Navigation – Plan du site
Compte rendus

Agasse Jean-Michel et Pennuto Concetta, Girolamo Mercuriale et Johann Crato von Krafftheim. Une correspondance entre deux médecins humanistes

Genève, Droz (Cahiers d’humanisme et Renaissance, 132), 2016
Miriam Nicoli
p. 155-157
Référence(s) :

Agasse Jean-Michel et Pennuto Concetta, Girolamo Mercuriale et Johann Crato von Krafftheim. Une correspondance entre deux médecins humanistes, Genève, Droz (Cahiers d’humanisme et Renaissance, 132), 2016, 344 pages

Texte intégral

1Le présent volume livre la correspondance de deux médecins réputés et galénistes convaincus de la Renaissance : l’Italien Girolamo Mercuriale (1530-1606), alors à l’aube de sa carrière, et Johann Crato von Krafftheim (1519-1585), médecin déjà expérimenté d’origine polonaise.

2Girolamo Mercuriale étudie la médecine à Padoue où il compte, parmi ses maîtres, Gabriel Fallope. Entre 1562 et 1569, il séjourne à Rome où il devient médecin personnel du cardinal Alexandre Farnèse. Il est également au service du grand-duc de Toscane Ferdinand Ier de Médicis. C’est dans la capitale italienne qu’il noue ses contacts avec un réseau d’humanistes, érudits et antiquaires de renom tels que Marc-Antoine Muret (1526-1585), Fulvio Orsini (1529-1600) ou Pirro Ligorio (1510-1583). Il sera par la suite professeur dans trois des plus importantes universités italiennes de l’époque : Padoue, Bologne et Pise. Auteur prolixe, Mercuriale rédige en 1569 son ouvrage principal, De arte gymnastica, « premier traité de gymnastique de notre histoire » (p. 11). Le médecin italien est en outre l’auteur de contributions importantes dont certaines sont considérées comme pionnières. Nomothelasmus seu ratio lactandi infantes (1552) et De morbo puerorum (1583) sont souvent cités parmi les premières publications spécialisées dans le domaine de la pédiatrie ; De morbis cutaneis (1572) dans celui de la dermatologie. Il crée par ailleurs le premier jardin botanique de Padoue.

3Après ses études à Breslau (aujourd’hui Wroclaw), Johann Crato, se consacre à l’étude de la théologie à Wittenberg. Dans la ville allemande, il vit sous le même toit que Luther et fréquente le réformateur Melanchthon. C’est Luther qui le convainc de quitter ses études de théologie pour se consacrer à la médecine. Il fréquente alors des cours à Leipzig et en Italie. À Padoue, il suit les leçons de Giovanni Battista da Monte (1498-1551) qui marqueront sa pensée et sa pratique. Ses études terminées, il revient à Breslau pour exercer la médecine. Sa gestion efficace de l’épidémie de peste qui accable le territoire en 1554 le fait remarquer auprès de la cour impériale. Il est alors appelé à Vienne afin d’exercer en tant que médecin personnel de Ferdinand Ier. Il remplira la même fonction pour son successeur, Maximilien II. Avec l’arrivée au pouvoir de Rodolphe II, Crato le protestant est dans un premier temps écarté de la cour. Il sera tout de même rappelé à exercer à Prague. Son dévouement aux Habsbourg lui vaudra le titre de « Médecin de trois empereurs ». Praticien plus qu’auteur, Crato a surtout édité l’œuvre de son maître Giovanni Battista da Monte.

4Les deux savants se rencontrent à Vienne en 1573 où Mercuriale est appelé pour soigner Maximilien II. Leur rencontre est brève, mais « de toute évidence elle tissa entre eux des liens suffisamment forts pour que leurs échanges épistolaires ne prissent fin qu’avec la mort du médecin de Breslau » (p. 17). En effet, durant onze années, entre 1574 et 1585, ils correspondent régulièrement. Les soixante-dix missives qui restent de cet échange – soixante de Mercuriale et dix de Crato (hélas la plupart ont été perdues) – publiées intégralement dans ce volume (p. 139-307), traitent non seulement de médecine, mais aussi de leur vie privée et de préoccupations d’ordre matériel. Outre des discussions autour de leur pratique, les deux médecins, s’entretiennent régulièrement autour de leurs lectures et des nouvelles parutions dans le domaine de la médecine. Lecteurs avides, ils livrent leurs jugements sur tel ou tel autre auteur, fournissant un aperçu vivant des débats de l’époque. Crato et Mercuriale discutent aussi souvent de l’état sanitaire des régions où ils habitent. Il est question par exemple des épidémies de peste. Mercuriale est témoin de la terrible épidémie qui frappe la Vénétie entre 1575 et 1577 et qui décime un quart de la population. À ce sujet, Mercuriale publiera en 1577 De pestilentia. L’actualité, qu’il s’agisse de conflits, de la « menace turque », d’épidémies, d’un événement qui défraie la chronique ou de la nouvelle de la mort d’un haut personnage, trouve aussi sa place sous la plume des deux praticiens.

5La correspondance de Crato et Mercuriale renseigne également sur l’échange de service et sur la circulation des biens, non seulement des livres, mais également des spécimens de plantes ou graines, comme de coutume chez les érudits. Mercuriale se fait en outre envoyer à plusieurs reprises des peaux de Breslau, car là-bas « on les apprête de façon très élégante » et, « étant de couleurs magnifiques et variées », elles plairont à ses filles. Comment faire venir à Padoue des chevaux de Transylvanie via Vienne ? Voici un autre sujet qui occupe les deux médecins. Un élève de Mercuriale, devenu Grand Chancelier en Transylvanie, souhaite en effet remercier son maître en lui offrant deux chevaux d’attelage. La solution du problème n’est pas des plus simples. Enfin, les deux érudits ne manquent pas de s’entretenir sur des sujets privés. Leur échange épistolaire prolongé témoigne d’une amitié certaine et se fonde sur un « pacte de sincérité » (p. 121). Leur relation se base sur une « dimension affective » (p. 125) dont témoignent plusieurs lettres. Souvent, dans la correspondance, les deux savants se renseignent sur leur santé respective.

6L’importante introduction détaillée (p. 9-133) pallie les éventuelles difficultés du texte. Jean-Michel Agasse dépeint en effet le contexte social et culturel de ces échanges, présente le corpus des sources ainsi que les aspects concrets liés à la transmission des missives ; de même, un riche appareil de notes aide le lecteur à comprendre les choix de traduction du texte latin, texte établi par Concetta Pennuto. Le volume comporte également une partie « Annexes » avec la publication de deux lettres de Mercuriale – la première adressée au Sénat de Venise, la seconde au magnat polonais Jan Zamoyski qui fut secrétaire royal (1566), chancelier (1576), grand chancelier (1578) et grand-hetman de la Couronne de Pologne (1581) –, une tentative de reconstruction de la chronologie mercurialienne et un utile index des noms.

7L’intérêt de cet ouvrage tient surtout au caractère inédit de plusieurs lettres proposées. De plus, aucune des lettres n’avait été traduite en français auparavant. L’étude de cette correspondance permet de mieux connaître la vie et les travaux de deux médecins importants qui occupèrent des positions de prestige. Elle donne à voir quelle était l’image du médecin à la Renaissance, entre dimension intellectuelle et carrière personnelle, selon le point de vue de deux érudits. Comme l’écrit Jean-Michel Agasse en introduction, l’échange épistolaire édité ici « permet, par-delà le portrait officiel toujours nécessairement un peu empesé, d’accéder à d’autres aspects de la vie de nos deux médecins » (p. 133). L’élégant travail de traduction fait par Agasse rend la lecture de cette correspondance, extrêmement intéressante, fort agréable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Miriam Nicoli, « Agasse Jean-Michel et Pennuto Concetta, Girolamo Mercuriale et Johann Crato von Krafftheim. Une correspondance entre deux médecins humanistes », Histoire, médecine et santé, 11 | 2017, 155-157.

Référence électronique

Miriam Nicoli, « Agasse Jean-Michel et Pennuto Concetta, Girolamo Mercuriale et Johann Crato von Krafftheim. Une correspondance entre deux médecins humanistes », Histoire, médecine et santé [En ligne], 11 | été 2017, mis en ligne le 20 octobre 2017, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://hms.revues.org/1126

Haut de page

Auteur

Miriam Nicoli

Université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

Histoire, médecine et santé

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org