hernández il fallait en plus, pour que son ouvrage soit « parfait », « aborder sérieusement la tâche de faire des expériences, principalement sur les purges et les remèdes les plus importants ». Le lieu auquel on pensa d’abord pour effectuer cette mise à l’épreuve empirique des médicaments autochtones fut la maison du protomédico lui-même, où d’autres médecins devaient se réunir avec lui. À la suite des problèmes manifestes rencontrés pour obtenir cette collaboration et au retour d’Hernández après son long voyage d’une année, au printemps 1574, il fut décidé que cela se ferait à l’Hospital Real de Naturales, créé, comme son nom l’indique, pour héberger seulement des malades indigènes51.

39C’est du résultat de toutes ces expériences – celles communiquées par les Indiens, celles réalisées par Hernández et celles qu’il effectua avec les malades indigènes – que sont issus, pensons-nous, ces livres adminiculativos, qui seraient, en réalité, un vademecum pour lire, à la lumière de l’« utilité médicinale », l’immense quantité d’informations recueillies dans les plus de deux mille chapitres des trente livres de l’Historia natural de la Nueva España.

  • 52 Un choix de modèles très bien dessinés, en ce qui concerne le défi de la nature du Nouveau Monde ; (...)

40En fin de compte, c’est comme si Hernández avait pensé qu’il ne s’agissait pas tant de choisir entre Pline et Dioscoride mais plutôt de montrer que Dioscoride – multiplié certes par quatre ou cinq (en fonction du nombre de simples abordés) – pouvait se fondre, en entier et sans perte, en un Pline réformé, amélioré et, bien entendu, nouveau au sens le plus strict du terme – nouveauté que l’on pouvait confronter, par ailleurs, au vieux Pline traduit et commenté. La tension permanente entre le dessein du pouvoir impérial et la conception qu’avait Hernández de son propre ouvrage n’était donc pas une pure affaire de choix entre Pline et Dioscoride comme modèles52, puisque les livres adminiculativos, si « nécessaires pour la perfection » de l’Historia natural, étaient là pour démontrer comment son œuvre pouvait être lue de plusieurs façons, dont deux au premier chef : à la manière de Pline et à celle de Dioscoride.

*

41À partir de cette interprétation du projet de Hernández, l’œuvre du protomédico, même inachevée ou « imparfaite » (ce que lui-même ne dissimulait pas dans ses derniers documents), propose des éléments de comparaison intéressants par rapport à d’autres manières d’aborder l’écriture de l’histoire naturelle dans l’Europe de la Renaissance. L’engagement philologique du programme humaniste, qui apparaît déjà chez Andrea Alpago comme chez beaucoup d’autres, s’élargit, au-delà de l’exégèse, entre commentatio et castigatio, des références classiques gréco-latines à un travail de compréhension de la terminologie et de la taxonomie méso-américaines (principalement, mais non exclusivement, en langue nahuatl). Celui-ci, par exemple, allait conduire Hernández à adopter un ordre alphabétique en nahuatl pour les 24 livres sur les plantes. Le défi que constitue l’identification correcte de la matière médicinale des anciens et la discussion sur ces identifications proposées dans d’autres traditions – arabo-islamique, perse ou hindoue, si présentes chez Garcia de Orta – est remplacé par le défi de la description de l’inconnu, la volonté explicite de faire une place uniquement à une flore et une faune « nouvelles », en renvoyant l’analogie avec les « vieilles » à un travail secondaire ou complémentaire. L’alternative entre une description totalisante du monde naturel et une sélection limitée aux éléments de ce monde naturel ayant une utilité médicinale – ce fut le cadre dans lequel se déroula l’activité de Guilandino – chercha à être dépassée par une œuvre permettant la lecture dans les deux sens.

42Les problèmes de réception que rencontra cet effort, qui ont en définitive provoqué l’échec en son temps de l’œuvre de Hernández, laissent un point de réflexion important pour l’avenir, dans la perspective que nous esquissions au début de cette étude, quant à la place de l’histoire naturelle dans la reconfiguration du système des savoirs et des pratiques des médecins de l’Europe de la première modernité.

43Il ne s’agirait donc pas d’élaborer une typologie de ces formes, ni de les classer en fonction de critères plus ou moins téléologiques d’après leur nouveauté, leur modernité ni, encore moins, leur scientificité. Il s’agit plutôt de mettre l’accent sur la pluralité des conceptions en matière d’histoire naturelle, de pratiques et, surtout, d’écriture dès lors que même pour les médecins universitaires européens du xvie siècle, formés à une tradition intellectuelle commune, il n’y avait pas un seul modèle. Cela s’explique, entre autres, par l’interaction de trois facteurs fondamentaux : tout d’abord, par la relation étroite qui associe certaines entreprises autour de l’histoire naturelle et des intérêts politiques et économiques concrets et convergents parmi ceux qui en furent les protagonistes, les commanditaires ou les financeurs ; ensuite, par les différentes géographies de la connaissance – la dimension spatiale de l’expérience directe de chacun des auteurs – qui finirent par déterminer chacune des formes spécifiques de pratique et d’écriture de l’histoire naturelle ; enfin, par les modalités de réception de chaque œuvre par ses contemporains, qui sont éloquentes quant aux horizons d’attente des publics de l’histoire naturelle, décisifs à l’heure de comprendre comment et sous quelles formes ces différents projets intellectuels se sont matérialisés.

Haut de page

Notes

1 Cette approche est à l’origine du projet Natural histories and World-cities. Madrid, Rome and Mexico (1500-1650), lancé en 2012 par Antonella Romano, Sabina Brevaglieri, Elisa Andretta et moi-même. Voir les contributions au dossier dirigé par Sabina Brevaglieri et Antonella Romano, « Produzione di saperi, costruzione di spazi », dans Quaderni Storici , 48/1, 2012, p. 3-193.

2 Il suffira ici de rappeler la célèbre excursion faite en 1555 depuis Vérone jusqu’au Monte Baldo, sur le lac de Garde, par les médecins Ulisse Aldrovandi (1522-1605) et Agostino Alpago, accompagnés de Luigi Anguillara (1512-1570), à l’époque préfet du Jardin botanique de Padoue, et de l’apothicaire véronais Francesco Calzolari (1522-1609), à la recherche de plantes et de minéraux. Calzolari publia le récit de ce voyage dans Il viaggio di Monte Baldo della magnifica città di Verona (Venise, 1566), en adoptant une prose où l’on reconnaît des accents pétrarquistes : Paula Findlen, Possessing Nature. Museums, Collecting and Scientific Culture in Early Modern Italy, Berkeley/Los Angeles, University of California Press, 1994, p. 179-184.

3 Brian Ogilvie, The Science of Describing. Natural History in Renaissance Europe, Chicago, University of Chicago Press, 2006, p. 58-63, 267-271. Paula Findlen, « Natural History », dans Katharine Park et Lorraine Daston (éd.), The Cambridge History of Science, Volume 3. Early Modern History, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 435-468.

4 Giorgio Levi della Vida, « Alpago, Andrea », dans Dizionario Biografico degli italiani, II, Rome, Treccani, 1960 p. 524-527. Plus récente, quoique plus succincte : Raphaela Veit, « Alpago, Andrea », dans Encyclopaedia of Islam, THREE, édité par Kate Fleet, Gudrun Krämer, Denis Matringe, John Nawas, Everett Rowson, Brill Online, 2008 : http://referenceworks.brillonline.com/entries/encyclopaedia-of-islam-3/alpago-andrea-COM_26331 (consulté le 20 août 2015).

5 Une mise à jour sur le personnage, son œuvre et l’influence de celle-ci, dans Palmira Fontes da Costa (éd.), Medicine, Trade and Empire. Garcia de Orta’s Colloquies on the Simples and Drugs of India (1563) in Context, Farmham, Ashgate, 2015. On dispose d’une bonne édition française des Colóquios : Garcia de Orta, Colloques des Simples et des Drogues de l’Inde, édition de Sylvie Messinger Ramos, António Ramos et Françoise Marchand Sauvagnargues, Arles/Lisbonne/Paris, Actes Sud/Fundação Oriente/Fundação Calouste Gulbenkian, 2004.

6 Guilandino énonça très bien le sens d’un tel projet dans une lettre à Ulisse Aldrovandi datée de 1561 : Io ero uscito d’Europa con animo ritornato che fussino a Plinio, & Dioscoride, ma a tutta l’antichità insieme, avendomi proposto di trattare un argomento tale, quale è quello di Plinio de Naturali Historia, non volendo scrivere cosa alcuna che non avessi veduto con li propri occhi, o da persone degne di fede inteso, cité dans Giuseppe Olmi, L’inventario del mondo: Catalogazione della natura e luoghi del sapere nella prima età moderna, Bologna, Il Mulino, 1992, p. 241. Je remercie Emma Sallent de m’avoir signalé cette référence.

7 Certains écrits de Guilandino parurent alors qu’il était toujours en vie, mais dans le cadre d’éditions collectives ou réalisées par d’autres auteurs, comme Gessner, Mercuriale ou Mattioli, avec lequel Guilandino entretint une acerbe controverse qui contribua peut-être plus que toute autre chose à la diffusion de ses écrits. Cependant, le plus significatif de ses ouvrages, pour ce qui nous intéresse ici, est son petit traité sur le papyrus, édité par Girolamo Mercuriale alors que Hernández était déjà en plein voyage mexicain : Melchioris Guilandini papyrus: hoc est commentarius in tria C. Plinii maioris de papyro capita, accessit Hieronymi Mercurialis repugnantia, qua pro Galeno strenuè pugnatur, Venetiis, Apud M. Antonium Ulmum, 1572.

8 Hernández cite explicitement Garcia de Orta dans le chapitre 203 du troisième livre de son Historia natural de la Nueva España (Francisco Hernández, Obras completas, Mexico, UNAM, 1959-1960, vol. 1, p. 154). L’usage du texte du Portugais est évident aussi dans d’autres chapitres, en particulier ceux consacrés à des espèces vues au Mexique mais originaires des Philippines, comme par exemple « Del chilli de la India oriental » – le gingembre, en réalité – au chapitre 114 du septème livre des plantes ; et dans « Del eluro del cual se saca la llamada algalia », au chapitre 34 du premier traité sur les animaux : Hernández, Obras completas, op. cit., 1959, vol. 2, p. 360 et vol. 3, p. 315, respectivement.

9 Sur Francisco Hernández et son œuvre, on peut toujours se reporter à Germán Somolinos, « Vida y obra de Francisco Hernández », dans Hernández, Obras completas, op. cit., vol. 1, 1960, p. 95-459, qui reste essentiel ; voir aussi José M. López Piñero et José Pardo-Tomás, Nuevos materiales y noticias sobre la Historia de las Plantas de Nueva España, de Francisco Hernández, Valence, CSIC-Universitat de València, 1994 ; Simon Varey, Rafael Chabran et Dora B. Weiner (éd.), Searching for the Secrets of Nature. The Life and Works of Dr. Francisco Hernández, Stanford, Stanford University Press, 2000, et les travaux de Jesús Bustamante auxquels nous faisons référence ci-après. En français, voir la synthèse, mise à jour, que propose Samir Boumediene, La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750), Vaulx-en-Velin, Éditions des mondes à faire, 2016, p. 89-125.

10 Sur la fortune éditoriale de l’œuvre dHernández, en général, voir : José M. López Piñero et José Pardo-Tomás, La influencia de Francisco Hernández, Valence, CSIC-Universitat de València, 1996. Sur l’édition romaine connue comme « Tesoro messicano », sans doute celle qui eut le plus fort impact en Europe, voir l’étude fondamentale de Sabina Brevaglieri, « Il cantiere del Tesoro Messicano tra Roma e l’Europa. Pratiche di communicazione e strategie editoriali nell’orizzonte dell’Accademia dei Lincei (1610-1630) », dans Marco Guardo (éd.), Sul Tesoro Messicano et su alcuni disegni del Museo Cartaceo di Cassiano dal Pozzo, Rome, Edizioni dell’Ellefante, 2007, p. 1-68.

11 La préparation des matériaux après le voyage fut l’oeuvre du seul Piso, étant donné la mort prématurée de Marggraf en Afrique, lors du retour en Europe ; pour le résultat final de l’édition fut crucial, également, le travail de Jan de Laet : Historia Naturalis Brasiliae [...] in qua non tantum plantae et animalia, sed et indigenarum morbi, ingenia et mores describuntur, Lugduni Batavorum, apud Franciscus Hackium et Amstelodami, apud Lud. Elzevirium, 1648.

12 A voyage to the islands Madera, Barbados, Nieves, S. Christophers and Jamaica, with the natural history of the herbs and trees, four-footed beasts, fishes, birds, insects, reptiles &c, Londres, printed by B. M. for the author, 1707 [un deuxième volume serait publié en 1725].

13 Stafford Poole, Juan de Ovando. Governing the Spanish Empire in the Reign of Philip II, Norman, University of Oklahoma Press, 2004, p. 98-161 ; Juan Manzano, « La visita de Ovando al Real Consejo de Indias y el Código Ovandino », dans Demetrio Ramos et al., El Consejo de las Indias en el siglo XVI, Valladolid, Universidad de Valladolid, 1970, p. 11-22.

14 Arndt Brendecke, Imperio e Información. Funciones del saber en el dominio colonial español, Madrid/Frankfurt, Iberoamericana/Vervuert, 2012, p. 307-366.

15 Francisco Hernández, Opera cum edita tum inedita, Matriti, Ex Typographia Ibarrae Heredum, 1790, vol. 3, p. 121 : Sapore, et odore insigni caret, nec quidquam audio de ea memorabile narrari. Describitur tamen ob faciem egregiam, atque jucundum conspectum, velut et aliae permultae, quoties nobis occurrere ; neque enim mens est medicamenta tantum enarrare, sed sylvam, historiamque rerum Naturalium huius Orbis coacervare, atque contexere, et sub coterraneorum nostrorum, ac praecipuè Philippi Maximi oculos, quidquid in hac nova Hispania emicat, ponere.

16 Sur l’expression entera noticia et l’importance de sa signification dans la politique impériale hispanique, voir Brendecke, Imperio e Información, op. cit., p. 21-23, 301-303 et 480-486.

17 Demetrio Ramos « La Junta Magna y la nueva política », dans Historia general de España y América, 19 vol., Madrid, Rialp, 1982, vol. 7, p. 437-454. Antonio García-Abasolo, Martín Enríquez y la reforma de 1568 en Nueva España, Séville, Diputación Provincial, 1983.

18 La confirmation documentaire sur la nomination de Hernández comme médecin de la maison royale date du 15 juillet 1567 : J.M. Jiménez Muñoz, Médicos y cirujanos en Quitaciones de Corte (1435-1715), Valladolid, Ediciones de la Universidad de Valladolid, 1977, p. 56.

19 Une des conséquences de la visite et de la Junta Magna fut la désignation d’Ovando comme président du Consejo de Indias en 1571.

20 La orden que vos el doctor Francisco Hernández, nuestro médico, avéis de tener en el oficio de nuestro Protomédico general de las nuestras Indias, Yslas y Tierra firme del Mar océano, en que os avemos proveído, y en las otras cosas que se os cometen, tocantes a la Historia de las cosas naturales que avéis de hacer en aquellas partes, es la siguiente […]. Archivo Histórico Nacional, Diversos-colecciones, leg. 25, exp. 7. Le document a été transcrit et publié à diverses reprises ; nous nous basons sur la plus récente, faite par Gerardo Martínez Hernández et insérée dans l’annexe documentaire de sa thèse de doctorat : La medicina en la Nueva España, siglos XVI-XVII, Salamanque, Universidad de Salamanca, 2010, vol. 2, p. 67-70.

21 Il importe de noter l’allusion qui est faite à la connaissance que l’on a déjà (se tiene relación) de la richesse médicinale des terres et des eaux mexicaines. Les sources qui ont pu conduire l’autorité royale à l’affirmer sont nombreuses, à commencer évidemment par les rapports de Cortés. Cependant, la plus récente de ces « relations », immédiatement antérieure à la rédaction du document, fut certainement celle de Cristóbal Ayala de Espinosa, dérivée des interrogatoires menés par Ovando pendant sa visite au Consejo de Indias durant l’été 1567 : Poole, Juan de Ovando, op. cit., p. 116-137. Les réponses d’Ayala de Espinosa se trouvent à la British Library, Londres, Add Ms. 33983, ff. 194r-203r et 204r-214v.

22 de todos los médicos, cirujanos, erbolarios, e yndios, y otras personas curiosas en esta facultad

23 de todas las cosas susodichas que pudiéredes hacer experiencia y pruebas, la haréis

24 procuraréis informaros de las personas susodichas

25 Malgré l’abondante production historiographique récente sur le sujet, il est toujours nécessaire d’approfondir la discussion sur les significations du terme « expérience » dans des contextes comme celui qui nous occupe ici : Gianna Pomata et Nancy Siraisi (éd.), Historia: Empiricism and Erudition in Early Modern Europe, Cambridge, The MIT Press, 2005 ; Antonio Barrera Osorio, Experiencing Nature. The Spanish American Empire and the Early Scientific Revolution, Austin, University of Texas Press, 2006 ; Paula de Vos, « The Science of Spices: Empiricism and Economic Botany in the Early Spanish Empire », Journal of World History, 17/4, 2006, p. 399-427 ; Arndt Brendecke, Imperium und Empirie, Cologne, Böhlau Verlag, 2009.

26 En lo que toca a la escritura que avéis de hacer de la dicha Historia, porque tenemos entendido que lo haréis como convenga, os lo remitimos a vos, para que hagáis en ella como de vuestro buen juicio y letras se confía. Ce passage et tous ceux qu’on a cités dans les paragraphes précédents proviennent du document dont on donne la référence en note 20.

27 Il faut tenir compte du fait que le rythme de l’immense majorité de la correspondance entre Mexico et Madrid était marqué par celui des flottes qui, dans des circonstances normales, traversaient l’Atlantique deux fois par an. La manière selon laquelle s’organisait la flotte comportait l’existence d’un navío de aviso, programmé pour arriver à l’avance à Séville et avertir de l’arrivée prochaine de la flotte ou, le cas échéant, de sa perte, son retard ou sa déviation. Ainsi on répétait souvent l’information, surtout en ce qui concernait les instances officielles, dans des lettres qui voyageaient l’une dans le navío de aviso et l’autre dans la flotte proprement dite. Voir Manuel Lucena Samoral, Organización y Defensa de la Carrera de Indias, Bogotá, Biblioteca Virtual Luis Ángel Arango, 2005, en ligne : http://banrepcultural.org/blaavirtual/historia/lucena/orgca/orgca0.htm (consulté le 23 août 2015).

28 Germán Somolinos a systématisé l’information sur les lettres qui avaient été localisées, transcrites et publiées jusqu’alors, en lui donnant ce nom d’Epistolario, même s’il n’a pas inséré ces transcriptions dans son monumental ouvrage bio-bibliographique sur Francisco Hernández : Somolinos, « Vida y obra de Francisco Hernández », dans Hernández, Obras completas, vol. 1, op. cit., p. 99. Sept de ces lettres furent publiées pour la première fois par Martín Navarrete, Pedro F. de Baranda et Miguel Salvá, Colección de Documentos inéditos para la Historia de España, Madrid, 1842, vol. 1, p. 362-379. Il s’agit des mêmes lettres – six adressées au roi et une à Ovando – publiées aussi par Nicolás León, dans la préface à la réédition des Quatro libros de la Naturaleza, de Francisco Ximénez (Mexico, 1888), et l’Instituto de Biología de México, dans ses Anales, 8, 1937, p. 419-435. Ces sept lettres, plus neuf autres inédites, furent publiées par José Toribio Medina, Biblioteca Hispano-Americana (1493-1810), Santiago du Chili, 1900, vol. 2, p. 265-297. Enfin, sept des neuf lettres publiées pour la première fois par Medina, plus deux autres inédites, furent publiées par José Benítez Miura, « El Dr. Francisco Hernández (1514-1578). Cartas inéditas », Anuario de Estudios Americanos, 7, 1950, p. 367-409.

29 Ce que l’on a appelé memorial pidiendo mercedes est en réalité une consultation qui paraphrase le mémoire original qui n’a pas été conservé ; il fut publié par Somolinos, « Vida y obra… », art. cité, p. 264-266.

30 Hernández dit à deux reprises que le roi doit ordonner que l’on écrive à « La Española, Canaria y China » pour qu’on lui envoie à Mexico des descriptions et des dessins de plantes de ces lieux-là. Il est assez clair que dans le cas de la « Chine », les attentes d’Hernández se fondaient sur ce que depuis quelques années arrivait tous les ans en Nouvelle-Espagne en provenance de Manille, à bord de ce qui était désigné indistinctement, en raison de l’ambiguïté habituelle entre « Chine » et Philippines, comme nao de la China ou galeón de Manila. Sur la portée du terme, dans la construction de la « Chine » par le monde ibérique de l’époque, voir Antonella Romano, « La prima storia della Cina. Juan Gonzales de Mendoza fra l’Impero spagnolo e Roma », Quaderni storici, 48, 1, 2014, p. 89-116 ; voir aussi Manel Ollé, La empresa de China: de la armada invencible al galeón de Manila, Barcelone, El Acantilado, 2002.

31 En mars 1575, alors qu’il pense qu’il lui reste encore une année de travail en Nouvelle-Espagne, Hernández écrit : Yo quedo agora por este año que resta remirando lo escrito y añadiendo lo que de nuevo se descubre y [...] esperando se acabe de tomar lo más que se pueda de las alturas (« Je passerai cette année qui reste à réviser ce qui a été écrit et à ajouter les nouvelles découvertes […] en attendant que l’on termine de prendre tout ce qu’on pourra dans les hauteurs ») : Navarrete et al., Colección de Documentos inéditos…, op. cit., p. 366-369.

32 Par exemple, dans les deux lettres écrites le 15 mai 1571 : Benítez Miura, « Cartas inéditas », art. cité, p. 396-397.

33 Dans la lettre du 30 avril 1572 : Benítez Miura, « Cartas inéditas », art. cité, p. 398-400. À ce stade du voyage, Hernández aspirait encore à se déplacer au Pérou une fois terminé son travail au Mexique ; c’est pourquoi il écrit au roi que puisqu’au Pérou no hay copia de pintores ni de estrólogos, según soy informado, o serán sin comparación más caros, es necessario VM mande se me den aquí los que se me dan o alguno dellos (« d’après mes informations, [au Pérou] il n’y a pas beaucoup d’artistes ni d’astrologues, ou alors ils seront incomparablement plus chers, il faut que Votre Majesté ordonne que l’on me donne ceux qui me sont donnés ici ou quelques-uns d’entre eux »).

34 La première mention connue se trouve dans la lettre du 1er septembre 1574, adressée à Juan de Ovando : más una historia de las antigüedades desta tierra que a contemplación de VSI se ha escripto (« plus une histoire des antiquités de cette terre écrite à l’intention de VSI ») : Benítez Miura, « Cartas inéditas », art. cité, p. 406-407.

35 Lettre du 12 décembre 1572 : Benítez Miura, « Cartas inéditas », art. cité, p. 404-406.

36 […] porque la historia natural deste orbe se juntase con la del otro, ainsi que l’écrivait Hernández dans le Memorial pidiendo mercedes déjà cité, rédigé à la suite de son retour à Madrid : Somolinos, « Vida y obra… », art. cité, p. 264.

37 Hernández écrit, en mars 1575 : Lo que toca al Perú y otras tierras nuevas, sabe dios quisiera yo tener edad y salud como tengo el brío y el deseo; pero no tengo ni lo uno ni lo otro, por haber sido tan grandes los trabajos de cuerpo y espíritu, que no me han dejado salud, allende de casi sesenta años de edad, y de que se puedan esperar muchos más de vida. Mayormente que, hecho esto, lo que puede quedar en otras partes por hacer o es poco o semejante en forma y virtud a lo que tengo ya escrito, o de no tanta importancia. Y cuando fuese la voluntad de VM que lo que resta se persiguiese, yo he echado tales fundamentos al negocio y dado tal orden que queda abierta la puerta para que los que me hubieren de suceder puedan con facilidad hacerlo (« En ce qui concerne le Pérou et d’autres terres nouvelles, dieu sait que je voudrais avoir l’âge et la santé comme j’ai le courage et le désir ; mais je n’ai ni l’un ni l’autre, les travaux de corps et d’esprit ayant été si grands qu’ils m’ont ôté la santé, à presque soixante ans et sans espérer qu’il m’en reste beaucoup à vivre. De plus, ce qu’il peut y avoir à faire dans d’autres endroits est soit peu, soit analogue en forme et vertu à ce que j’ai déjà écrit, soit sans grande importance. Et si la volonté de Votre Majesté était de poursuivre l’entreprise, j’en ai jeté des fondements et lui en ai donné un ordre tels que la porte reste ouverte pour que ceux qui auraient à me succéder puissent le faire facilement ») : lettre du 20 mars 1575, Navarrete et al., Colección de Documentos inéditos…, op. cit., p. 366-369.

38 Un an plus tard, Hernández rentrera avec 22 cuerpos de libros, demás de los 16 que había enviado, y [...] [en] dos arcas para VM, sesenta y ocho talegas de simientes y raíces, más ocho barriles y cuatro cubetas, y en lo uno y en lo otro van los árboles y yerbas que VM mandará ver (« 22 volumes, en plus des 16 qu’il avait envoyés, et […] dans deux coffres pour Votre Majesté, soixante-huit sacs de graines et de racines, plus huit barils et quatre seaux où vont les arbres et les herbes que Votre Majesté ordonnera de voir »), selon une notification du vice-roi qui rendait compte, le 30 mars 1577, du départ de la flotte avec Hernández à bord. La lettre du vice-roi fut publiée par Medina, Biblioteca Hispano-Americana, op. cit., p. 272.

39 Voy asimismo aderezando los libros de la corografía desta tierra, antigüedades y conquista que tengo hechos (« Je continue également à compléter les livres que j’ai faits sur la chorographie de cette terre, sur les antiquités et sur la conquête »), écrit Hernández au roi le 24 mars 1576 : Navarrete et al., Colección de Documentos inéditos…, op. cit., p. 372-376.

40 Bustamante a analysé les phases de l’élaboration de cette partie de l’œuvre, dont la dernière version resta inachevée, « De la naturaleza y los naturales americanos en el siglo XVI : algunas cuestiones críticas sobre la obra de Francisco Hernández », Revista de Indias, 52, 1992, p. 297-328, ici p. 318. Voir aussi, plus récemment, Enrique Delgado López, « Los aires, aguas y lugares en las Antigüedades de la Nueva España », Fronteras de la historia, 13, 2, 2008, p. 241-258.

41 Hernández, Obras completas, vol. 6, op. cit., p. 47.

42 Ibid.

43 Somolinos, « Vida y obra… », art. cité, p. 131.

44 On conserve uniquement ceux relatifs aux livres 1 à 25, les livres 26 à 37 étant considérés comme perdus. On sait, car Hernández lui-même signale dans le Memorial pidiendo mercedes, qu’en rentrant du Mexique il emporta avec lui acabados de traducir y comentar los treinta y siete libros de la Historia natural de Plinio, en nueve volúmenes (« traduits et commentés les trente-sept livres de l’Histoire naturelle de Pline, en neuf volumes »). Somolinos (« Vida y obra… », art. cité, p. 270-271) a avancé l’hypothèse que les livres perdus étaient passés entre les mains de Juan de Herrera, majordome du roi, architecte, mathématicien et responsable d’une bonne partie des questions scientifiques et technologiques dans ces années-là. Les manuscrits, conservés avec la traduction et les commentaires d’Hernández, se trouvent à Madrid, Biblioteca Nacional, Mss. 2862-2871. Ils furent publiés dans les volumes 4 et 5-I des Obras completas, op. cit., 1966 et 1976. Les éditeurs mexicains décidèrent d’inclure, dans le volume 5-II, la traduction des livres 26 à 37 par Jerónimo Gómez de la Huerta (1573-1643), publiée à Madrid, en 1624 et 1629.

45 Voir, par exemple, Roger K. French, « Pliny and Renaissance Medicine », dans Roger K. French et F. Greenaway (éd.), Science in the Early Roman Empire: Pliny the Elder, his Sources and Influence, Londres/Sidney, Croom Helm, 1986, p. 256-281. Une exception remarquable dans le traitement accordé au poids de l’œuvre de Pline au Nouveau Monde est l’ouvrage de Serge Gruzinski, La pensée métisse, Paris, Fayard, 1999, p. 238-241. Voir aussi : Jesús Bustamante, « Francisco Hernández, Plinio del Nuevo Mundo. Tradición clásica, teoría nominal y sistema terminológico indígena en una obra renacentista », dans Berta Ares et Serge Gruzinski (éd.) Entre dos mundos. Fronteras culturales y agentes mediadores, Séville, Escuela de Estudios Hispanoamericanos, 1997, p. 243-268 ; Rudy Chaulet, « Francisco Hernández traducteur et commentateur espagnol de Pline l’Ancien au xvie siècle », Archives internationales d’histoire des sciences, 61/166-167, 2011, p. 175-184.

46 Dans une lettre à Juan de Ovando le 1er décembre 1574, Hernández écrit que « la traduction du Pline en langue espagnole est achevée, et illustrée en grande partie » (está acabado de trasladar en lengua española y por la mayor parte ylustrado) et qu’on est en train de la copier pour laisser un exemplaire sur place (Benítez Miura, « Cartas inéditas », art. cité, p. 406). Dans une lettre au roi du 22 octobre 1575, il sollicite l’autorisation d’embarquer dans la flotte suivante qui viendrait d’Espagne « […] la traduction et le commentaire de Pline et d’autres choses qui, je l’espère, satisferont Votre Majesté et profiteront à toute la République » (y entonces llevaré acabada la traducción y comentarios en Plinio y otras cosas que espero darán contento a VM y provecho a toda la República) (Navarrete et al., Colección de Documentos inéditos…, op. cit., p. 369-370).

47 Benítez Miura, « Cartas inéditas », art. cité, p. 404-406.

48 quatro volúmenes medianos de cosas por la mayor parte muy importante a la salud humana y bien común

49 Cuatro libros muy necesarios a la perfección de la Historia Natural, los cuales están ya acabados en borrador, que son : método de conoscer las plantas de ambos orbes ; tabla de los males y remedios desta tierra ; las plantas de ese orbe que nacen en éste y los provechos que tienen entre los naturales ; y el de las experiencias y antidotario deste. Lettre du 10 février 1576 : Navarrete et al., Colección de Documentos inéditos…, op. cit., p. 370-372.

50 tractado de las sesenta purgas naturales de aquella región y peregrinas a ésta, que en dos hospitales experimentó curando en ellos sin interese. Pour plus de détails sur la formation de ces livres, ainsi que sur leur fortune postérieure, voir José Pardo-Tomás « ¿Viajes de ida o de vuelta? La circulación de la obra de Francisco Hernández en México (1576-1672) », dans Maria Eugenia Cadeddu et Marco Guardo (éd.), Il Tesoro messicano. Libri e saperi tra Europa e Nuovo Mondo, Florence, Leo S. Olschki, 2013, p. 39-66.

51 Lettre de Hernández à Philippe II, du 1er décembre 1574, publiée dans Somolinos, « Vida y obra… », art. cité, p. 228.

52 Un choix de modèles très bien dessinés, en ce qui concerne le défi de la nature du Nouveau Monde ; voir Jesús Bustamante, « Plinio y Dioscórides frente al Nuevo Mundo : Problemas de método y sus consecuencias en los resultados de la primera expedición científica a suelo americano (siglo XVI) », dans Charlotte De Castelnau-L’Estoile et François Regourd (dir.), Connaissances et pouvoirs. Les espaces impériaux (xvie-xviiie siècles) : France, Espagne, Portugal, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2005, p. 169-186.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José Pardo-Tomás, « Médecine et histoire naturelle », Histoire, médecine et santé, 11 | 2017, 77-97.

Référence électronique

José Pardo-Tomás, « Médecine et histoire naturelle », Histoire, médecine et santé [En ligne], 11 | été 2017, mis en ligne le 20 octobre 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://hms.revues.org/1100 ; DOI : 10.4000/hms.1100

Haut de page

Auteur

José Pardo-Tomás

Consejo Superior de Investigaciones Científicas (CSIC), Barcelone

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org