Navigation – Plan du site
Dossier thématique : Médecine et médecins dans l’économie des savoirs

Les médecins du Tibre

La construction d’un savoir sur les fleuves dans la Rome du xvie siècle
Elisa Andretta
p. 99-129

Résumés

À partir des années 1550, le Tibre devient un objet de plus en plus présent dans les débats médicaux romains. La qualité, la composition et la potabilité de ses eaux et les causes physiques de ses fréquents débordements sont débattues dans de nombreux traités imprimés dans la ville. Les médecins engagent un dialogue avec l’autorité pontificale et les pouvoirs urbains qui, à l’époque, sont aux prises avec l’élaboration de projets visant à redessiner le parcours du fleuve ou les réseaux d’approvisionnement en eau potable de la ville. L’article s’interroge sur le rôle des médecins dans ces discussions qui se situent à la croisée entre politiques d’aménagement urbain, questions d’ordre public et une culture médicale qui, à partir d’une relecture d’Hippocrate, remet au centre la relation entre l’homme et son environnement.

Haut de page

Texte intégral

Certains aspects de cette étude ont été discutés dans le cadre de la journée d’étude Médecines urbaines. États italiens, Royaumes espagnols : 1450-1650, Lyon, 4 novembre 2016. Je remercie les participants de cette rencontre pour leurs suggestions. Je tiens également à remercier Rafael Mandressi, Marilyn Nicoud et Philip Rieder pour leur relecture approfondie de ce texte et leurs commentaires stimulants.

  • 1 Alessandro Petroni, De aqua tiberina opus quidem novum, sed ut omnibus qui hac aqua utuntur utile, (...)

1Dans la Rome du xvie siècle, le Tibre fait l’objet d’un intense débat qui implique des médecins, des juristes, des ingénieurs, des architectes, des officiers urbains, des cardinaux et des pontifes. Entre 1542 et 1599, pas moins de six traités sont spécialement consacrés au fleuve romain par des médecins. En outre, celui-ci est évoqué à plusieurs reprises dans des ouvrages de médecine et de philosophie naturelle portant sur d’autres sujets1. De tels écrits abordent le Tibre de plusieurs points de vue, depuis la qualité de ses eaux jusqu’au danger de ses débordements fréquents. Dans l’ensemble, ils renseignent sur l’ampleur des discussions et des controverses que le fleuve suscite et, au moins en partie, sur les lieux, les institutions et les acteurs concernés. Ils montrent aussi comment certains praticiens actifs dans la ville ont été capables d’aborder un sujet dont le traitement exige de nombreuses compétences et de nombreux savoirs.

  • 2 Pamela Long, « Hydraulic Engineering and the Study of Antiquity: Rome, 1557-1570 », Renaissance Qu (...)
  • 3 Nancy Siraisi, « Historiae, Natural History, Roman Antiquity, and Some Roman Physicians », dans Gi (...)

2Le Tibre est un sujet qui permet de repenser les relations entre différents domaines du savoir. Cela n’a pas échappé aux historiens. Ainsi, à partir d’une reconstruction détaillée du long processus de rénovation et de reconstruction des aqueducs anciens, Pamela Long a examiné l’importance qui lui est accordée dans les milieux des ingénieurs et des savants travaillant à Rome2 ; Nancy Siraisi s’est penchée, quant à elle, sur l’intérêt suscité par le fleuve dans les milieux médicaux des dernières décennies du xvie siècle et ce, dans le cadre de ses réflexions sur les rapports entre histoire et médecine3. Par ailleurs, de tels travaux ont montré la relation étroite qu’entretiennent alors, autour du Tibre, culture scientifique et culture antiquaire, mais aussi savoirs théoriques et expérience. En partant des perspectives ouvertes par ces études, je souhaite ici parcourir en détail le processus d’appropriation du fleuve de la part des médecins tout au long du xvie siècle, fleuve qui constitue un acteur fondamental et dangereux de la vie romaine et dont les médecins font un terrain d’action privilégié. Après avoir contextualisé l’émergence d’un débat sur le Tibre dans la culture médicale et dans les milieux savant et politique romains, j’en reconstituerai les termes, les lieux et les modalités, en voie de définition entre les années 1540 et 1560. Je m’arrêterai ensuite sur un acteur majeur de ce débat, le médecin Andrea Bacci pour qui, tout au long de son parcours professionnel et intellectuel, le Tibre n’a cessé d’être un sujet privilégié : j’analyserai trois ouvrages qu’il a consacrés au fleuve romain, publiés successivement en 1558, 1576 et 1599). Dans un tel cadre, il faudra considérer non seulement le savoir que ces traités véhiculent mais aussi les conditions de leur production et les attentes auxquelles ils essaient de répondre. Cela permettra de s’interroger sur les enjeux d’une discussion autour du Tibre à différents moments du parcours de leur auteur, du rapport de la ville avec le fleuve, mais aussi de la construction de la ville de Rome comme capitale universelle.

Les médecins, les eaux et le fleuve

  • 4 Luis García Ballester, « On the Origin of the Six ‘Non-Naturals Things’ in Galen », dans Jutta Kol (...)
  • 5 Sandra Cavallo et Tessa Storey, Healthy Living in Late Renaissance Italy, Oxford, Oxford Universit (...)
  • 6 Le thermalisme comme fait social, culturel et médical a été un objet d’étude très fécond dans les (...)
  • 7 Jacques Jouanna, « L’eau, la santé et la maladie dans le traité hippocratique des Airs, eaux, lieu (...)
  • 8 Jouanna, « L’eau, la santé et la maladie… », art. cité, p. 38-40.
  • 9 Jean-Charles Ducène, « L’influence du traité Les airs, les eaux et les lieux d’Hippocrate chez les (...)
  • 10 Les historiens divergent sur la date de la redécouverte de ce traité. Une version latine corrigée (...)
  • 11 Des indications importantes en ce sens se trouvent néanmoins dans Siraisi, History, Medicine…, op. (...)
  • 12 Voir par exemple l’attention accordée par Philippe II à la qualité des espaces où établir les nouv (...)
  • 13 Sandra Cavallo et Tessa Storey ont montré la place qu’occupe une telle question dans une nouvelle (...)

3Dans l’état actuel de la recherche, l’attention portée par des médecins à un fleuve en particulier apparaît comme un phénomène nouveau. Certes, l’eau est présente à plus d’un titre dans la réflexion médicale du Moyen Âge. La boisson y fait partie, avec la nourriture, des six res non naturales, les six paramètres appartenant à la tradition galénico-arabe dont dépend l’état de santé des individus et à partir desquels les médecins formulent des conseils adaptés, cas par cas, à leurs patients4. La qualité des eaux à boire est donc un thème largement discuté dans la littérature diététique des régimes de santé où est proposée une hiérarchie des différentes typologies d’eaux5. C’est encore en relation avec les régimes de santé que se développent les réflexions sur les bains, alors si nombreuses, en particulier à partir du début du xive siècle, qui envisagent le rapport entre qualité des eaux et santé du corps sous un autre angle6. Mais dans le cadre de ces études, les fleuves ne sont mentionnés que sporadiquement. Au Moyen Âge, le traité hippocratique Des airs, des eaux et des lieux (ve siècle av. J.-C.), qui considère l’eau comme un facteur incontournable de l’état de santé d’une population et comprend une digression sur les eaux fluviales, n’est connu qu’à travers un commentaire de Galien (129-216). Mais l’interprétation du texte que donne ce médecin délaisse un aspect crucial du traitement hippocratique des eaux : l’attention pour leurs caractéristiques physiques7. Or c’est dans cette version qui supprime la relation étroite entre qualités naturelles et vertus thérapeutiques que ce texte circule8 et c’est pour d’autres aspects qu’il suscite l’intérêt des lecteurs du Moyen Âge9. Au moment de la redécouverte du traité hippocratique original et de sa diffusion relativement rapide, les eaux d’un site donné sont à nouveau considérées dans tous leurs aspects, dans le lien indissociable entre philosophie naturelle, histoire naturelle et médecine10. L’historiographie n’a pas suffisamment souligné les effets que les lectures intensives de ce traité, ses multiples éditions et commentaires ont eus sur la culture médicale et sur son application pratique11. Elles ont permis de porter une attention nouvelle à la relation entre l’homme et son environnement en ouvrant un espace d’action crucial pour les médecins. Ainsi, à partir du milieu du xvie siècle, plusieurs médecins sont appelés à fournir des expertises sur la qualité des lieux où rois, princes, cardinaux, chefs d’ordres religieux bâtissent de nouvelles demeures12. Dans un tel contexte, une attention toute particulière est accordée à la qualité des eaux13.

4Si l’intérêt porté au Tibre s’inscrit dans ce processus plus général, aucun autre fleuve d’Europe, à ma connaissance, ne fait, au cours du xvie siècle, l’objet d’un tel nombre de réflexions ; la cause en est sans doute une série de conjonctures liées à Rome, à son environnement et à son histoire, mais aussi aux dynamiques politiques et intellectuelles qui caractérisent la cité dans la deuxième partie du siècle.

  • 14 Je traduis ici les mots que Carlo M. Travaglini consacre aux fleuves dans l’introduction du volume (...)
  • 15 Le rapport entre le Tibre et la ville de Rome a été analysé sous différents angles. Les études men (...)
  • 16 David Karmon, « Restoring the Ancient Water Supply System in Renaissance Rome: The Popes, the Civi (...)
  • 17 « Fino alla metà del Cinquecento, la sola fonte di approvvigionamento idrico dei romani era il fiu (...)

5Le Tibre est indéniablement « un facteur constitutif de la ville14 » depuis ses origines et un acteur fondamental de la vie urbaine et ce, bien avant le xvie siècle15. Néanmoins, à partir de 1530 environ, la relation entre la ville et le fleuve change de manière considérable. Tout d’abord le fleuve commence à déborder avec une fréquence et une régularité inquiétantes, inconnues auparavant, chose assez incompréhensible pour les contemporains. En particulier, en 1530, 1557 et 1599, les inondations provoquent de grands dégâts. En outre, à partir du milieu des années 1540, on commence à se demander s’il est opportun d’entreprendre la rénovation d’aqueducs et en particulier celle de l’Acqua Vergine, rénovation qui va bien au-delà des travaux d’entretien ponctuels réalisés par les pontifes et les autorités capitolines dans la deuxième moitié du xve siècle. Si les changements fréquents de pontificats et les différents avis émis sur le sujet empêchent la mise en œuvre rapide du projet, d’importants travaux de reconstruction sont enfin entrepris sous Pie IV (1560-1565). À partir des années 1570, la remise en état de l’Acqua Vergine transforme le système d’approvisionnement d’eau de la ville16. Le Tibre qui, jusqu’alors, avait été la principale source d’eau potable, perd cette primauté même si, à ce propos, les avis restent partagés17.

  • 18 Karmon, « Restoring the Ancient Water Supply System… », art.cité ; Long, « Hydraulic Engineering…» (...)

6La question des inondations du Tibre et celle de sa potabilité deviennent des thèmes d’actualité. Elles constituent aussi l’un des sujets de confrontation, parfois acharnée, entre les autorités municipales et la papauté dont le pouvoir universel n’empêche pas de revendiquer une autorité territoriale sur la ville. Depuis Nicolas V (1447-1455), tous les pontifes tentent d’inclure la gestion des eaux urbaines dans leur sphère de compétence alors qu’elle relevait traditionnellement du Capitole18. Au xvie siècle, les différents acteurs institutionnels qui rivalisent en matière d’eau font appel à des techniciens et à des savants de Rome, aux compétences multiples, parmi lesquels au moins un médecin. Au nom de leur savoir sur l’homme et la nature, les médecins sont appelés à participer concrètement à de telles disputes à la fois savantes et politiques, en alimentant une réflexion qui va bien au-delà de la santé du corps stricto sensu et qui dépasse le cadre de la ville.

  • 19 Antonella Romano (dir.), Rome et la science entre Renaissance et Lumières, Rome, École française d (...)

7En ce sens, le cas du Tibre montre bien la vitalité du milieu scientifique et médical romain et sa capacité à répondre aux sollicitations des différents pouvoirs urbains relevées à partir d’autres domaines par les études récentes menées sur les activités savantes de la Rome moderne19.

Le Tibre et la qualité des eaux : des débats sous l’égide des Farnèse

  • 20 Sur ce médecin, voir Gaetano Marini, Degli archiatri pontifici, Rome, Stamperia Pagliarini, 1784, (...)
  • 21 Le long paratexte de Andrea Turini (Opera, Rome, In platea Parionis, 1545) fait état de cette prop (...)
  • 22 Turini, De bonitate aquarum, op. cit., f. aII-r.

8À la cour de Paul III Farnèse (1534-1549), une violente controverse oppose les médecins pontificaux. Elle porte sur la qualité des eaux de source et des eaux pluviales, sur leur potabilité mais aussi sur la supériorité de certaines d’entre elles, plus salubres et plus bénéfiques que d’autres pour le corps humain. Un médecin toscan, Andrea Turini (1473?-1553?), présent à la cour des papes depuis le pontificat de Clément VII (1523-1534)20 et souvent impliqué dans des discussions virulentes avec ses collègues, nous renseigne sur la question21. Dans l’ouvrage De bonitate aquarum fontanae, et cisterninae, Turini reprend et développe les arguments de la dispute à laquelle il a pris part, en considérant que le sujet est d’utilité publique (hominum communis utilitas) et qu’il mérite donc de sortir de l’enceinte du Vatican22.

  • 23 Sur la persistance de l’influence de ces auteurs et, en particulier d’Avicenne, dans la péninsule (...)
  • 24 Turini, De bonitate aquarum, op. cit., f. 26r-v.
  • 25 Sur la conception de la digestion, voir Danielle Jacquart, « La nourriture et le corps au Moyen Âg (...)
  • 26 Turini, De bonitate aquarum, op. cit., f. 26r-v.

9Dans son traité, Turini commence par replacer la controverse au cœur du plus ancien et plus vaste débat concernant les qualités de différentes catégories d’eau potable. Ensuite, le médecin toscan reprend les principaux points d’une dispute qui avait eu lieu au Palais Apostolique, sans toutefois nommer précisément ses adversaires. Il expose en détail sa position en proclamant la supériorité incontestable de l’eau de source. Il mobilise en faveur de cette thèse Hippocrate et Galien, mais aussi Avicenne, Rhazès, Taddeo Alderotti, Gentile da Foligno et d’autres auteurs médiévaux23, mais encore certains de ses contemporains tels Agostini Ricchi (1512-1564), éditeur pour Alde Manuce des opera omnia de Galien, Johann Winter von Andernach (1505-1574) et Leonhart Fuchs (1501-1566). Une telle controverse et l’ouvrage qui en découle s’inscrivent donc dans le contexte d’un débat médical bien établi qui trouve ses sources dans la médecine antique et médiévale, en présentant néanmoins certains traits originaux. La discussion débouche dans les deux dernières pages sur la potabilité du Tibre24. Turini porte alors sur l’eau du fleuve un jugement positif qui se fonde sur différents paramètres traditionnels et sur les pratiques en usage. Tout d’abord, il souligne le réchauffement et le refroidissement rapide de cette eau ; la facilité et la vitesse avec laquelle elle permet la cuisson des aliments, ce qui, dans la conception du temps, trouve une correspondance dans sa digestibilité25. Turini attribue ces vertus aux particularités physiques du fleuve, à l’ampleur et à la bonne exposition de sa source, à la rapidité de son cours. Enfin, il regarde les caractéristiques des populations qui habitent alors le long du fleuve et qui boivent de son eau avec profit depuis des siècles. Il considère ce lungum usum et les incholarum experimenta comme les preuves les plus convaincantes des qualités excellentes de ce fleuve26.

  • 27 Chiara Bariviera et Pamela O. Long, « An English Translation of Agostino Steuco’s De Aqua Virgine (...)
  • 28 Sur cette personnalité, voir Claire Robertson, Il Gran Cardinale. Alessandro Farnese Patron of the (...)
  • 29 Antonio Menniti Ippolito, Il tramonto della Curia nepotista. Papi, nipoti e burocrazia curiale tra (...)

10Bien que rapide, une telle référence au Tibre est pourtant fondamentale. En premier lieu, elle constitue, de toute apparence, l’un des premiers échos, au sein d’un traité médical, des discussions qui commencent à gagner du terrain dans l’entourage de Paul III Farnèse et qui portent sur l’approvisionnement en eau de la ville. Dans le milieu des Farnèse, de tels débats tournent en particulier autour de la figure du bibliothécaire de la Vaticane, Agostino Steuco (1497-1548). Trois ans après la publication de Turini, ce savant est chargé de suivre les traces de l’aqueduc de l’Acqua Vergine. À partir de son enquête, il élabore un projet de reconstruction permettant de rétablir l’une des anciennes sources d’eau potable de Rome27. En deuxième lieu, l’intérêt d’une telle référence au Tibre en fin d’ouvrage est à voir dans les arguments mobilisés. Ils seront repris par tous les médecins qui reviendront sur le sujet les années suivantes, soit pour attaquer le fleuve soit pour le défendre. En troisième lieu, elle souligne l’utilité publique du sujet, relevée par la suite dans les discours médicaux portant sur le Tibre. En effet, dans ses toutes dernières lignes, le médecin toscan adresse indirectement un appel à la population romaine et aux seigneurs de la ville pour qu’ils ne se laissent pas tenter par la conservation de l’eau de pluie dans les citernes et préfèrent sans hésitation l’eau de source et, en particulier, celle du Tibre. Le traité est dédié au cardinal Alessandro Farnèse (1520-1589)28 qui, à l’époque, est l’un des membres de la cour pontificale et probablement un témoin de la controverse. En outre, il est alors « cardinal neveu », une figure centrale du gouvernement des États pontificaux29. Ce n’est donc pas seulement une autorité susceptible de protéger Turini dans sa guerre personnelle, mais aussi une personnalité institutionnelle en mesure de favoriser la mise en pratique des propositions avancées.

  • 30 Elisa Andretta, « Alessandro Trajano Petroni », dans Dizionario Biografico degli Italiani (désorma (...)
  • 31 Turini, Opera, op. cit., f. *IIIr.

11Les sources ne nous permettent pas de savoir si les indications de Turini ont eu des retombées concrètes. En revanche, il est certain que dans le monde médical, elles ont marqué les esprits, en particulier celui d’une autre personnalité qui est alors en train de s’affirmer dans le milieu : Alessandro Petroni (1510 ca-1581 ca)30. Ce médecin, originaire de la région de Viterbe, s’est formé à Padoue. Il arrive à Rome au moment où Turini écrit son ouvrage. C’est sans doute par l’intermédiaire de son seigneur et protecteur, le cardinal Giovanni Salviati, qu’il se lie au médecin toscan, comme l’atteste une épître de Petroni adressée à Turini où il fait, par ailleurs, allusion à son commentariolum sur la bonté des eaux31.

12Une dizaine d’années après le traité de Turini, Petroni rouvre le débat médical sur la potabilité de l’eau du Tibre et publie, en 1552, le De aqua tiberina, un ouvrage entièrement consacré aux qualités du fleuve.

Petroni vs Modio : le Tibre comme terrain de conflit

  • 32 Sur le milieu médical en particulier, voir Maria Pia Donato, Morti improvvise. Medicina e religion (...)
  • 33 Elisa Andretta, « Medici a Roma: gli itinerari urbani di Alessandro Petroni, Michele Mercati e Pie (...)
  • 34 Voir en particulier, Angelo Vittori, Medicae Consultationes, Rome, typ. Caballina, 1640, en partic (...)
  • 35 Biblioteca Apostolica Vaticana (BAV), Vat. Lat., 6319 (Miscellanea xvii), f. 60r-64v : Alexandri T (...)
  • 36 Fontes Narrativi de S. Ignatio de Loyola et de Societatis Jesu initiis, vol. 1, Rome, 1943, p. 608
  • 37 Hippocrate, Œuvres complètes, éd. Émile Littré, II, Paris, J-B. Baillière, 1840, p. 13.

13Au moment où Andrea Turini traite des eaux, il est un médecin affirmé dont la carrière pleine de succès a été menée essentiellement dans l’enceinte du Palais Apostolique. En revanche, Alessandro Petroni, en 1552, mène essentiellement carrière dans le milieu médical romain, un milieu très compétitif dans le cadre duquel les professionnels de santé sont obligés de multiplier les réseaux de clientèle et de protection mais aussi les lieux d’activité32. Sans jamais abandonner les liens avec la famille Salviati, il devient médecin de la Compagnia della Pietà Fiorentina. Il est aussi appelé à exercer régulièrement la médecine au sein de la Casa romaine des premiers jésuites et de la communauté qui commence à se rassembler autour de Philippe Neri. À la même époque, il a sans doute commencé un enseignement médical au sein du principal hôpital de la ville, le Santo Spirito in Saxia33. Son intense activité au chevet de patients appartenant à des milieux différents, son approche du malade, tout comme son enseignement, sont profondément marqués par le savoir hippocratique et, en particulier, par la partie du corpus du médecin grec consacrée à la relation entre l’homme et son environnement, dont l’un des piliers est, on l’a vu, le traité Des airs, des eaux et des lieux. Cela est attesté par différentes sources, parmi lesquelles les ouvrages de ses élèves34, un avis rédigé pour son seigneur Bernardino Salviati en temps de conclave35 et les chroniques jésuites qui font état de ses inspections des lieux urbains où la Compagnie souhaitait bâtir de nouvelles résidences36. Son intérêt pour la médecine hippocratique, qu’il contribuera par la suite à diffuser dans la Rome de la deuxième moitié du xvie siècle, le porte sans doute à choisir d’écrire un traité non pas sur les eaux en général, mais sur celles du Tibre en particulier. En appliquant à la lettre l’invitation hippocratique à acquérir « des notions très précises sur la nature des eaux dont les habitants (d’un lieu donné) font usage37 », le médecin se penche sur la principale source d’eau de la ville des papes. Il dédie son traité au pontife en charge, Jules III (1550-1555).

  • 38 Si quis ante hac de aquae tiberinae usu scripsisset interve priores et posteriores romanos idem co (...)
  • 39 Ibid., p. 2.
  • 40 Ibid., p. 9.
  • 41 Ibid., l. III, chap. 8 : « De aquae Tiberinae usu ».

14Au moment de présenter le sujet de son traité, il souligne le caractère novateur et nécessaire de son propos : aucun ouvrage – à sa connaissance – n’a été spécialement consacré par les Romains priores et posteriores à l’eau du Tibre et à son usage38. Il considère cela encore plus nécessaire de son temps car contrairement à ce qui se passait auparavant, l’eau est souvent bue et utilisée dans la cuisine de manière peu correcte39. Dans son ouvrage composé de quatre livres, le médecin décrit les caractéristiques physiques et naturelles du fleuve, en montrant la supériorité de ses eaux sur toutes celles qu’on peut trouver ou faire arriver à Rome40. Cependant, il explique que l’eau du Tibre n’est bonne pour la santé que si on en fait un usage approprié41. C’est, en effet, sa mauvaise utilisation qui, à son avis, contribue à faire proliférer les opinions négatives sur le fleuve et amène des voix à s’élever contre l’habitude de boire ses eaux. Aussi considère-t-il que son rôle à lui, et plus généralement le rôle du médecin, est de donner des conseils avisés portant sur la manière dont on doit se servir de cette eau et dont on doit la traiter. Ainsi, sous la plume de Petroni, le Tibre devient un sujet médical et le médecin une figure capable de le maîtriser pour en faire bénéficier l’entière population de la ville qui en utilise les eaux.

  • 42 Avanza di gran longa in bontà tutte e le acque, che sogliono esser in uso per bever nella Città di (...)

15Cet ouvrage marque donc un tournant important dans l’histoire de la production écrite sur le Tibre parce qu’il en fait un objet d’étude à part entière en articulant deux sphères savantes du traitement des eaux : d’une part il s’insère dans le sillage de Turini et dans la tradition bien consolidée des regimina mais aussi de la littérature thermale ; d’autre part, il s’inscrit dans cette nouvelle culture hippocratique qui invite à approfondir la connaissance des vents, des eaux et des facteurs climatiques d’un lieu, culture à laquelle Petroni adhère complétement. En choisissant le Tibre comme sujet du premier traité qu’il publie dans la ville, sujet qu’il présente lui-même comme étant d’intérêt général, il offre aux autorités et à la population romaine une application pratique de la doctrine hippocratique. Il cherche ainsi à consolider sa place au sein d’un milieu médical compétitif et à légitimer une culture médicale néo-hippocratique, qui n’est pas forcément alors majoritaire. Son intérêt pour le lieu physique « Rome » et pour l’influence de son environnement sur la santé des Romains l’accompagnera tout au long de sa carrière, jusqu’à la publication de son De victu romanorum en 1581, traduit en italien en 1592 : dans la section consacrée aux eaux de Rome, où il reprend une partie de ce qu’il avait exposé dans son aqua tiberina, il continue d’affirmer la primauté des eaux du Tibre sur toutes celles de la ville42.

  • 43 Modio, Il Tevere…, op. cit.
  • 44 Gennaro Cassiani, « Modio, Giovanni Battista », dans DBI, 75, 2011, p. 238-241.

16Autour de Petroni se rassemblent de nombreux médecins, les medici Tiberini, qui partagent ses opinions sur le fleuve et en défendent la potabilité. Les informations sur ce groupe sont rares. Il est probablement lié à son « école hippocratique » du Santo Spirito. On ne le connaît que par le biais d’un détracteur acharné, Giovanni Battista Modio († 1560), qui a lui aussi consacré au Tibre un traité entier, mais pour en montrer les dangers43. Ce médecin calabrais arrive à Rome avant 1553, après avoir fait des études de philosophie et de médecine à Naples. Dans la ville des papes, il est proche des humanistes de l’Accademia Vitruviana et ajoute à l’exercice de la médecine une importante production littéraire. Tout comme Petroni, il se lie au monde des communautés religieuses romaines, en l’occurrence à la congrégation qui commence à se réunir autour de Philippe Neri (1515-1595)44.

  • 45 In questa guerra, ch’io muovo, Modio, Il Tevere…, op. cit., f. 9r.
  • 46 […] inebbriati di quest’acqua, hanno il giudicio così corotto, ibid., f. 9v.

17Son ouvrage sur le Tibre publié en 1556 s’adresse au cardinal Ranuccio Farnese (1530-1565) dont il demande la protection dans la guerre qu’il est en train de mener. Ainsi, il fait sien tout le répertoire belligérant de Turini45. Son intention est en effet de démontrer que le Tibre n’est pas potable. Il reprend alors chacun des arguments de Petroni pour les démonter. Le but de cet ouvrage est bien de contester les opinions des medici Tiberini qui « saoulés par cette eau, […] ont un jugement si corrompu46 ». Leur opinion est dangereuse parce qu’elle risque de bloquer la reconstruction des aqueducs, une entreprise qui est, à son avis, vitale pour la ville. L’auteur du traité dévoile ici le principal argument qui sous-tend l’écriture de son traité : la remise en fonction des anciens aqueducs romains. Ce thème avait très probablement contribué au déclenchement de la dispute pontificale sur les différentes qualités des eaux. Peut-être sous-tendait-il aussi la défense du Tibre de la part de Petroni, même si, dans son ouvrage, il ne fait aucune allusion à ce projet de reconstruction.

  • 47 Ibid., f. 60r.

18L’intention de Modio de fournir, dans son traité, des arguments médicaux à l’appui de la reconstruction du système d’approvisionnement d’eau de la Rome antique est particulièrement claire à la fin du livre. Il demande à Ranuccio Farnese d’intervenir auprès du nouveau pape Paul IV (1555-1559), père spirituel et proprio et vero Signore di questa alma città, pour qu’il rende à la ville ses eaux salutaires au corps et à l’âme, ce qu’il considère comme un acte digne d’un père spirituel et temporel47.

  • 48 Hanno dato ad intendere a Principi che l’acqua del Tevere sia la migliore acqua di tutta Italia, i (...)
  • 49 Che se ben papa Iulio III mostrò ultimamente di volersene servire, dividendola in due luoghi, benc (...)

19Le traité se compose de deux livres. Le premier porte sur les caractéristiques générales des bonnes et des mauvaises eaux et présente celle qui, à son avis, est la meilleure : l’eau de pluie. Au fil des pages, il construit le canon auquel les eaux auraient dû se conformer pour être saines. Modio explicite également les raisons qui l’ont poussé à écrire et critique ses adversaires. Ces attaques vont dans deux directions. Il les adresse tout d’abord à Petroni qui n’aurait été que le dernier des médecins à alimenter le « malentendu » portant sur l’eau du Tibre car, avant lui, beaucoup d’autres médecins avaient agi de la sorte, tels les archiatres pontificaux, « qui ont laissé croire aux Princes que l’eau du Tibre était la meilleure de toutes les eaux d’Italie », et ce, pour les flatter48. Son autre cible est le dédicataire de l’œuvre de Petroni, Jules III, qui était intervenu sur les aqueducs, mais exclusivement par intérêt personnel49. Le changement de pontificat permet au médecin de porter un jugement sévère sur l’attitude de ce pape en matière d’eaux urbaines.

  • 50 […] casi strani e avvenimenti meravigliosi, ibid., f. 34r.
  • 51 […] fortune e sfortune dei cortigiani, ibid., f. 34v.
  • 52 Ibid., f. 35r.

20Dans le deuxième livre, il traite le cas particulier du Tibre. Cette section s’ouvre sur une réflexion plus générale sur les revers de fortune fréquents au cours d’une vie, surtout à Rome. La ville est le cadre de « cas extraordinaires et d’événements merveilleux50 » et « de la fortune et du malheur des courtisans51 », dit-il, avec une certaine amertume qui porte à penser qu’il est en train de parler de sa propre expérience. Cependant, continue-t-il, la déesse Fortune a puni ses habitants mais aussi la ville de Rome elle-même en lui enlevant « le gouvernement (imperio) du monde » mais encore « l’usage de bonnes eaux »52. Aussi, la grandeur présumée du Tibre, fondée sur l’exaltation de ses eaux, ne constitue, selon Modio, qu’un piège périlleux.

  • 53 Ibid., f. 37r-40v.
  • 54 Ibid., f. 40v-43v.
  • 55 Ibid., f. 44v-45r.
  • 56 Ibid., f. 55r.

21Tous les arguments des medici Tiberini à propos de la qualité de l’eau du Tibre sont repris et démontés systématiquement. Pour le faire, Modio utilise les mêmes auteurs anciens cités par Petroni, en particulier Hippocrate, mais d’une manière tout à fait différente. Il porte une attention spécifique aux arguments choisis par ces « ennemis » à propos de la santé des habitants de la ville. Certaines affections typiquement romaines comme la « chaleur des foies », la « faiblesse des estomacs », l’« abondance de catarrhe », les difficultés urinaires et les calculs rénaux fréquents auraient résulté de l’habitude de boire l’eau du Tibre. Elles n’auraient pas été provoquées par la qualité de l’air romain ni par l’alimentation ou les mœurs, ni par aucune des raisons utilisées par les défenseurs du fleuve pour l’acquitter53. Il affirme en outre que le Tibre est impur de par ses caractéristiques physiques (origine, spécificités de son cours, composition de ses eaux et des celles de ses affluents)54. Cela est prouvé non seulement par l’opinion des Anciens mais aussi par un certain nombre d’expériences concrètes décrites dans son texte55. De mauvaises habitudes comme celle qui consiste à déverser les eaux des égouts dans le fleuve ne font qu’empirer la situation56.

  • 57 D’Onofrio, Le fontane di Roma, op. cit., p. 37-38.

22Quoique le constat soit négatif, deux éléments néammoins sont à retenir dans sa définition du Tibre comme objet d’étude médicale. En choisissant Del Tevere comme titre, Modio indique que le sujet du traité est le fleuve dans son ensemble, et pas simplement ses eaux. En écrivant en italien, il met le discours médical à la disposition d’un public plus vaste susceptible d’être concerné par ce thème d’utilité publique. Selon D’Onofrio, l’ouvrage de Modio joue effectivement un rôle important dans l’impulsion donnée, dans les années suivantes, au projet de restauration des aqueducs57.

Andrea Bacci, « soignant » du Tibre

23Peu après, la publication de Modio, au cours de l’automne 1557, le Tibre déborde en inondant la ville de façon dramatique. C’est la première grande inondation après celle de 1530 qui, à l’époque, avait été considérée comme encore plus terrible que le Sac de 1527.

  • 58 Particulièrement intéressant le court texte d’Angelo degli Oldradi, Avviso della pace tra la Sant. (...)
  • 59 Biasimato da molti, che & con parole et con li scritti cosi in questo eccesso, come anco nell’altr (...)
  • 60 Il fait référence à qualche professione, che interno a queste materie io ho fatto ne i Libri da me (...)

24Rome est navigable pendant trois jours et trois nuits. Quand le fleuve se retire enfin, la ville est sale et malodorante, les maisons sont détruites et les habitants malades et plus pauvres. Si l’on considère les chroniques, les épîtres et des textes divers, on s’aperçoit que l’événement a fait couler beaucoup d’encre58. Parmi les voix qui s’élèvent, celle du médecin et naturaliste Andrea Bacci (1524-1600) qui publie, en 1558, deux livres intitulés Del Tevere chez Vincenzo Luchini, l’éditeur qui venait d’imprimer l’ouvrage de Modio. Quelques mois après l’inondation, Bacci s’érige en défenseur del padre Tevere qui, du fait des dégâts provoqués par son débordement, avait été « critiqué par plusieurs personnes qui l’accus[ai]ent, oralement ou dans leurs écrits, de ses excès mais aussi de ses qualités59 ». Il aborde ainsi un sujet qu’il avait déjà eu l’occasion de traiter de manière ponctuelle60.

  • 61 Pour un profil de ce médecin, voir Mario Crespi, « Bacci, Andrea », DBI, 5, 1963, p. 29-30 ; Andre (...)

25Originaire des Marches, Bacci regagne sa terre natale pour exercer la profession médicale après avoir fait des études à Sienne puis à Rome. Autour de 1552, il choisit de revenir dans la ville éternelle où il commence à s’affirmer dans les milieux curiaux61. L’inondation du Tibre lui fournit l’occasion de se mettre à l’épreuve et de se faire connaître à un moment où il est encore loin d’avoir obtenu les honneurs et la reconnaissance qu’il aura par la suite. Il n’a pas encore publié d’ouvrages, même si des études sur les propriétés des eaux thermales l’occupent déjà.

26Del Tevere est un court traité écrit sous le coup d’une double urgence qui se reflète dans sa structure binaire : il s’agit de répondre à Modio, qui diffuse de fausses informations contre le Tibre, en décrivant les particularités du fleuve, son cours, la qualité de ses eaux et en choisissant pour le faire la langue vernaculaire, comme l’avait fait son prédécesseur (livre I) ; il s’agissait aussi de donner aux autorités et à la population romaine son avis sur les inondations et sur la manière de les limiter (livre II). Il s’adresse, comme l’avait déjà fait Turini dans son traité sur les eaux, à une figure institutionnelle importante de la Rome pontificale, le cardinal neveu Alfonso Carafa (1540-1565).

  • 62 Sur la méthode utilisée par Bacci, voir Siraisi, History, Medicine…, op. cit., p. 178-180 et Long, (...)
  • 63 Del Tevere, 1558, p. 11v-14r.
  • 64 Siraisi, History, Medicine…, op. cit., p. 179.
  • 65 Del Tevere, 1558, p. 48r-52v.

27Le premier livre s’insère donc dans le débat en cours sur la potabilité du Tibre. Comme ses prédécesseurs l’avaient déjà fait, Bacci se penche sur les caractéristiques physiques du fleuve. Son discours se fonde sur l’autorité des Anciens, sur quelques auteurs contemporains et sur des expériences directes62. Il se situe dans le sillage de Petroni et conteste un par un les arguments de Modio. Bacci y développe fort bien deux aspects. D’une part, il prend la peine de démonter plus systématiquement le fait que les Romains avaient abandonné l’eau du Tibre pour lui préférer celle qu’on apportait alors par les aqueducs63. Cet aspect, comme l’a souligné Nancy Siraisi, fournit à Bacci l’occasion d’écrire de longues digressions érudites sur l’histoire romaine64. D’autre part, il revisite de manière détaillée la question fort débattue par ses prédécesseurs de savoir si le Tibre est à l’origine des maladies propres aux habitants de la ville65.

28Si le premier livre récupère les termes désormais classiques d’un débat qui, les années précédentes, avait contribué à inclure le Tibre dans la sphère de compétence des médecins, avec son deuxième livre, consacré aux inondations, Bacci franchit une autre étape. Il y élabore une nouvelle manière d’écrire sur le fleuve : à la description de ses caractéristiques médicales et physiques il ajoute l’étude de son comportement.

  • 66 Ibid., p. 52r-66v.
  • 67 Ibid., p. 67r.
  • 68 Ibid., p. 85r.
  • 69 Ibid., p. 79r-80r.

29Le second livre commence par une longue digression portant sur les causes des inondations, fondée essentiellement sur la reprise et sur la discussion des arguments des Anciens et d’Aristote en particulier66. Il s’agit ensuite d’expliquer la conduite contemporaine du Tibre67. Dans ce cadre, Bacci s’interroge sur les raisons pour lesquelles ce fleuve qui, de par nature, ne cause pas d’inondations fréquentes, commence à exonder si souvent et si violemment68. En suivant la méthode péripatéticienne, il présente les causes primaires et secondaires du phénomène69.

  • 70 Ibid., p. 87r-89r.
  • 71 Ibid., p. 93. Siraisi, History, Medicine…, op. cit., p. 180-181.
  • 72 Del Tevere, 1558, p. 100v-101r.

30Pour appuyer ses arguments tirés des auteurs anciens, il se fonde sur son expérience de l’inondation de 1557 dont il fournit une description détaillée. Il analyse les conditions climatiques qui ont précédé la catastrophe, aussi bien en Italie qu’en Europe. Il s’arrête en particulier sur les étranges particularités de l’air qui, à la fin de l’été, était lourd, noir, brumeux et qui, pour les effets produits sur le corps – alourdissement de la tête et des sens, assèchement de la bouche et de la poitrine, apparition et persistance de toux et de fièvre – faisait songer à une pestilence. Il décrit les comportements de plusieurs autres fleuves de la péninsule qui, comme le Tibre, avaient débordé. Il témoigne du fait qu’à Rome, l’inondation était arrivée plus graduellement qu’ailleurs, ce qui avait donné le temps aux autorités et à la population de prendre quelques précautions qui avaient, en partie, limité les dégâts. Il fournit ensuite une description de la ville inondée. Il compare cette inondation à celle de 1530 où finalement le niveau de l’eau avait été moins haut et qui avait duré moins longtemps70. Il exprime enfin ses craintes que l’état d’abandon dramatique du fleuve – débris de ruines et déchets abandonnés dans le fond, eaux sales qui y étaient versées sans retenue – ne puisse alimenter dans l’avenir les risques d’inondation. Pour éviter que Rome ne soit donc rapidement et complètement submergée, il invite le lecteur – et les autorités de la ville – à chercher des solutions du côté de la Rome antique. Il décrit le respect des Romains pour leur cours d’eau. En particulier, il porte son attention sur les Curatores du Tibre. Il s’inspirera considérablement de ces figures institutionnelles de la Rome républicaine et impériale. Elles seront à l’origine de sa propre formulation du « traitement » du Tibre, élaborée au cours des années suivantes71. Enfin, il propose une série de solutions circonstanciées susceptibles, selon lui, de limiter les risques d’inondation, comme le nettoyage du lit du fleuve et celui des cloaques. Ces solutions peuvent protéger la population romaine des conséquences possibles des inondations sur la santé des Romains comme les maladies froides, très dangereuses pour la santé72.

31Dans ce deuxième livre, où l’analyse porte donc sur plusieurs plans, Bacci définit le rôle du médecin en cas d’inondation. Il s’efforce surtout de montrer que le medicus physicus a des atouts particuliers, non seulement pour intervenir directement sur des tels phénomènes, mais aussi pour les comprendre et les expliquer. Tout d’abord, il peut intervenir et de façon profitable sur le plan thérapeutique. Il est capable de choisir les bons remèdes pour soigner les effets nocifs que provoquent sur le corps la mutatio aeris, souvent associée à l’inondation, mais aussi les séquelles épidémiques liées aux débordements du fleuve. Si, dans un tel domaine, l’intervention du médecin peut difficilement être contestée, il est d’autres domaines où Bacci revendique son intervention et l’exercice de ses compétences. Ainsi, l’utilisation des outils épistémologiques auxquels les médecins sont formés à l’époque leur permet, selon lui, d’acquérir une méthode plus générale utile à la compréhension du phénomène qui passe, entre autres choses, par la distinction et la hiérarchisation de ses différentes causes. Par exemple, ils peuvent utiliser leur connaissance de la physiologie du corps humain pour établir une comparaison entre le système de la circulation du sang et celui de la circulation des eaux souterraines :

  • 73 Si come in un corpo organizato tutto ’l sangue che è ne le vene, è un solo, e da un primo fonte di (...)

Tout comme dans un corps organisé où tout le sang qui se trouve dans les veines est unique et dépend d’une seule source, toutes les eaux doivent être reconduites à une seule, même si elles proviennent de différentes veines terrestres73.

  • 74 Dobbiamo porre innanzi tutti quelli rimedi, che i più possibili, & i più ispedienti si mostrano, i (...)

32En outre, la capacité des médecins d’étudier les signes du corps non seulement pour formuler un diagnostic mais aussi pour prévoir le cours de la maladie, leur permet d’établir des pronostics sur le comportement du fleuve à court terme. De même, dans la saisie des remèdes, ils peuvent mobiliser leur expérience dans le traitement des patients, autant pour choisir les remèdes qui leur semblent les mieux adaptés à la situation que pour en évaluer les possibilités de réussite. Grâce à leur familiarité avec une idée de santé fondée sur deux types de paramètres – les choses naturales (non modifiables) et les choses non naturales (terrains d’action du médecin) –, les médecins sont donc capables de comprendre les éléments sur lesquels on peut intervenir et d’en exclure d’autres. Une telle différenciation constitue bien le fondement de son analyse du Tibre : Bacci se méfie des solutions où l’on promet de résoudre radicalement le problème des inondations et il les rejette. En revanche, il privilégie des solutions palliatives qui visent plutôt à en limiter les dégâts74.

33Ces exemples, et d’autres encore, montrent que l’analogie entre fleuve et corps humain est plus qu’un artifice littéraire ; elle constitue un véritable instrument de savoir.

  • 75 Sur l’essor de l’anatomie dans le contexte romain, voir en particulier Andrea Carlino, La fabbrica (...)
  • 76 Gianna Pomata, « Observatio ovvero Historia. Note su empirismo e storia in età moderna », Quaderni (...)

34À un moment où à Rome, comme dans plusieurs autres villes de la péninsule italienne, se multiplient les dissections anatomiques75 et où une attention croissante est accordée à l’examen clinique du patient76, le savoir acquis, par l’observation du corps mort ou vivant, de sa conformation et de sa physiologie, devient une clé de lecture des phénomènes naturels.

  • 77 Nel principio del Pontificato di Pio V, che sua Santità desiderosa della commune salute, & del ben (...)

35Parmi les voix nombreuses qui s’élèvent pour essayer de régler ce phénomène d’actualité, il y a donc celle de Bacci qui fait entendre celle des médecins. Il montre, grâce à son ouvrage, que par-delà la question de la potabilité, c’est le fleuve tout entier, dans son histoire naturelle et son comportement, qui entre dans le domaine de compétence des médecins. Cette appropriation du Tibre n’est pas exclusivement une revendication d’ordre intellectuel. Par ces arguments, Bacci arrive à convaincre les pouvoirs urbains de l’importance de l’expertise médicale dans ce sujet délicat. Grâce à son livre, il est impliqué dans les discussions engagées par les autorités pontificales et municipales autour du problème des inondations, où des individus aux parcours et aux compétences différentes – architectes, ingénieurs, magistrats, officiers, notables, membres de la Curie… – sont appelés à contribution. Il en fait état, en 1576, dans son deuxième ouvrage sur le Tibre77.

  • 78 Des premières tentatives en cette direction avaient été déjà mené par Paul IV qui constitue une Co (...)
  • 79 Sur ce point, voir Carmen Genovese et Daniela Sinisi, « Pro ornato et publica utilitate »: l’attiv (...)
  • 80 Par exemple, la situation de Milan au xve siècle étudiée par Marilyn Nicoud est bien différente : (...)

36Ces discussions collégiales, le Consulte, avaient sans doute quelque chose à voir avec l’intérêt nouveau de Pie V (1566-1572) pour la gestion des eaux et des rues de la ville de Rome qui sont à l’origine de la création de plusieurs organismes en charge de cet aspect crucial de l’administration urbaine, aspect sur lequel les autorités municipales revendiquaient des prérogatives depuis longtemps78. Les cardinaux Alessandro Sforza et Giovanni Ricci da Montepulciano jouent un rôle de premier plan dans cette réorganisation79. Bacci revendique de participer à de telles assemblées. Cette participation n’est pas encore attestée dans les sources et mériterait d’être mieux explorée pour son caractère exceptionnel. À Rome, en effet, contrairement à ce qui se passe ailleurs, dans la deuxième moitié du xvie siècle encore, les collaborations entre les médecins et les organismes qui gèrent l’espace urbain ne sont pas systématiques80.

Le Tibre, Rome et le monde

  • 81 Emanuele Conte, I maestri della Sapienza di Roma dal 1514 al 1787: i rotuli e altre fonti, 2 vol., (...)

37La participation de Bacci aux Consultationi ne fait qu’augmenter son intérêt pour le fleuve. Dix-huit ans après sa première publication, il fait imprimer, en 1576, un traité sur le Tibre beaucoup plus imposant. La portée de l’ouvrage reflète aussi la nouvelle position du médecin dans le milieu romain. Il est devenu entre-temps citoyen romain et a obtenu en 1567 la chaire de lecture des simples de la faculté de médecine du Studium Urbis, chaire qu’il occupera jusqu’à sa mort en 160081. Ses relations avec certains des savants actifs dans la ville se sont multipliées – il peut désormais se vanter de compter parmi ses connaissances les médecins Girolamo Cardano (1501-1576), Girolamo Mercuriale (1530-1606), Alessandro Petroni lui-même ou le philologue et antiquaire Fulvio Orsini (1529-1600). Ses réseaux professionnels et de protection sont plus nombreux. Ses rapports étroits avec la famille Colonna, dont il soigne plusieurs de ses membres, ne l’empêchent pas d’avoir d’autres patients, d’autres mécènes, parmi les personnalités éminentes de la Curie.

  • 82 Parmi les savants qui étaient impliqués dans cette reconstruction on retrouve Antonio Trevisi, Ago (...)
  • 83 D’Onofrio, Le fontane di Roma, op. cit., p. 37-38.

38Par ailleurs, l’histoire de la présence du Tibre dans la vie de la ville a changé. D’abord, pour ce qui est des inondations, l’état d’urgence n’est plus d’actualité. Depuis 1557 aucun débordement grave du fleuve n’a été enregistré. Quant à la potabilité de son eau, la question ne se pose plus de la même manière. Le pontife Pie IV avait en effet entrepris de grands travaux visant à réparer l’aqueduc romain de l’Acqua Vergine82. Ils avaient été menés à bien par Pie V en 1570. Grâce à eux, de grandes quantités d’eau de source arrivent désormais et régulièrement dans la ville. Elles permettent de faire face aux besoins des habitants mais aussi des pèlerins, et d’alimenter les fontaines de Rome, de plus en plus nombreuses83. Pour les médecins, il ne s’agit plus de contester les grands travaux, considérés comme inutiles, sous prétexte que le Tibre offre aux habitants la meilleure eau possible, mais simplement d’inviter le peuple et les princes romains à ne pas abandonner complètement l’habitude de boire son eau que la plupart d’entre eux continuent à considérer comme particulièrement favorable à la santé.

  • 84 Sur les infrastructures culturelles romaines, voir Marina Caffiero, Maria Pia Donato, Antonella Ro (...)
  • 85 Cavallo et Storey, Healthy Living…, op. cit., p. 221-227.

39Bacci, donc, n’agit plus sous le coup de l’urgence. Il revient sur le sujet plus calmement et son nouveau projet éditorial a un autre visage. Les deux sections du traité de 1558 qui portaient respectivement sur la nature des eaux et sur l’inondation sont reprises et augmentés, grâce à une multiplication des sources, anciennes mais aussi contemporaines, celles que ses réseaux intellectuels et les possibilités offertes par les bibliothèques de la ville rendent possibles84. Entre ces deux sections il en ajoute une autre portant plus précisément sur l’usage des eaux. Un tel complément est à mettre en rapport avec une controverse initiée alors au sein du milieu médical et entre les praticiens et leurs patients à propos de l’usage des boissons réfrigérées85.

  • 86 Paola Pavan, « Il comune romano e lo Studium Urbis tra XV e XVI secolo », dans Paolo Cherubini (éd (...)

40Les trois livres de 1576, à la fois plus érudits et plus pragmatiques, Bacci les adressent au Sénat romain. Ce glissement de dédicataire de la sphère pontificale – incarnée par le cardinal neveu Alfonso Carafa, dédicataire du traité de 1558 – à celle de l’administration municipale est particulièrement important dans le contexte romain caractérisé par une tension permanente entre l’autorité pontificale et le Sénat urbain. L’Université, à laquelle Bacci appartient désormais, constitue l’un des lieux où la tension est alors plus évidente86.

  • 87 Perché il subietto è vostro, et quanto io scrivo è contemplatione vostra, Del Tevere, 1576, f. 3v.
  • 88 Segarra Lagunes, Il Tevere e Roma…, op. cit., p. 313-314.
  • 89 Voir supra note 78.

41Quand Bacci explique la raison pour laquelle il s’est adressé aux pouvoirs urbains, il prend position dans le conflit de compétences alors en cours au sujet du Tibre87. Les raisons d’une telle conviction se trouvaient déjà dans son ouvrage de 1558 où les pouvoirs municipaux romains étaient considérés comme les héritiers des Curatores du Tibre. Entre le premier et le deuxième ouvrage, la municipalité romaine était effectivement intervenue sur la question du Tibre, à travers deux magistratures (la Presidenza delle Ripe et la Presidenza delle Strade88), et par la participation des Sénateurs aux assemblées organisées sous l’égide du pontife après l’inondation de 155789.

  • 90 Rome, Archivio Storico Capitolino, Camera Capitolina, vol. 24, c. 114v (6 décembre 1569) et vol. 1 (...)
  • 91 Vengo col mezzo del Padre vostro Tevere, a ragionar delle sue gratie (Del Tevere, 1576, dédicace, (...)

42À ces raisons d’ordre institutionnel, s’en ajoutent d’autres de nature plus personnelle. Ces ouvrages sur les eaux – le traité sur les bains et celui sur le Tibre –, ont contribué à favoriser l’obtention de sa citoyenneté romaine, comme en témoignent deux diplômes conservés auprès de l’Archivio Storico Capitolino90. Pour remercier les autorités qui l’avaient accueilli parmi les notables de la ville, Bacci leur consacre le « Père Tibre »91.

  • 92 Sur ce processus, voir Antonella Romano, « Les échelles de Rome : une nouvelle grammaire du monde (...)

43Mais bien qu’il ait choisi de s’adresser au Sénat romain, considéré comme la première des autorités responsables du Tibre, Bacci insiste sur les relations de ce dernier avec l’autorité apostolique. Il montre ainsi qu’il est capable de se débrouiller dans l’enchevêtrement des pouvoirs à Rome. Et il le fait à plusieurs reprises. Du reste, son ouvrage de 1576 se caractérise par la superposition de plusieurs horizons de référence : 1) le milieu urbain ; 2) la communauté des médecins et des naturalistes ; 3) l’ensemble des territoires sur lesquels Rome vise à affirmer sa primauté. Dans cette nouvelle entreprise éditoriale, Bacci reprend en effet les informations pragmatiques utiles à la population et aux autorités romaines pour affronter le fleuve ; il revendique avec force, pour lui-même, en tant qu’individu mais aussi comme médecin, une place centrale dans les débats locaux sur le Tibre et au sein des magistratures romaines chargées de sa gestion. Cependant, ce médecin qui a désormais intégré les rangs des notables de la ville et fréquente ses savants les plus cultivés et ses cardinaux les plus puissants, vise aussi à étendre son assise hors de la ville. Il se propose de construire, à partir du Tibre, un savoir sur les fleuves fondé sur des méthodes de médecins, en considérant non seulement les caractéristiques de leurs eaux et leur potabilité mais aussi les comportements de ces fleuves, en particulier en cas d’inondation. En outre, en célébrant le Tibre, il participe du processus de construction de l’image de Rome comme capitale universelle, processus en cours sous le pontificat de Grégoire XIII (1572-1585)92.

  • 93 Del Tevere, 1576, l. II.
  • 94 Comme par exemple dans le Discorso delle acque albule, Rome, Eredi Antonio Blado, 1567, p. 10 : La (...)

44Le médecin Bacci s’adresse donc en premier lieu au Senat et à la population romaine. Tout d’abord, il explique aux habitants de la ville comment utiliser leur fleuve correctement. Dans la deuxième section de son ouvrage qui porte sur l’Uso dell’acque, & del bevere in fresco, con Nevi, con Ghiaccio & con Salnitro, il fixe des normes à suivre pour un bon usage des eaux du Tibre et il montre comment ces dernières, et plus généralement toutes les eaux, sont des objets qui doivent être traités selon des règles précises établies par les médecins93. Il étend ainsi à l’objet fleuve une conviction précédemment exprimée dans ses études sur les eaux thermales94. Parallèlement, dans son troisième livre sur les inondations, il renforce les arguments servant à revendiquer le rôle précis du médecin dans le traitement du Tibre. En 1576, sans doute à cause de sa participation aux Consulte, de telles indications sont encore plus précises qu’en 1558. La présence des médecins y apparait d’autant plus nécessaire que pendant les réunions qui s’étaient tenues à Rome, il avait affirmé avoir trouvé

  • 95 pochissima risolutione […] fra tutti quanto alle cause, che dovea esser lo scopo principale ; si p (...)

très peu d’entente […] entre tous les participants sur la compréhension des causes, thème qui pourtant était censé être l’objectif principal. Cela était dû au fait que les auteurs anciens se penchaient rarement sur ces causes mais aussi parce que la plupart des gens laissaient les sciences de côté et raisonnaient sur ce sujet sans méthode. Tout comme les empiriques, ils ne s’attachaient qu’aux remèdes. Mais, ne sachant pas exactement comment parler des causes du mal, on n’arrivait pas à traiter de manière efficace la question des remèdes95.

  • 96 Gianna Pomata, La promessa di guarigione, Malati e curatori in antico regime. Bologna XVI-XVIII se (...)

45À l’opposition entre le médecin, dépositaire d’une méthode, et les autres acteurs, s’en ajoute une autre, sous-jacente, entre le medicus physicus et les soignants empiriques. Il s’agit d’une opposition qui marque en profondeur les différentes dynamiques liées aux systèmes sanitaires urbains contemporains96. Bacci ne se limite pas ici à un constat général ; il passe en revue les propositions qu’il avait pu écouter lors des réunions et les compare avec les mesures prises dans la Rome ancienne pour en souligner les qualités et les défauts. Ensuite, il propose son traitement (cura). Fidèle à sa philosophie d’intervention contrôlée, il reprend ce qu’il avait déjà détaillé en 1558, à propos des remèdes réalistes à utiliser dans des situations concrètes (rimedi reali). S’il constate qu’on ne peut résoudre définitivement le problème, il propose néanmoins d’agir comme le ferait un bon médecin (a guisa del buon medico) qui

  • 97 Usa ben diligenza di ritrovare tutte le cause della malattia, & li rimedi appropriati, con tutto q (...)

recherche avec diligence les causes de la maladie et les remèdes adaptés à celle-ci mais qui, malgré tout cela, utilise surtout son expérience dans son traitement. Et lorsqu’il ne peut arriver jusqu’aux causes immédiates, à la racine du mal, il agit sur les aspects extérieurs de manière détournée, en utilisant des remèdes de défense ou d’autres moyens qui servent au moins à se défendre97.

  • 98 In questa antica & così pericolosa infermità di Roma, ibid., p. 289.

46Une telle méthode doit également servir à traiter « cette ancienne et si périlleuse infirmité de Rome98 ».

47La contribution spécifique de Bacci aux Consultationi romaines consisterait donc à expliquer aux autres participants les méthodes des médecins qu’il considère comme les mieux adaptées au problème.

48Cependant, malgré l’exaltation du rôle du médecin dans la gestion urbaine des inondations, Bacci ne pense nullement qu’une telle compétence doive être exclusive. Au contraire, il termine son traité par un acte de soumission, non seulement aux autorités urbaines mais aussi aux architectes :

Et, en raison du fait [qu’]

  • 99 Dall’haver narrate le vere cause in poi, che quest’è la profession mia, & l’haver proposti con rag (...)

en décrivant les véritables causes, ce qui est mon rôle, et en proposant, sur la base du raisonnement et de l’expérience, tous ces remèdes qui sont possibles et impossibles, je ne suis pas mon intérêt. Au contraire, je me remets toujours à l’autorité de Messieurs les Curateurs et de nombreux architectes ingénieux, qui savent leur métier et interviennent bien mieux que ce que j’aurais pu moi-même démontrer devoir faire99.

49Par cet acte de soumission, il essaie d’inscrire définitivement les médecins dans la constellation des acteurs appelés à gérer les inondations du Tibre.

50L’ouvrage consacré au Tibre vise donc en premier lieu la ville de Rome, sa population et ses autorités. Il rend compte également d’un engagement direct de son auteur sur le terrain urbain. Cependant, les visées du médecin sont beaucoup plus étendues. Son but est de produire pour les médecins, les naturalistes et tous ceux qui s’intéressaient aux merveilles du monde naturel un savoir sur les eaux des fleuves à partir du Tibre :

  • 100 [Il Tevere] dovendo essere il soggetto principale di questo nostro ragionamento […] che in un mede (...)

[Le Tibre] doit être le sujet principal de notre raisonnement […]. Dans le même discours on fournira des informations portant sur la nature de tout autre type d’eau naissante, simple ou bonne à boire100.

  • 101 Ibid., dédicace, f. 2r-v.
  • 102 Gianna Pomata, « Sharing Cases: The Observationes in Early Modern Medicine », Early Science and Me (...)

51Par l’élargissement de son objet et, en particulier, par la comparaison entre le Tibre et les autres fleuves du monde, il peut construire un ouvrage plus complet sur un sujet qui, à son avis, n’avait jamais été traité systématiquement jusqu’alors, ni comme il le fallait101. La démarche suivie par Bacci dans cette entreprise procède de l’accumulation de cas, d’observations, une démarche fréquente dans la pratique médicale et désormais bien connue grâce aux études de Gianna Pomata102. Mais ici, ce ne sont pas les malades qui sont examinés par le médecin dans leur individualité, mais les fleuves. Pour mener à bien son projet, en 1576, Bacci peut désormais tirer parti de tout le savoir accumulé sur la question dans ses études sur les eaux thermales et mettre à profit les réseaux d’information de la ville pontificale.

52En construisant un ouvrage sur les fleuves du monde, Bacci célèbre aussi la ville de Rome comme capitale universelle sur un double plan chronologique – pour son histoire millénaire – et spatiale – pour son rôle de capitale d’un monde catholique en expansion. C’est l’ancienne primauté de Rome, fondée désormais sur des bases spirituelles, qui fait du Tibre la pierre de touche à partir de laquelle mesurer les vertus des autres fleuves. Le fleuve y est donc le pivot d’un ouvrage hydrographique à visée mondiale :

  • 103 Si come (Roma) ha avuto l’imperio del mondo & dato le leggi, & la religione vera a tutti i popoli, (...)

De même qu’elle (Rome) a eu le commandement du monde et a donné les lois et la vraie religion à tous les peuples, de même il (le Tibre) pourra être la mesure et l’exemple des qualités de toutes les autres eaux naturelles tout en montrant quels remèdes sont possibles et salutaires en cas d’excès des fleuves103.

53La dimension politique d’une telle opération, encore embryonnaire en 1558, est de plus en plus claire au fil des pages de son traité de 1576. Selon Bacci, le Tibre n’est pas seulement le « canon », mais il devient le prince des fleuves du monde grâce à la création d’une hiérarchie héritée des Anciens, tout comme Rome domine les autres villes du monde, tout comme les papes dépassent les autres autorités politiques du globe.

  • 104 Comme dans un passage où il célèbre les interventions de Côme Ier sur l’Arno, ibid., p. 284.
  • 105 Ibid., p. 9.

54Tout au long de l’ouvrage, l’identité du Tibre se définit par rapport aux autres cours d’eau. Le Tibre est placé au cœur de différentes configurations spatiales particulières. Il est tout d’abord comparé à ses homologues d’Italie – le Po ou l’Arno –, qui intéressent Bacci non seulement pour leurs caractéristiques physiques mais aussi pour les mesures que leurs inondations ont suscitées104. En outre, le Tibre est comparé à d’autres fleuves d’Europe, comme le Rhône, le Rhin, le Danube, mais aussi à ceux des régions septentrionales (fiumi transmontani)105.

  • 106 Ibid., p. 8, 19-23, 34, 52, 65-68, 70-73, 219, 256, 272.
  • 107 Ibid., p. 112-113.

55Bacci dépasse le cadre européen. Il parle des cours d’eaux du Proche et de l’Extrême Orient, de ceux d’Afrique. Le Nil, en particulier, joue un rôle essentiel dans l’économie de l’ouvrage106. Bacci reprend à son compte toute la littérature ancienne sur ce fleuve, en particulier les écrits de Rufus d’Éphèse (iie siècle). Il le décrit comme le meilleur du monde parce que producteur de fertilité – aussi bien des terrains que des femmes qui accouchent de plusieurs enfants en même temps dans les zones limitrophes. La comparaison entre le Nil et le Tibre, qui constitue un topos des écrits médicaux et naturalistes mais encore des représentations artistiques, se construit, dans le cas du médecin, autour de la qualité des eaux, mais aussi de leur traitement et de leur utilisation par les hommes. Il montre par exemple l’analogie de la conservation de l’eau à Rome et en Égypte, et de l’utilisation de récipients particuliers qui, chez les Romains, s’appelaient vittine107.

  • 108 Ibid., p. 7.

56Dans son analyse comparée, Bacci utilise une série d’informations disséminées dans les écrits des Anciens concernant certains fleuves, auparavant inconnus ou mal connus. Il fait aussi une étude rigoureuse des historiae et des tavole della Cosmografia nouvelles108. Il ajoute des informations dont il dit qu’elles sont de première main sur les fleuves de l’Europe du Nord et de l’Est. Et il va jusqu’à inclure dans sa liste un fleuve – un seul – d’Amérique : le Marañon,

  • 109 Il quale oggi si ritrova secondo le descrittioni dei moderni, essere maggior di quanti fiumi ha il (...)

qui est aujourd’hui considéré dans les descriptions des modernes comme le plus grand fleuve du monde car il traverse le Pérou sur plus de deux milles de son territoire, qui est la quatrième partie du monde, et quand il débouche sur la mer il s’étale pour plus de cent milles109.

  • 110 Une première allusion de Bacci au Marañon se trouve dans Andrea Bacci, De thermis (...) libri sept (...)
  • 111 […] alcuni miei amici di nobilissimo ingegno, li quali sono stati gli anni in quelle bande, Del Te (...)
  • 112 Gaspar De Carvajal, Descubrimiento del Río de las Amazonas, Juan Bueno De Medina (éd.), Bogota, Pr (...)
  • 113 Giovanni Battista Ramusio, « La navigazione del grandissimo fiume Marañon », dans Marica Milanesi (...)
  • 114 L’ouvrage fut publié en espagnol à Anvers en 1555, puis traduit en italien par Alfonso Ulloa et im (...)
  • 115 Cette carte fut gravée à Venise autour de 1562.

57On désignait alors sous ce nom le fleuve Amazone qui avait été découvert en 1541 par Francisco de Orellana110. Bacci affirme avoir reçu ces informations de « certains amis de très noble esprit, qui ont passé plusieurs années dans ces régions111 ». Cette allusion de Bacci reste mystérieuse, mais on sait que des données sur ce cours d’eau commencent alors à circuler dans les milieux savants. On pense par exemple au rapport du dominicain Gaspar de Carvajal sur l’expédition qui avait amené à cette découverte fortuite112, ou à la lettre qu’Oviedo avait écrite à ce sujet au cardinal Bembo, insérée par la suite dans le troisième volume des Navigazioni de Giovan Battista Ramusio113, à la Crónica del Perú de Pedro Cieza de Léon, qui était déjà publiée en 1553, ou encore aux Historiae del descubrimento y conquista del Perù d’Agustin Zárate114. Au moment où, dans de telles relations, circulaient des descriptions écrites du Marañon, le fleuve suscitait aussi l’intérêt des cartographes italiens, comme le prouve la Descrittione di tutto il Perù du véronais Paolo de Forlani115.

  • 116 Similmente il fiume forse maggior del Nilo, nasce confino al mar di mezzo giorno, nelle estreme pa (...)
  • 117 Ibid., p. 16-19.

58C’est pour avoir recueilli tellement d’informations disséminées sur le Marañon que Bacci a pu inclure, dans la géographie de son traité, un cours d’eau considéré comme l’un des plus importants du monde connu, mais aussi de celle qu’il définit comme la quatrième partie du monde : l’Amérique. Les informations que Bacci fournit à son lecteur sur le Marañon sont de nature multiple. Elles sont tout d’abord d’ordre géographique, comme dans cette description où il semble expliciter les informations tirées d’une carte : « de même, ce fleuve qui est probablement plus grand que le Nil, a ses origines à la frontière de la mer de midi, au fin fond du Pérou dans le Nouveau Monde, 35 degrés au-dessous de la ligne de l’équinoxe et du cercle du Capricorne. Il traverse toujours la zone Torride et débouche dans l’immense océan à 5 degrés de plus au-dessus de la ligne de l’équinoxe, comme une autre mer116 ». Ensuite il décrit son comportement et la qualité de ses eaux. Le Marañon donne aussi à Bacci la possibilité de fournir aux lecteurs d’autres informations sur le Pérou, sur l’abondance de ses cours d’eaux, sur ses montagnes et volcans, sur son climat, sur ses mines de pierres et de métaux précieux mais encore sur les pratiques agricoles de ses habitants117.

  • 118 Siraisi, History, Medicine…, op. cit., p. 178-180.

59Dans cette histoire naturelle des fleuves où il essaie de rendre compte du monde dans sa globalité, la construction de la primauté du Tibre n’est pas une entreprise aisée, car au-delà de sa valeur symbolique, les dimensions de son cours ne sont nullement comparables à celles des grands fleuves connus et célébrés depuis l’Antiquité ni à celles des fleuves imposants qui viennent d’être découverts. Pour faire une analyse comparée aboutissant à la grandeur du Tibre, Bacci travaille donc sur deux plans. D’abord, il reprend le thème de la qualité de ses eaux développée par Turini et Petroni et confirmée par des expériences directes, nées de son grand intérêt pour la composition des eaux. Ensuite, il approfondit l’histoire du Tibre en multipliant informations et détails sur la question. La manière dont se croisent savoir antiquaire et savoir médical dans l’ouvrage de Bacci a été brillamment reconstruite par Nancy Siraisi118. L’historienne décrit la manière dont il se sert des auteurs anciens, des vestiges relatifs au passé du fleuve et retrouvés dans la ville, pour réécrire l’histoire du Tibre. Ce n’est plus une histoire mythique, mais une histoire qui repose sur des évidences incontestables qui n’ont aucun parallèle ailleurs.

  • 119 Francesca Fiorani, « Post-tridentine Geografia Sacra. The Galleria delle Carte Geografiche in the (...)
  • 120 Sur cette collection de pierres et minéraux dirigée par le médecin Michele Mercati, voir Alix Coop (...)
  • 121 George V. Coyne, Michael A. Hoskin et Olaf Pedersen (éd.), Gregorian Reform of the Calendar: Proce (...)
  • 122 Grandissime padrone (si può dir) del Mondo, Del Tevere, 1576, p. 4.

60Ainsi Bacci repositionne le Tibre dans l’ensemble des cours d’eaux du monde en affirmant qu’il y occupe une place d’élection. Son travail participe d’une série d’opérations culturelles en cours dans la Rome pontificale de Grégoire XIII qui visent à construire, par le savoir, la dimension universelle de l’autorité du pape par rapport au monde protestant et aux nouvelles terres à évangéliser. Dans toutes ces entreprises, citons la Galerie des Cartes Géographiques du Vatican119, la Metallotheca Vaticana120, ou encore la Réforme du Calendrier dont les travaux ne démarreront que quelques années plus tard121. L’opération de Bacci prend tout son sens si on analyse les caractéristiques politiques qu’il attribue aux fleuves : diviser les régions, établir des frontières, réunir les populations, faire des villes traversées les « grandes patronnes (si l’on peut dire) du Monde122 ».

  • 123 Sur ce traité, Siraisi, History, Medicine…, p. 180-181.

61À la fin de sa vie, à presque 80 ans, après avoir écrit une vingtaine d’ouvrages où il explore les trésors des règnes naturels, en faisant preuve d’une grande érudition et d’une connaissance raffinée des auteurs anciens, après une brillante carrière marquée par une longue liste d’illustres patients et couronnée par l’obtention de la charge d’archiatre de Sixte V, Bacci éprouve le besoin de revenir sur le Tibre. Cette fois, il ne vise plus à prouver la qualité des eaux du fleuve, ni sa primauté sur les autres fleuves du monde. Il se contente d’ajouter un quatrième livre aux trois autres, qu’il continue donc à considérer comme toujours valables. Ici, Bacci porte à nouveau son regard sur le terrain urbain et il publie, comme cela avait été le cas en 1558, en situation d’urgence. En 1598, Rome est une fois de plus inondée. Comme celles qui l’avaient précédée, l’inondation entraîne la publication d’écrits comme le De Tiberi inundation medica disputatio de Marsilio Cagnati (1543-1612), un ancien élève de Petroni123.

  • 124 I più periti di questa corte con la sovrintendenza di cardinali di giudizio che si sono riuniti in (...)
  • 125 Ibid., p. 66-72.
  • 126 Ibid., p. 5 : come si è cominciato per la preservatione della pestifera influenza. Cette affirmati (...)

62Le premier destinataire de Bacci, comme en 1576, est le Sénat romain, pour lequel il reconstitue une histoire des inondations depuis le xive siècle (en utilisant pour les premières inondations l’ouvrage que l’Auditeur de la Rote Ludovico Gomes écrit en 1530, et en se fondant sur sa propre expérience pour celle de 1557) et il résume l’ensemble des propositions qui avaient été avancées lors d’une série de réunions voulue, cette fois, par le pontife en charge Clément VIII (1592-1605) : « les membres les plus experts de cette cour, placés sous la direction de cardinaux judicieux qui se sont réunis après les événements récents » avaient avancé de nouvelles causes d’inondation auxquelles les anciens n’avaient pas pensé, et, en particulier, le rôle des affluents du Tibre124. De ce fait, d’autres abris (ripari) et d’autres détournements (diversioni) avaient été proposés. Bacci les passe au crible pour fournir ensuite sa propre curatio qui repose sur un savoir acquis au cours de quarante ans de travail, sur l’expérience accumulée au chevet de ses patients et au cours de sa participation à la gestion concrète du fleuve, un aspect particulièrement valorisé dans son ouvrage125. Il peut ainsi définir plus précisément le rôle des médecins dans les commissions urbaines. Il adresse un appel au Sénat pour qu’il inclue systématiquement les più periti medici di Roma dans les réunions concernant la gestion des inondations, selon une pratique qui était par ailleurs en usage depuis la dernière peste126. Grâce à la réorganisation des offices susceptibles de s’occuper du Tibre et à l’insertion des médecins en leur sein, Rome pourrait, selon lui, devenir un modèle dans la gestion des inondations. Le fleuve et son gouvernement permettent donc, une fois de plus, à Bacci de contribuer à la célébration de la ville éternelle et de ses pouvoirs.

*

63À partir des années 1540 et jusqu’à la fin du siècle, le Tibre commence à devenir un objet d’étude des médecins, mais non sans difficulté. Pour Andrea Turini, en 1542, le fleuve romain s’inscrit dans une réflexion sur les eaux d’empreinte galénique. Dix ans plus tard, en récupérant l’enseignement hippocratique, Alessandro Petroni s’intéresse, dans un même geste, aux vertus physiques et naturelles de ses eaux. Avec Giovanni Battista Modio, qui intitule son traité Del Tevere, le fleuve devient un sujet autonome dont la qualité des eaux, d’ailleurs critiquée, ne constitue qu’un aspect. Une autre étape constitutive de la définition du Tibre comme sujet à part entière est accomplie par Andrea Bacci. Dans son deuxième traité, en particulier, non seulement le cours d’eau romain est considéré dans ses caractéristiques, dans son comportement et dans son histoire, mais il devient le point de départ d’une étude où sont déployées de nombreuses connaissances portant sur d’autres fleuves du globe qui s’inscrit dans le cadre d’une prétendue description hydrographique du monde connu.

64La manière dont Turini, Petroni, Modio font entrer le fleuve romain dans leur sphère de compétence et le transforme en objet de connaissance éclaire certains aspects de l’inscription des médecins et de la culture dont ils sont les porteurs dans le système de production des savoirs de la première modernité. Elle montre tout d’abord le grand nombre de compétences que les médecins sont capables de mobiliser pour revendiquer leur droit à la parole sur un sujet sur lequel ils ne sont pas les seuls à vouloir se prononcer. La philosophie naturelle à laquelle ils sont formés depuis le début de leur parcours est beaucoup plus qu’un élément théorique du cursus universitaire. Elle constitue le fondement leur permettant de développer un savoir sur un objet qui lie indissolublement l’homme à la nature. Les intérêts historiens et antiquaires sont mobilisés pour donner corps et évidence à leur discours mais aussi pour analyser des phénomènes qui ne peuvent être compris que dans une perspective de longue durée. Les compétences acquises dans l’observation des corps morts ou vivants et la capacité d’interpréter les signes que ces corps donnent à lire, l’expérience acquise dans les différentes phases de la consultation médicale – de la formulation du diagnostic, à l’établissement d’un pronostic, au choix du traitement –, une certaine habitude de la gestion de l’impondérable sont des atouts pour mieux affronter une des composantes du monde naturel – les fleuves – qui constitue à la fois une ressource et un danger.

65La manière dont ces quatre savants abordent l’objet « Tibre » témoigne aussi de leur inscription dans des logiques politiques et sociales spécifiques. Le processus esquissé dans ces pages est en effet loin d’être un processus éminemment intellectuel. Il se nourrit de son contexte, la Rome du xvie siècle. La conflictualité du milieu médical romain, le polycentrisme politique de la ville, la rivalité entre la Curie et les autorités capitolines qui s’exprime tout particulièrement aussi dans la question de la gestion des eaux, les ambitions universalistes de la papauté, sont autant d’éléments qui conditionnent le discours des médecins sur le Tibre.

  • 127 un esempio segnalatissimo, fiume grande, navigabile e utilissimo cognominato però meritatamente Pa (...)

66Andrea Turini s’occupe du fleuve plutôt rapidement et il le fait en vertu de sa position d’archiatre pontifical visant à élargir le public d’une dispute qui a lieu dans l’enceinte du Palais Apostolique mais qui porte, selon lui, sur un thème d’intérêt général. C’est justement à cause d’un tel intérêt, qui ne fait qu’augmenter les années suivantes, que le Tibre fournit à Petroni, Modio et Bacci, médecins « étrangers » à la ville et en début de carrière, une occasion de s’inscrire d’emblée dans le milieu médical romain et d’établir un dialogue avec les autorités de la ville et une partie de sa population. Ce n’est pas un hasard si les trois médecins consacrent au Tibre leur premier ouvrage publié à Rome. Le choix des différents destinataires – un pontife, deux cardinaux, le Sénat romain – reflète la multiplicité des pouvoirs mobilisés dans l’affaire. La décision prise par deux d’entre eux d’écrire en italien sous-entend leur volonté d’atteindre un public urbain plus vaste que celui des érudits. Modio meurt peu après la publication de son traité, mais Petroni et Bacci font de brillantes carrières dans le milieu romain. Dans le cas du premier, on peut imaginer que son attention pour le Tibre a joué un rôle important dans la construction d’un parcours d’honneur, quoiqu’en dehors des institutions officielles de la médecine romaine – le collège et l’université. Un tel parcours a visé à promouvoir une culture médicale hippocratique qui fait du site Rome et de ses habitants un objet de réflexion pour les médecins, comme le montre son dernier livre, De victu romanorum. Ce qui ne reste qu’une hypothèse dans le cas de Petroni est une évidence dans celui de Bacci. Non seulement il obtient de jouer un rôle d’expert du fleuve dans les administrations urbaines mais grâce à ses ouvrages qui mettent à la disposition du public son savoir sur les eaux, il se voit inscrit au rang des citoyens de la ville. Puis, une fois devenu professeur de l’Université pontificale et médecin des plus célèbres cardinaux romains, il confère au Tibre une valeur qui dépasse le cadre de la ville. Le fleuve romain – et les expériences menées au niveau local dans sa gestion –, devient un paradigme originel à partir duquel il peut écrire un ouvrage plus général adressé à un public large de philosophes et de médecins mais aussi aux populations et aux autorités de territoires concernées par des cours d’eau. C’est à partir de cet « exemple très distingué, [de ce] fleuve grand et navigable, très utile et appelé, à juste titre Père nourricier, Tibre, couronné d’empire, de religion et de mille victoires127 », qu’il participe à la mise en œuvre d’un programme organique de construction de l’universalisme romain, mené par la papauté et reposant en grande partie sur les savoirs sur l’homme et la nature.

Haut de page

Notes

1 Alessandro Petroni, De aqua tiberina opus quidem novum, sed ut omnibus qui hac aqua utuntur utile, ita & necessarium, Rome, V. et L. Dorico, 1552 ; Giovanni Battista Modio, Il Tevere (…) dove si ragiona in generale della natura di tutte le acque, & in particolare di quella del fiume di Roma, Rome, V. Luchino, 1556 ; Andrea Bacci, Del Tevere. Della natura et bontà dell’acque & delle Inondationi, libri II, Rome, V. Luchino, 1558 (désormais Del Tevere, 1558) ; id., Del Tevere (…) libri tre. Ne’ quali si tratta della natura, & della bontà delle acque, & specialmente del Tevere, & delle acque antiche di Roma, del Nilo, del Po, dell’Arno, & d’altri fonti & fiumi del mondo. Dell’uso dell’acque, & del bevere in fresco, con Nevi, con Ghiaccio, & con Salnitro. Delle Inondationi, & de’ rimedi, che gli antichi Romani fecero, & che hoggidì si possan fare in questa, & in ogni altra Inondatione, Venise, A. Manuzio il Giovane, 1576 (désormais Del Tevere, 1576) ; id., Del Tevere libro quarto, Rome, Stamperia Camerale 1599 (désormais Del Tevere, 1599) ; Marsilio Cagnati, De Tiberis inundatione medica disputatio (…). Epidemia Romana, disputatio scilicet, de illa populari aegritudine, quae anno 1591 et de altera, quae anno 1593 in urbem Romam inuasit, Rome, L. Zanetti, 1599.

2 Pamela Long, « Hydraulic Engineering and the Study of Antiquity: Rome, 1557-1570 », Renaissance Quarterly, 61, 2008, p. 1098-1138.

3 Nancy Siraisi, « Historiae, Natural History, Roman Antiquity, and Some Roman Physicians », dans Gianna Pomata et Nancy Siraisi (éd.), Historia: Empiricism and Erudition in Early Modern Europe, Cambridge, MIT Press, 2005, p. 325-354 (repris dans ead., History, Medicine and the Tradition of Renaissance Learning, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2007, p. 168-193).

4 Luis García Ballester, « On the Origin of the Six ‘Non-Naturals Things’ in Galen », dans Jutta Kollesch et Diethard Nickel (éd.), Galen und das hellenistische Erbe, Stuttgart, F. Steiner, 1993, p. 105-115; Marilyn Nicoud, Les régimes de santé au Moyen Âge : naissance et diffusion d’une écriture médicale en Italie et en France (xiiie-xve siècle), vol. 1, Rome, École française de Rome, 2007, p. 153-184.

5 Sandra Cavallo et Tessa Storey, Healthy Living in Late Renaissance Italy, Oxford, Oxford University Press, 2013, p. 209-239 et David Gentilcore, Food and Health in Early Modern Europe, Londres/New York, Bloomsbury Academic, 2016, p. 157-180.

6 Le thermalisme comme fait social, culturel et médical a été un objet d’étude très fécond dans les dernières années. Voir en particulier : Didier Boisseuil et Marilyn Nicoud (dir.), Séjourner au bain. Le thermalisme entre médecine et société (xive-xvie siècle), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2009 ; Marilyn Nicoud, « Les vertus médicales des eaux thermales en Italie à la fin du Moyen Âge », dans Marie Guérin-Beauvois et Jean-Marie Martin (éd.), Bains curatifs et bains hygiéniques en Italie de l’Antiquité au Moyen Âge, Rome, École française de Rome, 2007, p. 321-244 ; Didier Boisseuil, « La cure thermale dans l’Italie de la fin du Moyen Âge et du début du xvie siècle », dans Le thermalisme approches historiques et archéologiques d’un phénomène culturel et médical, John Scheid, Marilyn Nicoud, Didier Boisseuil et Joël Coste (éd.), Paris, CNRS Éditions, 2015, p. 105-122.

7 Jacques Jouanna, « L’eau, la santé et la maladie dans le traité hippocratique des Airs, eaux, lieux », Bulletin de correspondance hellénique, Supplément XXVIII, 1994, René Ginouvès, Anne-Marie Guimier-Sorbets, Jacques Jouanna et Laurence Villard (éd.), L’eau, la santé et la maladie dans le monde grec – Actes du colloque 25-27 novembre 1992, p. 25-40 et id. « L’eau dans la médecine au temps d’Hippocrate », dans Jacques Jouanna, Pierre Toubert et Michel Zink (éd.), L’eau en Méditerranée de l’Antiquité au Moyen Âge, Paris, De Boccard, 2012, p. 35-54.

8 Jouanna, « L’eau, la santé et la maladie… », art. cité, p. 38-40.

9 Jean-Charles Ducène, « L’influence du traité Les airs, les eaux et les lieux d’Hippocrate chez les penseurs arabes du Moyen Âge », Res antiquae, 7, 2010, p. 87-104.

10 Les historiens divergent sur la date de la redécouverte de ce traité. Une version latine corrigée et amendée qui eut une large diffusion fut publiée en 1525 à Rome par Marco Fabio Calvo dans ses Opera omnia hippocratiques (Hippocratis Coi medicorum omnium longe principis Octoginta volumina (…), Rome, Francesco Minizio Calvo, 1525). Sandra Cavallo et Tessa Storey ont montré que la lecture de ce traité au xvie siècle et l’arrivée en Europe de nouvelles venues de mondes lointains où habitaient des populations jusqu’alors inconnues, aux corps et aux mœurs parfois très différents, ont augmenté l’attention des médecins du Vieux Continent à l’égard des caractéristiques physiques de l’environnement dans lequel les individus habitaient. Cavallo et Storey, Healthy Living…, op. cit., en particulier p. 77-81.

11 Des indications importantes en ce sens se trouvent néanmoins dans Siraisi, History, Medicine…, op. cit. Sur la réception plus générale d’Hippocrate au cours de la Renaissance, voir Vivian Nutton, « Ippocrate nel Rinascimento », dans Andrea Carlino, Antonio Clericuzio et Maria Conforti (éd.), Interpretare e curare. Medicina e salute nel Rinascimento, Rome, Carocci, 2013, p. 21-41.

12 Voir par exemple l’attention accordée par Philippe II à la qualité des espaces où établir les nouveaux lieux névralgiques de ses royaumes, Elisa Andretta, « Presenze e esperienze mediche nello spazio della corte. Il Vaticano e l’Escorial a confronto (1560-1600) », dans Antonella Romano et Silvia Sebastiani (dir.), La forza delle incertezze. Dialoghi storiografici con Jacques Revel, Bologne, Il Mulino, 2016, p. 269-310, ici p. 274-276.

13 Sandra Cavallo et Tessa Storey ont montré la place qu’occupe une telle question dans une nouvelle culture de la prévention alors en cours d’affirmation (Cavallo et Storey, Healthy Living…, op. cit., p. 220-222).

14 Je traduis ici les mots que Carlo M. Travaglini consacre aux fleuves dans l’introduction du volume Carlo M. Travaglini (éd.), La città e il fiume: secoli XIII-XIX, Rome, École française de Rome, 2008, p. 2.

15 Le rapport entre le Tibre et la ville de Rome a été analysé sous différents angles. Les études menées dans le domaine de l’histoire de l’architecture et de l’histoire urbaine, qui se caractérisent souvent par une dimension de longue durée, sont particulièrement abondantes : Carla Nardi, Il Tevere e la città: l’antica magistratura portuale nei secoli XVI-XIX, Rome, Multigrafica, 1989 ; Roma Moderna e Contemporanea, 17/1-2, 2009, Giuseppe Bonaccorso (éd.), Le acque e la città (XV-XVI secolo) ; Maria M. Segarra Lagunes, Il Tevere e Roma. Storia di una simbiosi, Rome, Gangemi editore, 2004. Le Tibre constitue l’objet de plusieurs articles réunis dans le volume La città e il fiume, op. cit. Voir aussi le projet de Katharine Rinne, Aquae Urbis Romae: The Waters of the City of Rome : http://www3.iath.virginia.edu/waters/rinne_resume.html. Cesare D’Onofrio a publié une série d’ouvrages érudits sur la relation entre la ville et l’eau dans lesquels le Tibre est l’un des principaux acteurs : Cesare D’Onofrio, Il Tevere e Roma, Rome, U. Bozzi, 1970 ; id., Acque e fontane di Roma, Rome, Staderini Editore, 1977 ; id. Il Tevere: l’isola tiberina, le inondazioni, i molini, i porti, le rive, i muraglioni, Rome, Roma Società editrice, 1980 ; id., Le fontane di Roma, Rome, Romana Società editrice, 1986.

16 David Karmon, « Restoring the Ancient Water Supply System in Renaissance Rome: The Popes, the Civic Administration, and the Acqua Vergine », The Waters of Rome, 3, 2005, en ligne : http://www3.iath.virginia.edu/waters/Journal3KarmonNew.pdf (consulté le 15 juin 2017) ; Katharine Rinne, « Between Precedent and Experiment: Restoring the Acqua Vergine in Rome (1560-70) », dans Lissa L. Roberts, Simon Schaffer et Peter Dear (éd.), The Mindful Hand. Inquiry and Invention from the Late Renaissance to Early Industrialisation, Amsterdam, Koninklijke Nederlandse Akademie van Wetenschappen, 2007, p. 95-116 et Long, « Hydraulic Engineering… », art. cité, p. 1113-1129.

17 « Fino alla metà del Cinquecento, la sola fonte di approvvigionamento idrico dei romani era il fiume », Giuseppe Bonaccorso, « Roma e le sue acque potabili nel Cinquecento. La competizione con il Tevere », dans Le acque e la città (XV-XVI secolo), numéro cité, p. 73-90, ici p. 74.

18 Karmon, « Restoring the Ancient Water Supply System… », art.cité ; Long, « Hydraulic Engineering…», art.cité, p. 1100.

19 Antonella Romano (dir.), Rome et la science entre Renaissance et Lumières, Rome, École française de Rome, 2008 et Maria Pia Donato et Jill Kraye (éd.), Conflicting Duties. Science, Medicine and Religion in Rome, 1550-1750, Londres/Turin, N. Aragno editore, 2009. Les différentes études réunies dans ces ouvrages ont souligné les retombées des spécificités politiques romaines sur les activités et les parcours intellectuels et professionnels des savants.

20 Sur ce médecin, voir Gaetano Marini, Degli archiatri pontifici, Rome, Stamperia Pagliarini, 1784, vol. 1, p. 333-337 et Massimo Danzi, La biblioteca del cardinal Pietro Bembo, Genève, Droz, 2005, p. 124-126.

21 Le long paratexte de Andrea Turini (Opera, Rome, In platea Parionis, 1545) fait état de cette propension à la controverse.

22 Turini, De bonitate aquarum, op. cit., f. aII-r.

23 Sur la persistance de l’influence de ces auteurs et, en particulier d’Avicenne, dans la péninsule italienne du xvie siècle voir en particulier Nancy Siraisi, Avicenna in Renaissance Italy. The Canon and Medical Teaching in Italian Universities after 1500, Princeton, Princeton University Press, 1987.

24 Turini, De bonitate aquarum, op. cit., f. 26r-v.

25 Sur la conception de la digestion, voir Danielle Jacquart, « La nourriture et le corps au Moyen Âge », Cahiers de recherches médiévales, 13, 2006, p. 259-266.

26 Turini, De bonitate aquarum, op. cit., f. 26r-v.

27 Chiara Bariviera et Pamela O. Long, « An English Translation of Agostino Steuco’s De Aqua Virgine in Urbem Revocanda (Lyon, Gryphius, 1547) [On Bringing Back the Acqua Vergine to Rome] », The Waters of Rome, 8, 2005, en ligne : http://www3.iath.virginia.edu/waters/Journal8BarivieraLong.pdf (consulté le 15 juin 2017). Sur Steuco, voir Ronald K. Delph, « Renovatio, Reformatio, and Humanist Ambition in Rome », dans Ronald K. Delph, Michelle M. Fontaine et John J. Martin (éd.), Heresy, Culture, and Religion in Early Modern Italy: Contexts and Contestations, Kirksville, Truman State University Press, 2006, p. 73-92.

28 Sur cette personnalité, voir Claire Robertson, Il Gran Cardinale. Alessandro Farnese Patron of the Arts, New Haven, Yale University Press, 1992.

29 Antonio Menniti Ippolito, Il tramonto della Curia nepotista. Papi, nipoti e burocrazia curiale tra XVI e XVII secolo, Rome, Viella, 1999.

30 Elisa Andretta, « Alessandro Trajano Petroni », dans Dizionario Biografico degli Italiani (désormais DBI), 82, Rome, Treccani, 2015, p. 734-738.

31 Turini, Opera, op. cit., f. *IIIr.

32 Sur le milieu médical en particulier, voir Maria Pia Donato, Morti improvvise. Medicina e religione nel Settecento, Rome, Carocci, 2010 et Elisa Andretta, Roma medica. Anatomie d’un système médical au xvie siècle, Rome, École française de Rome, 2011.

33 Elisa Andretta, « Medici a Roma: gli itinerari urbani di Alessandro Petroni, Michele Mercati e Pietro Crispo », dans Interpretare e curare, op. cit., p. 93-105.

34 Voir en particulier, Angelo Vittori, Medicae Consultationes, Rome, typ. Caballina, 1640, en particulier la Consultatio LXXXII, p. 299-379.

35 Biblioteca Apostolica Vaticana (BAV), Vat. Lat., 6319 (Miscellanea xvii), f. 60r-64v : Alexandri Trajani Petro. De victus (sic !) ratione in conclave manentium Ad Amplissime Card. de Salviatis.

36 Fontes Narrativi de S. Ignatio de Loyola et de Societatis Jesu initiis, vol. 1, Rome, 1943, p. 608.

37 Hippocrate, Œuvres complètes, éd. Émile Littré, II, Paris, J-B. Baillière, 1840, p. 13.

38 Si quis ante hac de aquae tiberinae usu scripsisset interve priores et posteriores romanos idem consensus haberetur : haud sane esset quod hanc scribendi provinciam modo subiremus, sed quum illi quamvis bonarum aquarum maxime indigerent (eas enim aliunde petebant) hanc tamen et si domesticam, tamquam inutilem (ut plerisque omnibus placet) omnino neglexerint. Hi vero contra atque antea fuerat, iam nunc perutilem esse communi usu probaverint, nemo vero (ut diximus) de ea quicquam (quod sciam) scriptis mandaverit, Petroni, De aqua tiberina…, op. cit., p. 1-2.

39 Ibid., p. 2.

40 Ibid., p. 9.

41 Ibid., l. III, chap. 8 : « De aquae Tiberinae usu ».

42 Avanza di gran longa in bontà tutte e le acque, che sogliono esser in uso per bever nella Città di Roma, purche però sia purgata, la qual cosa rare volte accade, che possa esser prima che siano passati sei Mesi, Alessandro Petroni, Del viver delli romani, et di conservar la sanità (...) libri cinque, Rome, Domenico Basa, 1592, p. 41.

43 Modio, Il Tevere…, op. cit.

44 Gennaro Cassiani, « Modio, Giovanni Battista », dans DBI, 75, 2011, p. 238-241.

45 In questa guerra, ch’io muovo, Modio, Il Tevere…, op. cit., f. 9r.

46 […] inebbriati di quest’acqua, hanno il giudicio così corotto, ibid., f. 9v.

47 Ibid., f. 60r.

48 Hanno dato ad intendere a Principi che l’acqua del Tevere sia la migliore acqua di tutta Italia, ibid., f. 8r-v.

49 Che se ben papa Iulio III mostrò ultimamente di volersene servire, dividendola in due luoghi, benche fosse poca in un luogo solo ; ciò fece per quel che si crede, piu tosto per accrescere ornamento della sua vigna, che per voler egli berla, ibid., f. 6v-7r.

50 […] casi strani e avvenimenti meravigliosi, ibid., f. 34r.

51 […] fortune e sfortune dei cortigiani, ibid., f. 34v.

52 Ibid., f. 35r.

53 Ibid., f. 37r-40v.

54 Ibid., f. 40v-43v.

55 Ibid., f. 44v-45r.

56 Ibid., f. 55r.

57 D’Onofrio, Le fontane di Roma, op. cit., p. 37-38.

58 Particulièrement intéressant le court texte d’Angelo degli Oldradi, Avviso della pace tra la Sant. di N.S. Papa Paolo III, e la Maestà di Re Filippo. E del diluvio, che è stato in Roma, con altri successi, e particolarità, Rome, A. Blado, 1557, pour l’association qu’il propose entre traité de paix et inondation.

59 Biasimato da molti, che & con parole et con li scritti cosi in questo eccesso, come anco nell’altre sue buone qualità lo tassano, Del Tevere, 1558, f. aiiv-aiiir.

60 Il fait référence à qualche professione, che interno a queste materie io ho fatto ne i Libri da me composti delle Therme tutte le volte che ne’ i privati ragionamenti mi è occorso di difenderlo, ibid., f. aiiiv.

61 Pour un profil de ce médecin, voir Mario Crespi, « Bacci, Andrea », DBI, 5, 1963, p. 29-30 ; Andrea Bacci: la figura e l’opera: atti della giornata di studi, Sant’Elpidio a Mare, 25 novembre 2000, Fermo, Comitato per le celebrazioni del quarto centenario della morte di Andrea Bacci, 2001 ; Serena Stefanizzi, « Note sul De Thermis di Andrea Bacci », dans Paola Andrioli Niola, Olga Silvana Casale, Paolo Viti (éd.), Gli umanisti e le terme: atti del convegno internazionale di studio, Lecce - Santa Cesarea Terme, 23-25 maggio 2002, Lecce, Conte, 2004, p. 349-372.

62 Sur la méthode utilisée par Bacci, voir Siraisi, History, Medicine…, op. cit., p. 178-180 et Long, « Hydraulic Engineering… », art. cité, p. 1105.

63 Del Tevere, 1558, p. 11v-14r.

64 Siraisi, History, Medicine…, op. cit., p. 179.

65 Del Tevere, 1558, p. 48r-52v.

66 Ibid., p. 52r-66v.

67 Ibid., p. 67r.

68 Ibid., p. 85r.

69 Ibid., p. 79r-80r.

70 Ibid., p. 87r-89r.

71 Ibid., p. 93. Siraisi, History, Medicine…, op. cit., p. 180-181.

72 Del Tevere, 1558, p. 100v-101r.

73 Si come in un corpo organizato tutto ’l sangue che è ne le vene, è un solo, e da un primo fonte dipende, così tutte l’acque siano una, anchor che eschino per diverse vene della terra, ibid., p. 57v.

74 Dobbiamo porre innanzi tutti quelli rimedi, che i più possibili, & i più ispedienti si mostrano, ibid., 98r.

75 Sur l’essor de l’anatomie dans le contexte romain, voir en particulier Andrea Carlino, La fabbrica del corpo. Libri e dissezioni nel Rinascimento, Turin, Einaudi, 1994.

76 Gianna Pomata, « Observatio ovvero Historia. Note su empirismo e storia in età moderna », Quaderni Storici, 31, 1996, p. 173-198 ; ead., « Observation Rising: Birth of an Epistemic Genre, ca. 1500-1650 », dans Lorraine Daston et Elizabeth Lunbeck (éd.), Histories of Scientific Observation, Chicago, University of Chicago Press, 2011, p. 45-80.

77 Nel principio del Pontificato di Pio V, che sua Santità desiderosa della commune salute, & del bene particolarmente di questa alma Città, mandò un editto pubblico, ad eccitar gli animi ingegnosi a questa salutifera impresa, di rimediare alle inondationi del Tevere, io mi ritrovai in alcune consulte, che perciò si fecero innazi alli Illustrissimi, & Reverendissimi Cardinali Sforza, & Montepolciano, & li Signori Mastri di strada, dove, tra molti nobili architettori, & ingegneri, & altri huomini di valore in diverse professioni, io intesi una gran diversità di pareri intorno a questa inondatione, & a suoi rimedii, Del Tevere, 1576, p. 269.

78 Des premières tentatives en cette direction avaient été déjà mené par Paul IV qui constitue une Commission immédiatement après l’alluvion de 1557, Rome, Archivio Storico Capitolino, Camera Capitolina, Cred. I, t. 37, cat. 37, f. 14v-15v, cités par Long, « Hydraulic Engineering… », art. cité, p. 1103, dans le cadre de laquelle il ne semble pas que des médecins étaient impliqués.

79 Sur ce point, voir Carmen Genovese et Daniela Sinisi, « Pro ornato et publica utilitate »: l’attività della Congregazione cardinalizia super viis, pontibus et fontibus nella Roma del ‘500, Rome, Gangemi, 2016, p. XI-XIII.

80 Par exemple, la situation de Milan au xve siècle étudiée par Marilyn Nicoud est bien différente : Marilyn Nicoud, Le prince et les médecins. Pensée et pratiques médicales à Milan (1402-1476), Rome, École française de Rome, 2014, en particulier p. 422-435.

81 Emanuele Conte, I maestri della Sapienza di Roma dal 1514 al 1787: i rotuli e altre fonti, 2 vol., Rome, Istituto Storico Italiano per il Medioevo, 1991, ad indicem.

82 Parmi les savants qui étaient impliqués dans cette reconstruction on retrouve Antonio Trevisi, Agostino Steuco et Luca Peto, Long, « Hydraulic Engineering », art. cité, p. 1117-1120.

83 D’Onofrio, Le fontane di Roma, op. cit., p. 37-38.

84 Sur les infrastructures culturelles romaines, voir Marina Caffiero, Maria Pia Donato, Antonella Romano, « De la catholicité post-tridentine à la République Romaine : splendeurs et misères des intellectuels courtisans », dans Jean Boutier, Brigitte Marin et Antonella Romano (éd.), Naples, Rome, Florence. Une histoire comparée des milieux intellectuels italiens (xviie-xviiie siècles), Rome, École française de Rome, 2005, p. 171-242.

85 Cavallo et Storey, Healthy Living…, op. cit., p. 221-227.

86 Paola Pavan, « Il comune romano e lo Studium Urbis tra XV e XVI secolo », dans Paolo Cherubini (éd.), Roma e lo Studium Urbis. Spazio urbano e cultura dal Quattro al Seicento. Atti del Convegno, Roma 7-10 giugno 1989, Rome, Pubblicazioni dell’Archivio di Stato, 1992, p. 88-100.

87 Perché il subietto è vostro, et quanto io scrivo è contemplatione vostra, Del Tevere, 1576, f. 3v.

88 Segarra Lagunes, Il Tevere e Roma…, op. cit., p. 313-314.

89 Voir supra note 78.

90 Rome, Archivio Storico Capitolino, Camera Capitolina, vol. 24, c. 114v (6 décembre 1569) et vol. 1, f. 141r-v (13 juin 1574). Dans ce dernier document qui constitue le diplôme officiel de citoyenneté on souligne que Bacci opus conscripserit eruditissimum de Tiberi, eiusque bonitate, atque usu, deque caeterarum Urbis. Aquarum natura simulatque de inundationibus, earumque causis ac remediis iuxta Veterum Principum, ac Curatorum Tiberis normam decreta revocaverint in lucem, f. 141v. Ces documents sont mentionnés par Pamela Long, « Hydraulic Engineering… », art. cité, p. 1109.

91 Vengo col mezzo del Padre vostro Tevere, a ragionar delle sue gratie (Del Tevere, 1576, dédicace, f. 4r).

92 Sur ce processus, voir Antonella Romano, « Les échelles de Rome : une nouvelle grammaire du monde entre l’ancien et l’inconnu à la Renaissance », dans La forza delle incertezze…, op. cit., p. 311-351.

93 Del Tevere, 1576, l. II.

94 Comme par exemple dans le Discorso delle acque albule, Rome, Eredi Antonio Blado, 1567, p. 10 : La intentione mia non è stata tanto di celebrare le virtù di queste Acque, che assai sono manifeste per loro medesime: quanto ho stimato, esser maggiormente necessario di mostrare il modo di usarle bene.

95 pochissima risolutione […] fra tutti quanto alle cause, che dovea esser lo scopo principale ; si perche da gli scrittori antichi difficilmente si causano […] si perche la maggior parte, lasciando le scienze da banda, ne ragionavano senza methodo, & a suo de gli empirici, havevan riguardo solamente a rimedii, a tale, che, non sapendo bene (come dir) le cause del male, manco si poteva risolutamente trattar de i rimedi, Del Tevere, 1576, p. 269-270.

96 Gianna Pomata, La promessa di guarigione, Malati e curatori in antico regime. Bologna XVI-XVIII secolo, Rome/Bari, Laterza, 1994 et David Gentilcore, Healers and Healing in Early Modern Italy, Manchester, Manchester University Press, 1998. Pour le contexte romain, Andretta, Roma medica, op. cit., p. 154-176.

97 Usa ben diligenza di ritrovare tutte le cause della malattia, & li rimedi appropriati, con tutto questo nella cura s’attiene più all’esperienza, et dove non gli è concesso arrivare alle cause immediate, & alle radici del male, opera nelle parti di fuori con diversivi, & con difensivi, & altri buoni avvertimenti, che per lo più bastano a difendersi, Del Tevere, 1576, p. 288-289.

98 In questa antica & così pericolosa infermità di Roma, ibid., p. 289.

99 Dall’haver narrate le vere cause in poi, che quest’è la profession mia, & l’haver proposti con ragione, & con la prova di mezzo tutti quei rimedij, che sono possibili, o impossibili, del resto io non mi volgo a interesse mio, anzi mi rimetto sempre all’officio de’ Signori Curatori, & di tanti ingegnosi architetti, che l’operare è l’arte loro, molto meglio ancora ch’io non haverò saputo dimostrare, ibid., p. 308-309.

100 [Il Tevere] dovendo essere il soggetto principale di questo nostro ragionamento […] che in un medesimo discorso si darà notizia della natura & d’ogni altra acqua nascente, & semplice, & buona da bevere, ibid., dédicace, f. 4r.

101 Ibid., dédicace, f. 2r-v.

102 Gianna Pomata, « Sharing Cases: The Observationes in Early Modern Medicine », Early Science and Medicine, 15-3, 2010, p. 193-236.

103 Si come (Roma) ha avuto l’imperio del mondo & dato le leggi, & la religione vera a tutti i popoli, così (il Tevere) potra ergersi regola & esempio delle buone qualité di tutte l’altre acque naturali, & mostrar parimente quei rimedij, che in fatti eccesi de’ fiumi, siano possibili & salutiferi, Del Tevere, 1576, dédicace, f. 4r.

104 Comme dans un passage où il célèbre les interventions de Côme Ier sur l’Arno, ibid., p. 284.

105 Ibid., p. 9.

106 Ibid., p. 8, 19-23, 34, 52, 65-68, 70-73, 219, 256, 272.

107 Ibid., p. 112-113.

108 Ibid., p. 7.

109 Il quale oggi si ritrova secondo le descrittioni dei moderni, essere maggior di quanti fiumi ha il mondo: perché scorre per il Perù, che è la quarta parte del mondo più di due miglia, & si allarga dove egli entra in mare più di cento miglia, ibid., p. 73.

110 Une première allusion de Bacci au Marañon se trouve dans Andrea Bacci, De thermis (...) libri septem, Venise, Vincenzo Valgrisi, 1571, p. 10 : Appingunt hodie novarum terrarum descriptores fluvium Marannon in Peru quindecim leucarum latitudine, ob id forsan mare dulce a primis navigantibus nuncupatum.

111 […] alcuni miei amici di nobilissimo ingegno, li quali sono stati gli anni in quelle bande, Del Tevere, 1576, p. 16.

112 Gaspar De Carvajal, Descubrimiento del Río de las Amazonas, Juan Bueno De Medina (éd.), Bogota, Prensa de la Biblioteca Nacional, 1942.

113 Giovanni Battista Ramusio, « La navigazione del grandissimo fiume Marañon », dans Marica Milanesi (éd.), Navigazioni e viaggi, vol. VI, Turin, Einaudi, 1988, p. 859-870.

114 L’ouvrage fut publié en espagnol à Anvers en 1555, puis traduit en italien par Alfonso Ulloa et imprimé à Venise en 1563.

115 Cette carte fut gravée à Venise autour de 1562.

116 Similmente il fiume forse maggior del Nilo, nasce confino al mar di mezzo giorno, nelle estreme parti del Perù nel Mondo nuovo, sotto la linea equinottiale, & il circolo del Capricorno trentacinque gradi, scorre sempre la Zona Torrida, & viene nel grande Oceano, cinque altri gradi sopra l’equinottiale a guisa d’un altro mare, Del Tevere, 1576, p. 8.

117 Ibid., p. 16-19.

118 Siraisi, History, Medicine…, op. cit., p. 178-180.

119 Francesca Fiorani, « Post-tridentine Geografia Sacra. The Galleria delle Carte Geografiche in the Vatican Palace », Imago Mundi, 48, 1996, p. 124-148 ; Pascal Dubourg Glatigny, « Ignatio Danti O.P. (1536-1586) : itinéraire d’un mathématicien parmi les artistes », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 112, 2002, p. 543-605 ; Jean-Marc Besse, Face au monde. Atlas, jardins, géoramas, Paris, Desclée de Brouwer, 2003, p. 47-53 ; Francesco Majello, Storia del Calendario. La misurazione del tempo, 1450-1800, Turin, Einaudi, 1994, p. 102-104.

120 Sur cette collection de pierres et minéraux dirigée par le médecin Michele Mercati, voir Alix Cooper, « The Museum and the Book. The Metallotheca and the History of an Encyclopaedic Natural History in Early Modern Italy », Journal of the History of Collections, 7-1, 1995, p. 1-23.

121 George V. Coyne, Michael A. Hoskin et Olaf Pedersen (éd.), Gregorian Reform of the Calendar: Proceedings of the Vatican Conference to Commemorate its 400th Anniversary, 1582-1982, Cité du Vatican, Specola Vaticana, 1983 ; Francesco Maiello, Storia del calendario: la misurazione del tempo, 1450-1800, Turin, Einaudi, 1994.

122 Grandissime padrone (si può dir) del Mondo, Del Tevere, 1576, p. 4.

123 Sur ce traité, Siraisi, History, Medicine…, p. 180-181.

124 I più periti di questa corte con la sovrintendenza di cardinali di giudizio che si sono riuniti in seguito agli accadimenti recenti, Del Tevere, 1599, p. 4.

125 Ibid., p. 66-72.

126 Ibid., p. 5 : come si è cominciato per la preservatione della pestifera influenza. Cette affirmation mérite la plus grande attention vu que pour le moment, on ne dispose pas d’autres informations sur l’implication directe des médecins dans les réunions de la Congregatio pro sanitate tuenda qui s’étaient tenues dans le cadre des épidémies de (prétendue) peste de la deuxième moitié du xvie siècle. Andretta, Roma medica, op. cit., p. 451-455.

127 un esempio segnalatissimo, fiume grande, navigabile e utilissimo cognominato però meritatamente Padre & almo Tevere, coronato d’Imperio, di religione, & di mille vittorie, Del Tevere, 1576, p. 4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisa Andretta, « Les médecins du Tibre », Histoire, médecine et santé, 11 | 2017, 99-129.

Référence électronique

Elisa Andretta, « Les médecins du Tibre », Histoire, médecine et santé [En ligne], 11 | été 2017, mis en ligne le 20 octobre 2017, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://hms.revues.org/1110 ; DOI : 10.4000/hms.1110

Haut de page

Auteur

Elisa Andretta

CNRS, LARHRA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org